MUSEAAV : carte blanche à Dominique Boy-Mottard

Nice-Tunisie au Museaav

Le MUSEAAV (Musée Usine Espace d’Art Actuel & Virtuel), qui compte parmi ses fondateurs notre ami de Gauche Autrement Bernard Clerico, est un lieu à part dans notre ville. Idéalement situé place Garibaldi, à côté du mythique cinéma « Mercury », il offre sur un étage et un sous-sol un vaste espace labyrinthique et ludique sans équivalent à Nice. A la fois lieu d’exposition, de concert et de débat, il s’y mélange joyeusement artistes, public, médias locaux et militants associatifs de tout poil, dans un joyeux capharnaüm qui n’est pas sans rappeler parfois feu Les Diables bleus.

Ce vendredi, les responsables du MUSEAAV avaient donné carte blanche à Dominique pour qu’elle anime, sur un thème choisi par elle-même et sous une forme qu’elle devait déterminer, une soirée dans le cadre des journées de la femme qu’ils organisent chaque année au mois de mars.

Pour des raisons liées à l’actualité et à la frilosité des associations féministes traditionnelles sur le sujet, Dominique a décidé d’évoquer la situation de la femme en terre d’Islam et de choisir pour cela le pays dont les Niçois se sentent le plus proche pour des raisons historiques, culturelles… et arithmétiques : la Tunisie.

Joliment intitulée « Nice-Tunisie : regards de femmes sur l’autre rive », la soirée (sur laquelle Dominique fera certainement un compte-rendu exhaustif sur son blog), fut particulièrement réussie. Avec Dominique en Laurence Ferrari de gauche (certains, à la fin de l’exercice, voulaient la recruter pour d’autres animations de débat !), Rajè et Faouzia (une autre amie autrement) en guest stars, un public attentif et participatif, et une absence totale de langue de bois, le débat, parfois vif, fut toujours utile, dense et riche.

Un seul regret : avoir manqué « l’after » qu’on m’a rapporté comme amical et presque fraternel autour d’un thé à la menthe et de quelques pâtisseries. Mais c’était pour une bonne cause : rejoindre les Schtroumpfs du 42 bis qui fêtaient leur victoire dans une salle de concert de la rue des Combattants en Afrique du Nord.

Le 42 bis fête sa victoire

Sur le blog de Dominique : Faouzia, Rajè et les autres

 

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans Société, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour MUSEAAV : carte blanche à Dominique Boy-Mottard

  1. Très belle initiative,qui nous a permis de mieux comprendre le combat des femmes Tunisiennes.

  2. JOSÉ dit :

    Trés intéressant !!! Bravo Dominique …

    • Anne dit :

      Ah ! le fameux thé à la menthe et les pâtisseries…
      J’ignore ce qui a été dit, surement des choses intéressantes grâce à notre Chère Dominique, mais bon… si les Tunisiennes & Co veulent s’émanciper elles n’ont qu’à virer le voile contre une bonne coupe de cheveux bien courte et arrêter de manger des gâteaux…
      Allez les filles on se bouge !!! 😉

  3. Cléo dit :

    Sans avoir beaucoup lu sur la question (un peu seulement), j’ai par contre beaucoup écouté. D’abord de nombreux intervenants souvent acteurs lors du colloque sur la laïcité qui s’est déroulé à l’université ST Jean d’Angely tout de suite après ce que certains nomment « la révolution de jasmin » puis des reflexions sur les outils tant théoriques que pratiques d’un ami franco-tunisien. j’ai retrouvé hier soir un souci commun: sincérité et force du propos qui n’est pas seulement de témoignage mais aussi de convictions, prudence sans demi-mots, la ronde bellement menée de plus!
    Etant sortie avec plus de questions que de réponses, j’en profite pour redire que j’y vois le signe de ce que les choses, lorsqu’elles sont simplifiées à outrance, devraient nous mettre par principe la puce à l’esprit.
    Sur ce point , je ne fus pas déçue. En effet, que ce soit du point de vue de l’usage du vocabulaire (on ignore pas que les mots n’en sont pas que! et peuvent créer des réalités ou produire des effets de réel): certains contestant la mortelle accolade de la révolution et du jasmin, cette fleur qui sent si bon mais hélas tourne court, d’autres l’ appelation « révolution » tout court qui pourrait bien être seulement de son étiquette contrôlée; que ce soit de la nécessaire distinction des domaines souvent confondus: ainsi les femmes peuvent elles combattre pour leur droits sans qu’elles allient nécessairement ce combat à la vertu pour qu’il en soit seulement par là légitimé.
    Je rapporterai enfin un propos entendu à la sortie qui témoigne d’un espoir inquiétude indissociable comme les deux faces d’une même pièce de monnaie: Pouquoi tant de différences de positions lorsque ceux qui résistent ne sont pas si nombreux? Ne s’agirait-il pas d’être avant toute chose, unis?  » Oui mais…s’il y a là différences d’interprétations, l’union n’est pas exclue. D’autant que, il me semble, c’est le propre d’un processus démocratique que d’assumer ce risque de principe.

  4. Emmanuel dit :

    AVe Dominique ceux qui t’ont écouté te saluent !

  5. Ping : Faouzia, Rajè et les autres… | Le blog de Dominique Boy Mottard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s