Le Village des Coen

Patrick Mottard, Cannes

Je ne crois pas qu’il m’ait jamais été donné l’occasion d’assister à la projection d’un film hollandais. Ce sera donc le morceau de gouda sur le gâteau de ce premier dimanche de festival, qui verra également la présentation du nouvel et surprenant opus des frères Coen.

borgmanBorgman, Alex Van Warmerdam (Pays-Bas)

Chassé d’un mystérieux abri creusé dans le sous-sol d’une forêt, une sorte de SDF qui semble sorti tout droit d’un épisode de Lost investit par la ruse le luxueux pavillon isolé d’une famille batave blonde à souhait.

D’apparence christique, Borgman – c’est son nom – va se révéler plutôt démoniaque. Petit à petit, avec l’aide de quelques amis d’origine aussi incertaine que lui, il va révéler les fragilités et faire éclater les contradictions de ce petit monde bourgeois si lisse d’apprence : jusqu’à son autodestruction.

Intriguant dans un premier temps, le film trop long (c’est, encore cette année, un défaut fréquent pour de nombreux longs métrages de la compétition) devient assez vite prévisible. Ce n’est donc pas avec Borgman que la Hollande deviendra l’autre pays du cinéma.

inside-llewyn-davisInside Llewyn Davis, Ethan et Joël Coen (USA)

Avec ce film sur la vie d’un jeune chanteur de folk à Greenwich Village dans les années 60, les frères Coen surprennent. On est, en effet, très loin de la mise en scène baroque et des personnages « grandes gueules » souvent caricaturaux qui représentent la marque de fabrique de leur cinéma.

Llewyn est un artiste talentueux (il aurait inspiré Dylan), mais aussi un loser même pas sympathique tant il est égocentrique et irresponsable. mais cette chronique du Village, agrémentée d’un road movie sur la route de Chicago, distille une petite musique douce amère et tendre : celle des chansons folk du film (dont Five hundred miles, qui rappellera plus d’un souvenir à ceux qui étaient ados il y a quelques décennies…)

Un film certainement mineur mais qui restera comme une pause sympathique dans la filmographie des frères Coen.

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le Village des Coen

  1. Emmanuel dit :

    Puisque tu cites Dylan, alias Robert Zimmerman, je me demande pourquoi l’idée qu’on puisse le décorer de la légion d’honneur puisse faire autant polémique ? Serait-il moins méritant que n’importe quel joueur de foot ou acteur de seconde zone ? Le folksinger fils de Woody Guthrie et sa guitare qui luttait contre l’injustice et l’intolérance mérite bien la reconnaissance de la République universelle, alors vive Bob Dylan et son « never ending tour ».

  2. Emmanuel dit :

    Je tombe par hasard sur une très belle émission sur LCP où Le Premier ministre discute avec Daniel Cordier sur « l ‘esprit de résistance ». Il se passe des choses sur la télé publique et c’est tant mieux….A revoir!

  3. Emmanuel dit :

    C’est aussi du cinéma le 25 et le 26 mai sur France 3 un téléfilm sur l’engagement de Daniel Cordier aux cotés de Jean Moulin ça nous changera du foot ou de la téléréalité. A voir et à méditer !

  4. Dgé of Biot dit :

    500 hundred miles me fait penser à Peter, Paul and Mary, à la voix si sensuelle et à notre inoubliable star française, Richard Anthony…….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s