La jeune femme au verre de vin

Birkenau

Ce mardi, c’est avec Sami que j’ai participé à un nouveau voyage de la mémoire à Auschwitz organisé par le Conseil Général 06 pour les collégiens du département. Une fois de plus impeccablement organisé par Eric Goldinger et son équipe, ce long périple (une journée) fut au sens vrai du terme mémorable.

C’est que depuis 2004, ces voyages qui sont l’honneur de la collectivité dont je suis l’élu sont devenus familiers aux jeunes de notre département. En effet, rares sont les familles qui n’ont pas été concernées par ces parenthèses de la Mémoire tellement nécessaires à une époque si oublieuse de son Histoire.

Il s’agissait d’accompagner une délégation de mon cher collège Vernier, encadrée par Béatrice Partenza et un jeune couple de professeurs, Elodie et Rémi Bellier (Bon sang ! Mais pourquoi n’ai-je jamais eu des profs comme ça quand j’étais petit ?)

Collégiens de Vernier, BirkenauGwendoline, Séliska, Mariem (de Tunisie), Mohamed, Marie, Théo, Samuel, Esther, Sarah, Sébastien, Julie, Samy, Mehmed (de Sarajevo), Shaïma et Cristiano (de Guinée-Bissau) ont été à la hauteur de l’événement.

Tout d’abord intrigués et curieux, ils ont su, petit à petit, faire une place de plus en plus grande à l’émotion au fur et à mesure que nous progressions à travers les espaces glacés de Birkenau et les sinistres bâtiments de briques de Auschwitz 1.

Pour ma part, comme à chacun des nombreux voyages que j’ai effectué en terre polonaise, la complicité presque apaisée qui m’unit aux victimes de ces lieux s’est trouvée renforcée.

Ainsi, cette rencontre devenue rituelle avec la jeune femme au verre de vin. Dans l’un des rares bâtiments préservés de Birkenau, on a, sur un mur, exposé des dizaines de photographies de famille trouvées dans une valise à la libération des camps. Il s’agit de Juifs polonais, probablement originaires de la région de Sosnowiec en Silésie, photographiés avant l’occupation allemande ou juste au début de celle-ci (on peut voir quelques étoiles jaunes). Ce sont des photographies familiales banales comme nous en avons tous dans nos albums en noir et blanc. L’expression de ce bonheur tranquille juste avant la plongée dans l’indicible est poignante.

Parmi les photos, je suis à chaque fois fasciné par celle d’une jeune femme avec un chapeau à voilette (une mariée ? une demoiselle d’honneur ?) accompagnée d’un homme discret (son époux ? un parent ?). Avec un sourire plein de douceur, elle porte un toast avec un verre de vin rouge. Au visiteur d’imaginer que ce geste d’optimisme tourné par l’avenir est en fait un adieu. Une fois de plus, j’ai imaginé.

Patrick Mottard - Birkenau

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans 5e canton, Conseil général des Alpes-Maritimes, Société, voyages, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

19 commentaires pour La jeune femme au verre de vin

  1. Manu Honegger dit :

    Incroyablement triste cette photo, pleine de bonheur et d’espoir…

  2. Oui, cette photo nous serre le coeur… C’est bien ce que tu fais chaque année avec les gosses de Vernier, vraiment. Une forme de résistance aussi nécessaire que celle qui consiste à défiler dans la rue…

  3. penelope dit :

    cette jeune femme me fait penser a Romy Schneider dans le vieux fusil ….

  4. Manu Honegger dit :

    Comme il est dit à la fin: « Au visiteur d’imaginer que ce geste d’optimisme tourné vers l’avenir est en fait un adieu »…poignant.

  5. Claire Chjara dit :

    J’ai visité un camp avec ma classe… Je me souviens de tout ce que j’ai pu voir. Franchement cette guerre là plus qu’une horreur.

    Et tant de dénonciations… Même les gosses !! J’espère que l’enfer existe vraiment pour tout ceux qui ont contribué de prés ou de loin à cette souffrance… Une guerre propre ça existe pas mais là c’est pire que tout !! Comment c’est possible de faire autant de mal gratuitement !!

  6. Manu Honegger dit :

    Le régime nazi, ça a été le sommet dans l’horreur et la bestialité, il n’y a pas d’équivalent dans l’histoire. Mème l’URSS de Staline, malgré sa brutalité et ses goulags n’est pas arrivée à ce niveau. C’est la seule fois dans l’histoire ou l’extermination de peuples est sciemment planifiée, rentabilisée et industrialisée.

  7. Jean P dit :

    Florence s’y était rendu avec des élèves de Carros… Même les plus coriaces ont craqué. Je ne sais pas si j’aurais supporté à 14/15 ans, peut-être pas.

  8. Quelle fut la courte vie de cette jeune femme.Avait elle des enfants?était elle heureuse? On ne le saura jamais.
    Mais,je peux imaginer aussi ces derniers instants,la faim, la révolte,la peur,la souffrance.
    Merci à toi et à Sami de nous rappeler ,que nous devons jamais oublier qu’un jour un fou a exterminé des millions d’innocents.

