Grosse Patate a la frite

Aurélie Péglion, Thomas Garcia, Emma Laurent

Invité par la Compagnie Gorgomar et Aurélie Péglion, j’ai assité, entre une classe d’élèves de l’école Rotschild et un groupe de lycéens de Guillaume Apollinaire, dans une salle Michel Simon du TNN pleine à craquer, à une représentation de « Grosse Patate », leur dernière production destinée principalement au jeune public.

Grosse Patate est une petite fille qu’on a affublé de ce surnom parce qu’elle mange tout le temps. Elle est en quelque sorte la version féminine du Alceste du « Petit Nicolas ». A une différence près : elle ne vit pas tout à fait aussi bien sa condition. La pièce est le déroulé de son journal intime.

L’interprétation d’Aurélie est d’une grande subtilité car elle arrive à nous faire comprendre que Grosse Patate, victime du regard des autres, est aussi pleine de joie de vivre. Elle est épaulée par Emma Laurent, actrice de grand talent puisqu’elle est tour à tour la statue du Commandeur de la conscience malheureuse de Grosse Patate, et Rémi, son petit copain efféminé qui joue mal au foot…

La mise en scène de Thomas Garcia est à la fois imaginative (il y aura peut-être quelques cauchemars cette nuit…) et sobre, ce qui ne va pas toujours ensemble dans le théâtre moderne.

Une jolie pièce sur la préadolescence, ses petites joies et ses grandes questions. Au final, le public composé d’enfants et d’adolescents, a fait un triomphe à Grosse Patate et Gorgomar. Un triomphe mérité.

Le public

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans culture, littérature-théâtre, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Grosse Patate a la frite

  1. Emmanuel dit :

    Ah bin tant mieux car nous on ne l’a pas la frite en ce moment !

  2. Cendrillon dit :

    Comme c’est dur de vivre son adolescence avec une ou des différences… c’est bien d’en parler dans une forme ludique, ça apaise les jeunes esprits bouillonnants d’existence, assoiffés de faire partie d’un clan… on en guérit jamais d’ailleurs je crois, ou c’est l’amour de la solitude et le rejet des autres… ? l’enfer est-ce bien les autres ? Elle veut être comme tout le monde, et avec tout le monde, mais dans un groupe et un seul… hélas, parfois l’envie se complique et donne le besoin d’être unique au monde, pour que le regard de ce monde se porte sur elle et seulement sur elle… la Patate… sacrée Patate !

  3. Romane P. dit :

    J’ai tout aimé dans grosse patate! Qu’est-ce que tu as aimé toi?

  4. Tu l’as vu quand ? moi c’est son humanité à Grosse Patate et le fait qu’elle est optimiste et gentille avec Rémi…

  5. Romane P. dit :

    Je l’ai vu au théâtre de Carros il y a longtemps mais ma soeur au tnn la semaine dernière. Je dis comme toi! J’ai préféré la scène où le grand homme dit: « GROSSE patate… est-ce que tu dors? »‘

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s