The Walking dead : vive les morts-vivants !

Tout a commencé en 1968 par un petit film en noir et blanc de George A. Romero qui a revisité le mythe des zombies dans le contexte, dit-on, de la guerre du Vietnam : La nuit des morts-vivants. Lors d’expériences nucléaires, les morts se réveillent et sortent de leurs tombes afin d’anéantir les vivants. Devenu film culte, il fut prolongé par Romero lui-même d’une demi-douzaine de longs-métrages (en couleur) qui ont, chacun à leur façon, enrichi l’univers merveilleux de nos amis d’outre-tombe.

Dans les années quatre-vingt, le mort-vivant, jusque-là un peu marginal, devient mainstream grâce au célèbre clip de John Landis servant d’illustration au Thriller de Michael Jackson. J’ai d’ailleurs revu les quatorze minutes de celui-ci, il y a quelques semaines, au musée du Rock de Barcelone.

Désormais, on sait tout du mort-vivant de base. Il est, il faut bien le dire, assez peu soigneux de sa personne. Il a même un côté franchement négligé, voire défiguré, voire décomposé… Peu véloce, il erre de sa démarche saccadée à travers villes et campagnes à la recherche de cette chair humaine (bien fraîche celle-là) qui l’aidera à régénérer le petit quart de cervelle qui lui reste. C’est d’ailleurs cette dernière petite partie vivante de lui-même qu’il faut neutraliser si on ne veut pas terminer en steak tartare et être transformé soi-même en mort-vivant. Une balle de revolver peut faire l’affaire, mais, le bruit risquant d’attirer ses congénères, il vaut mieux un petit coup de hache sur le crâne : bien ajusté, celui-ci peut régler définitivement le problème. Cependant, si vous reconnaissez dans le mort-vivant un ancien copain d’école ou une ex-petite amie, l’opération peut déclancher un cas de conscience. Il est alors recommandé de ne pas trop réfléchir car, si isolé il est plutôt balourd, en groupe, le mort-vivant est extrêmement dangereux et glouton. D’ailleurs, à sa mine chafouine et même carrément renfrognée, on voit bien qu’il a des tas de choses à reprocher aux survivants (le 2e opus de Romero, Zombie, montre en 1978 l’assaut d’un centre commercial pour une véritable armée de morts-vivants, une façon radicale de contester les abus de la grande distribution…)
En 2003, le mythe est spectaculairement relancé par une série de BD publiée sous forme de « comic books », The Walking dead. Sur la quinzaine de volumes publiés, j’en ai lu une dizaine, mais mon enthousiasme est tel que je n’ai pas pu attendre la fin de ma lecture pour pondre ce petit billet coup de cœur.
Les dessins en noir et blanc peuvent ne pas susciter une admiration esthétique totale, mais ils servent à la perfection le diabolique scénario de Robert Kirkman et c’est bien l’essentiel. The Walking dead, c’est un peu le « A la recherche du temps perdu » des morts-vivants ! Road movie horrifique, la série de BD nous permet d’accompagner de nombreux survivants aux histoires personnelles contrastées, contradictoires, navrantes… humaines, quoi ! Leurs réactions face à l’apocalypse démontrent à l’évidence qu’évoluer dans un monde de morts-vivants ne rend pas les vivants- vivants plus solidaires que cela. Métaphore quand tu nous tiens !

Cerise sur le gâteau, les productions AMC ont adapté la BD dans une série télévisée qui en est déjà à sa troisième saison aux USA. Pour ma part, j’ai vu la première et je peux dire que la réalisation de Franck Darabond (le réalisateur de La ligne verte) est une superbe réussite, à la fois spectaculaire et intimiste.

