Honni soit qui Mali pense

François Hollande et Dioncounda Traoré à Bamako 02/02/2013

François Hollande et Dioncounda Traoré à Bamako 02/02/2013

Il faudrait être en effet d’une particulière mauvaise foi pour ne pas acter que l’opération diligentée au Mali par François Hollande et son gouvernement a trouvé une issue positive.

Mais dans le concert des louanges qui a suivi la reconquête des villes du nord, il est deux arguments qui, à mon sens, ont été sous-utilisés. C’est pour cela que je me permets de les mettre en valeur sur ce modeste blog.

– Depuis une douzaine d’années, on peut affirmer que le défi géopolitique le plus grave que nous ayons à affronter est l’intégrisme islamiste. Or, l’expédition malienne est, sur ce point, sans ambiguïté : il s’agissait de stopper (provisoirement et dans une zone géographique limitée) l’expansionnisme d’Al-Qaïda et consorts. Ce qui fut fait et bien fait. Notre intervention en Lybie et, plus globalement, notre soutien sans nuance aux « printemps arabes » étaient loin d’être aussi clairs vis-à-vis de l’ennemi principal.

– Sur la forme, j’ai apprécié que François Hollande ne joue pas au chef de guerre mais « se contente » d’être un chef d’Etat qui a pris une décision difficile mais indispensable pour l’équilibre de la région. Sa visite sur le terrain, respectueuse des autorités locales et… en costume cravate, participait de cette volonté d’éviter la politique spectacle.

Qu’il retire quelques bénéfices politiques de son attitude courageuse n’est après tout que justice. Qu’il ne joue pas à Rambo ou au Maître du monde, nous change un peu d’époques qu’on espère révolues.

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans politique internationale, politique nationale, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour Honni soit qui Mali pense

  1. Claudio dit :

    Dommage de nous proposer une lecture en creux qui devient négative et inutile quand il suffisait d’être satisfait du travail accompli et positif.

  2. Anne dit :

    Quand les intérêts de « l’occident » sont « clairs » leurs « agissements » le sont d’autant plus. C’est le cas de l’intervention au Mali….
    Quant au «costume-cravate », je doute qu’un pyjama ou un bermuda eussent été apprécié par le grand public critique que nous sommes ! 😉

  3. Laurent Weppe dit :

    « on peut affirmer que le défi géopolitique le plus grave que nous ayons à affronter est l’intégrisme islamiste »

    Le grand défi géo-politique de notre temps, c’est le changement climatique et le délabrement de ce qu’Evan Fraser et Andrew Rimas ont appelé notre « Empire Alimentaire Mondial »: depuis 2000, l’humanité produit une année sur deux moins de nourriture qu’elle n’en consomme et un tiers des réserves faites les bonnes années ont déjà été consommées.

    En 2010, la Grande Canicule Mondiale a épargnée l’Europe et les USA (c’est pour cela que personne en Europe et au USA ne parle de la Grande Canicule Mondiale) qui parvinrent à préserver 99% de leur production céréalières malgré la multiplication des incendies. Mais ailleurs la situation fut catastrophique: la production agricole chuta dans plusieurs pays du Proche-Orient et du Maghreb, l’Est asiatique dû faire face au printemps à vague de sécheresse et de tempêtes de sable qui s’étendirent de Pékin à la Thailande et la Chine connu de Mai à Septembre une vague d’innondations qui tua plus de 3.000 personnes et provoqua le déplacement forcé de 15 millions d’autres. La famine affecta 18 millions d’habitants du Sahel, du Sénégal jusqu’au Soudan. La Russie perdit un tiers de son blé et bloqua les exportations céréalières: son principal client était l’Égypte: les manifestants de la place Tahrir étaient en tous points semblables à leurs homologues français venu crier leur colère sous les murs de la Bastille: ils avaient faim et voyaient le prix du pain.

    Comme nous sommes au centre du Grand Empire Alimentaire Mondial, nous ne subissons pas -encore- le pire des conséquences des dégâts climatiques que Nous avons provoqué, mais comparé à la déterioration de l’immense infrastructure qui nous nourrit, sans laquelle Nice n’est qu’à 48 heures de la famine, les forfaits d’Al Quaeda et consorts ne sont qu’une insignifiante péripétie: une querelle de voisinage au beau milieu d’un incendie.

  4. Emmanuel dit :

    Oh Niçois qui mal y pense !
    Il semble que l’on soit bien loin de la Francafrique à l’ancienne dans cette affaire où la politique du président passe presque pour de l’humanitaire.
    Il ne faudrait pas que la France assume seule cette intervention dont le coup financier est de plus en plus évoqué. Il est temps que les forces africaines prennent le relais pour faire mentir ceux qui disait « que l’homme africain n’était pas assez entré dans l’histoire ». C’est maintenant à eux de prendre leur destin en mains.

  5. Anne dit :

    Ceci dit je fond complétement devant le charme de notre Président, donc même en pyjama je l’aurais trouvé craquant… 🙂

  6. Emmanuel dit :

    Damned, je corrige ma faute, « ceux qui disaient ».

