La prise de Sebastopol

Carnet de voyage numero 5

De Kiev a la presqu’ile de Crimee sur la Mer Noire, nous parcourons envron un millier de kilometres a travers la plaine ukrainienne sous un soleil de plomb (38 degres… nous sommes loin des 6 degres suisses du debut du voyage). une plaine qui joue avec un Dniepr facetieux, tantot fleuve, tantot lac, pour la plus grande joie de baigneurs qui semblent sortir tout droit d’un tableau de Fernand Leger.

En traversant ce qu’on appelait encore, il n’y a pas si longtemps, « le grenier a ble de l’URSS », nous pensons au monument de Kiev qui commemore la grande famine ukrainienne de 1932-1933. Une famine provoquee sciemment par Staline et son gouvernement pour briser les velleites independantistes ukrainiennes : « il fallait leur montrer qui etait le maitre« , aurait dit un apparatchik de l’epoque. Cette demonstration de force provoqua tout simplement la mort de cinq millions d’etres humains qui tomberent rapidement dans les poubelles de l’Histoire pour cause de guerre mondiale. Une Histoire dont le grand tribunal est decidement bien clement avec les maitres du Kremlin en general et Staline en particulier.

La longueur du trajet impose une etape a Zaporitzhzhia, la capitale historique des Cosaques et de la… Zaporojetz, la rivale sovietique de la mythique Trabant est-allemande.

Arrivee enfin en Republique autonome de Crimee, avec la surprise de trouver, au-dela de la transparence de l’air et de la vegetation quasi-mediterraneenne, des frontieres en bonne et due forme ! C’est que, russophone et russophile, la Crimee a durement negocie son statut au moment de l’independance de l’Ukraine. De fait, la Crimee est aujourd’hui presque une enclave russe en territoire ukrainien. La souverainete de Kiev, bien qu’internationalement acquise, reste fragile, surtout si l’on prend en compte la question de la presence de la marine russe en Mer Noire. Un probleme de plus pour le President Ioutchenko qui doit a tout prix eviter toute situation donnant pretexte a une secession pro-russe comme cela s’est produit en Moldavie et en Georgie.

En fin de journee – de la deuxieme journee – nous rejoignons enfin Sebastopol, un moment forcement emouvant quand on sait que la ville a ete interdite aux visiteurs etrangers jusqu’en 1996.

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article a été publié dans histoire, voyages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La prise de Sebastopol

  1. Ping : Lviv en flammes, Ukraine en question | Le blog de Patrick Mottard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s