Stalag II B

Stalag II B, Tardi

J’aime l’univers de Jacques Tardi. Sa saga baroque et surréaliste « Adèle Blanc Sec » est pour moi une des plus importantes séries BD de ces dernières années (voir mon post du 7 décembre 2007).

C’est donc avec bonheur que j’ai lu sa dernière livraison « Stalag II B ». Il s’agit-là de l’histoire très personnelle de son père, René, pendant la guerre de 39-40 et de son séjour dans un camp de prisonniers allemand.

Le dessin ligne claire mais très stylisé est toujours d’une efficacité redoutable quand il s’agit de décrire les non aventures d’anti-héros victimes de la marche du monde et sans prise sur lui.

Pacifisme et anti-militarisme affleurent une fois de plus tout au long de cette substantielle livraison (188 pages… et Tardi nous promet une suite). On retrouve bien là le fils de ce militaire de carrière qui démissionna pour ne pas participer à la guerre d’Indochine : les chiens ne font pas des chats. On reconnaît aussi l’homme (des)engagé qui a récemment refusé la Légion d’Honneur qu’on lui avait attribuée d’office avec une rare maladresse.

Mais ce nouvel album a surtout le mérite de mettre un coup de projecteur sur une période de l’histoire étrangement ignorée (si l’on excepte quelques pitreries genre « 7e compagnie ») : la défaite de 1940 et la réalité des camps de prisonniers qui furent abondamment pourvus en Allemagne dans la foulée.

Avec Tardi, on est loin de « La vache et le prisonnier ». On se trouve confronté aux réactions d’hommes dans des situations extrêmes mais qui, contrairement aux déportés, ont une marge de manœuvre pour s’organiser et résister. Pourtant, si la solidarité entre victimes existe, elle reste toujours marginale face à la dureté des temps et la fragilité des hommes. Du coup, le constat implacable de Tardi ne conduit pas à un humanisme béat et notre état d’esprit après lecture est aux couleurs des magnifiques planches de l’album : noir et gris.

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans BD, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Stalag II B

  1. Xavier Dhollande dit :

    Superbe BD, Tardi est une valeur sure dans ce domaine, il ne s’est pour ainsi dire jamais planté!

  2. Emmanuel dit :

    Un ouvrage essentiel pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’avoir un grand père qui avait fait la Seconde Guerre mondiale et qui me racontait dans les détails la vie quotidienne dans ces camps.
    Un de mes enfants a reçu ce livre en cadeau pour Noël, quelle bonne idée !

  3. Louis-Paul dit :

    Voila qui me donne envie de ressortir ma collection des « Adèle »…Il y a aussi les Léo Mallet et puis j’aime l’homme (j’allais dire le couple, d’ailleurs Tardi a illustré un des albums de Madame).

  4. Tardi n’est ni plus ni moins qu’un Maître de la BD… Doublé d’un anar indécrottable comme je l’évoque dans mon avant-dernier post. Dans cette oeuvre riche au style unique, il faut lire aussi « Le Cri du Peuple » qui revisite l’épopée de La Commune. On ne se refait pas…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s