  9. sami dit :

    Un voyage de la mémoire très intéressant…très émouvant .tres bonne initiative décidé par le conseil général .les collégiens ,adultes de demain doivent avoir a l esprit ce qui s est réellement passé en Pologne durant la période de guerre.

  10. Patrick Waltz dit :

    Une bonne action qui doit être perpétrée afin que le devoir de mémoire perdure…!

  11. Brigitte Chagot dit :

    pour avoir visité dans mon enfance « LE STRUTOFF » camp de concentration installé dans les vosges…avant que des vandales n’y mettent le feu pour nier l’existence de ces horreurs….j’avais 11ans et je n’ai jamais oublié je pense qu’il est absolument nécessaire de transmettre et de ne pas oublier ce que l’homme (qui est à mon avis un monstre pour l’homme quand il se déchaine) est capable de faire….mais encore une fois ceci n’engage que moi…enfin bon retour chez vous à vous tous qui avez fait ce voyage du souvenir …car même à l’air …l’opprésion reste présente….c’est ce que j’en ai gardé….

  12. Paul Vautel dit :

    C’est un peu dommage que dans les collèges, la sélection des élèves pour ce voyage de la mémoire (1 ou 2 par classe) soit tout a fait discutable. La possibilité de ce rendez-vous avec l’histoire devrait être offerte plus largement et pas forcément aux meilleurs élèves.

  13. Paul, pour les collèges avec lesquels j’ai fait le déplacement (Matisse et Valéri) et c’était la même chose pour Patrick, la sélection (indispensable : on ne peut emmener tous les élèves de 3e…) ne se fait absolument pas sur ce critère là mais sur lettre de motivation.

  14. Laurent Weppe dit :

    « la sélection (indispensable : on ne peut emmener tous les élèves de 3e…) »

    Quand ma classe de terminale été partie en voyage scolaire pour Auschwitz, toute la classe avait été envoyée. Bon, ok, on été une petite classe et on avait gagné le concours national de la résistance (comment ça je la ramène?)

    ***

    « C’est la seule fois dans l’histoire ou l’extermination de peuples est sciemment planifiée, rentabilisée et industrialisée. »

    Ce n’est certainement pas la seule fois où un génocide a été planifié par un état (ni la première, ni la première d’un état allemand) et ce n’était certainement pas une extermination « rentabilisée »

    Le génocide héréro de 1904-1907 en Namibie a le douteux honneur d’être le premier génocide commis par un état allemand: voilà à quoi ressemblaient les survivants du génocide: la ressemblance avec les survivants des camps est frappante:

    Ensuite, ce qui rend la Shoah si particulière, c’est précisément le fait qu’il n’y avait pas de « rentabilisation » du génocide. Au XIXème siècle, l’état chinois massacra 12 millions de membres de la minorité musulmane des Hui, la France provoqua la mort d’un tiers de la population algérienne dans sa campagne de « pacification », la domination britannique sur l’Inde provoqua une série de famines qui firent cinquante millions de morts: des actes abjectes, mais à chaque fois, l’appât du gain était évident: la dynastie Qing a massacré une minorité religieuse qui s’était rebellé dans le but de la remplacé par des sujets plus dociles; la monarchie de Juillet a affamé les Algériens en volant leurs terres pour les donner à des colons blancs; l’empire britannique a affamé les Indiens comme il a affamé les Irlandais en pillant des ressources alimentaires afin de nourrir les centres industriels de Grande-Bretagne. Le génocide juif a cela de particulier qu’il a été organisé par un régime qui n’avait rien à y gagner et tout à y perdre: il s’agissait de massacrer des Juifs pour massacrer des Juifs: des ressources qui auraient en toute logique dues être utilisées à des fins militaires par un régime nazi aux abois pris en tenaille entre les états-unis et l’URSS furent détournées dans le seul but de massacrer le plus grand nombre de Juifs possible avant la fin de la guerre. Le comportement du régime nazi a été comparé à celui d’un preneur d’otage qui, se découvrant pris au piège, décide de tuer les otages afin de « punir » le reste du monde: « Si vous m’aviez donné ce que je voulais » (dans le cas nazi: un empire qui aille de l’Atlantique à l’Oural) « Je n’aurais pas provoqué autant de souffrance« . Dans tous les cas, la Shoah est marquante précisément parce qu’il ne s’agissait pas d’une opération visant la « rentabilité ».

  15. Emmanuel dit :

    Il y a des villes éternelles, mais il y a aussi des mémoires éternelles. Bravo Patrick tu arrives toujours à nous émouvoir même sur un sujet pourtant si souvent évoqué !
    Des vies brisées et pourquoi ? C’est peut être cela le plus abject!!!

  16. Ping : Yom Hashoah : la République ne lâche rien | Le blog de Patrick Mottard

  17. Ping : Au front | Le blog de Patrick Mottard

  18. Ping : 1500 billets… Marignan n’est pas loin | Le blog de Patrick Mottard

  19. Ping : La mémoire du collège Saint Barthélemy | Le blog de Patrick Mottard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s