  7. Anne dit :

    Moi aussi je corrige mes fautes (blog de profs oblige !): « je fondS » et « apréciéS »…

  8. bernard gaignier dit :

    Patrick je trouve ton jeu de mots lamentable.
    c’est dégueu de me piquer mon fond de commerce.
    Pas du tout d’accord avec l’appréciation de Claudio qui manifeste un agacement dés que l’on semble porter une critique sur les politiques antérieures.
    Oui j’étais contre l’intervention en Lybie, (dont on commence à lire ça et la qu’elle était télécommandée par le Qatar) De même je trouve que l’on se plante encore avec la Syrie comme on s’est planté avec l’Irak l’Afghanistan (à la période « soviétique ») et antérieurement avec l’Iran et je n’ai pas applaudi vigoureusement au printemps arabe.
    J’avais dit il y a quelques temps sur ce blog que l’occident a toujours joué les idiots utiles de l’islamisme… ainsi également qu’Israel qui l’a favorisé pour contrer Arafat.
    Je n’ai pas changé d’avis
    D’où évidemment mon soutien à l’intervention française au Mali…..

  9. Claudio dit :

    Que veux-tu Bernard, je suis incorrigible, je n’aime pas qu’on dise du mal du voisin et j’aime beaucoup qu’on reste positif et qu’on regarde devant. Ce n’est donc pas de l’agacement mais ça pourrait s’apparenter à un devoir d’éveil généreux 😉

  10. Laurent Weppe dit :

    L’Occident a surtout su jouer les « idiots utiles » de l’islamisme en soutenant la ribambelle de satrapes pseudo-laïques qui prétendaient constituer un rampart contre celui-ci alors même que la corruption de leurs régimes ne faisait qu’en renforçer la popularité.

    L’autoritarisme soviétique a fait le lit des intégriistes orthodoxes et catholiques en Europe de l’Est: il aurait fallu quoi? Soutenir Jaruzelski, Ceausescu, Kadar et toute la bande sous prétexte qu’ils « protégeaient » l’Europe de l’Est des excès du nationalisme et de l’intégrisme religieux?

  11. bernard gaignier dit :

    C’est vrai que leur politique a eu cet effet mais de là à donner la main et les armes aux islamistes pour les renverser….

    • Laurent Weppe dit :

      Premièrement, tous ceux qui se sont battus contre eux n’étaient pas des islamistes, loin de là.

      Ensuite, je rappelle à toute fins utiles que, la révolte Lybienne a commencé par des manifestations auxquelles Kadhafi a répondu à coups de mortier. Il y avait à l’époque deux options:
      1. Aider les rebelles en sachant qu’il y avait un risque de voir les intégristes se faufiller dans la brêche et predre le pouvoir (ce qui ne s’est pas produit: aux élections de 2012, la branche locale des frères musulmans a obtenue 10% des suffrage: il n’est pas impossibles que les islamistes soient moins soutenus en Libye que la branche boutiniste de l’UMP ne l’est en France)
      2. Laisser les mercenaires de Kadhafi massacrer la population de Benghazi, attendre 15 ans que les enfants des victimes deviennent adultes et ne s’en aillent génocider la moitié ouest du pays par vengeance.

      Comparons cela à la situation en Syrie où la Russie pour cause de base millitaire a apposé son véto à toute aide de la rébellion:
      La guerre civilie a déjà provoqué la mort de plus de 40.000 personnes, un demi-million de Syriens sont devenus des réfugiés, l’économie du pays est en ruine, le Liban voisin est au bord du chaos, et depuis bientôt deux ans que la révolte dure, les Islamistes ont réussi à faire leur nid avec plus de succès qu’en Lybie.

  12. bernard gaignier dit :

    T’as raison Laurent; c’est vraiment dommage que l’on ne soit pas intervenu en Syrie!
    c’est ça qui aurait arrangé les choses.
    Quant aux élections en Lybie…….je ne me souvenais pas qu’il y en ait eu et de toutes façons dans la situation d’un pays ou il n’y a ni état ni gouvernement……
    A défaut d’avoir pris tout le pouvoir les islamistes ont pris les armes …que nous retrouvons au Mali!
    Quant à savoir si ils auraient pu renverser Kadhafi tout seuls… c’est de la pure fiction.

    • Laurent Weppe dit :

      Elle est bien bonne: si les électiosn lybiennes s’étaient soldées par le triomphe des intégristes tu serai le premier à les citer comme preuve absolue que tout va mal. Là, elles se terminent par la déroute des intégristes, donc forcément, elles ne comptent pas .

      Refuser de reconnaître la validité d’une élection parce qu’on aime pas le résultat, c’est un grand classique des faux-culs de la démocratie. Mais refuser de reconnaître la validité d’une élection parce qu’on trouve que le résultat n’est pas assez déplaisant, c’est nouveau.

      Quant à la situation au Mali, je le répète une fois encore, elle a moins à voir avec l’Islamisme radical qu’avec ça:
      http://www.jisao.washington.edu/data/sahel/sahelprecip19002012.ps
      Ce sont ces 40 années de mauvaises pluies au Sahel qui sont responsables des révoltes constantes des Touaregs et de l’affaiblissement du gouvernement de Bamako -extrêmement dépendant des revenus de l’agriculture-: les islamistes sont des opportunistes dans ce conflit qui existerait même sans eux.

  13. @MC, dont j’ai préféré ne pas passer le message
    Que vous ne soyez jamais d’accord avec ce que j’écris ici, ce n’est pas un problème. Que vous vous permettiez de faire des allusions désagréables et des attaques personnelles à l’encontre de commentateurs, ça en est un.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s