Les premiers épisodes ont pour cadre Atlanta, submergée par des milliers de morts-vivants coincés dans le centre ville de la mégapole. Or, l’été dernier, j’ai passé quelques jours à Atlanta. Je me souviens très bien, lorsque je courrais selon mon habitude, dès l’aube, dans les rues en principe désertes de la ville, avoir aperçu quelques silhouettes hésitantes qui se mettaient à tituber dans ma direction… Rétrospectivement, j’en ai des frissons dans le dos ! En effet, il est très rare que je prenne une hache avec moi quand je cours…

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article a été publié dans BD, cinéma, séries TV. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour The Walking dead : vive les morts-vivants !

  1. alaind dit :

    Effectivement courir avec une hache est un handicap dans la performance, aussi un fusil est doté d'une sangle. Mes enfants parfois me questionnent sur le danger de côtoyer un corps mort, "animé". Mon explication est rationnelle et … tranchante. Rien de ce qui a quitté vie ne peut atteindre un pragmatique. J'ai dormi en terre d’Afrique en un lieu où siégeait une forme allongée, près d'un lac Sidi Ali. Rien ne s'est passé, si ce n'est quelques entités en famine, homme ou chien, ayant entamé le pain posé intentionnellement à l'entrée du local. A bon entendeur, le pain attire plus le spectre que la chair!

  2. Emmanuel dit :

    Cela a-t-il un rapport avec l'état actuel de l'UMP aujourd'hui ?

  3. cléo dit :

    Est-ce que les morts vivants apprécient la finale dame de Roland Garros? Si non,je ne lirai même plus ce blog. Quant à le conseiller… j'ai oublié.

  4. Cléo dit :

    Plus sérieusement, c'est à dire en y réfléchissant à deux fois en une, la catégorie mort-vivant est passionnante. Pourquoi? Eh bien parce que le mort-vivant est une catégorie qui défie la catégorie, une perturbatrice de catégorie, une résistante à la raison en quelque sorte ou une intuition qui fait la nique à la logique. Voyons si le mort est vivant ou le vivant mort en transposant la catégorie défiant la catégorie dans des domaines différents… La nature nous offre l'arc en ciel. La religion, la vierge à l'enfant ou le fanatique. l'économie, la monnaie sonnante et trébuchante, l'argent fictif, les paradix fiscaux. La banque, le revolving. Le commerce le saumon fumé-ed ou le poulet "élevé" en batterie; la géographie, la presqu'île, l'histoire: le sudète ou au choix, l'alsacien. La philosophie les cents thalers antiens sous l'angle de la quantité; ou l'être- pour -la mort heideggerien. La littérature: la vie est un songe de Caldéron. le théatre: Hamlet. Le cinéma: cours après moi que je t'attrape! Et la chanson: "j'ai oublié de vivre." Quant à la politique!!!

  5. Cleo tu as failli déraper; je suis heureux que tu n'es pas mis Johnny dans cette catégorie. Tu t'es arrêtée à la chanson!

  6. Laurent Weppe dit :

    Voyons Bernard: les Zombies sont le prolétariat de la non-vie: pour les aristocrates et les grands bourges, il y a le vampirisme.

  7. Cléo dit :

    j'ai oublié dans ma liste non exhaustive la psychanalyse, "Je est un autre " et Docteur Hyde; en bricolage: le scotch double face; dans la catégorie boisson d'été: le canada dry et dans la catégorie johnny (qu suit naturellement la précédente), catégorie à part plus qu'entière: "comme si je devais mourir demain." Si bernard parvient à me démontrer qu'il y a là une parfaite illustration du mort-vivant plutôt que du pléonasme, eh bien, je m'inclinerai…

  8. Tu as raison Cleo, je le mettrai plutôt dans la catégorie du Phénix qui renaît toujours de ses cendres.Par ailleurs il n'y a pas de catégorie Johnny car il est unique.

  9. Cléo dit :

    Bah…je m'incline.

  10. Vitoojoorla dit :

    La série démarre sur TF6 le 17 juin…

  11. labidi dit :

    Dans le même genre et tout aussi diaboliquement intelligent, je vous conseille « Dead Set ».

  12. Ping : 1500 billets… Marignan n’est pas loin | Le blog de Patrick Mottard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s