Mads Max, le Cévenol

Michael Kohlhaas

Il serait étonnant que les films de ce vendredi soient présents au palmarès. Du coup, tout le monde attend le feu d’artifice Jarmush/Polanski du dernier jour avec encore plus d’impatience.

The immigrant, James Gray (USA)

The immigrantEn 1921, Ewa et sa sœur quittent leur Pologne natale pour la terre promise : New York (l’occasion de retrouver Ellis Island que nous avions visité il y a quelques années). Malade, la sœur est mise en quarantaine à l’arrivée et Ewa tombe sous la coupe d’un proxénète.

Un pur mélo : une orpheline polonaise (on a décapité ses parents devant elle), violée pendant la traversée, est obligée de se prostituer pour sauver sa sœur tuberculeuse.

Pour faire passer une histoire digne d’Eugène Sue, il aurait fallu – peut-être – une interprétation subtile ou même distanciée. Ce n’est pas le cas avec le couple vedette Marion Cotillard-Joachim Phoenix qui, à force de grimaces, donne l’impression de jouer dans un film muet. Qu’on se rassure, à la fin le vilain méchant se rachète une conduite. Ainsi, il y a de la rédemption dans l’air et le critique de Télérama sera forcément content. Il faut garder la foi…

Michael Kohlhaas, Arnaud des Pallières (France)

Au XVI° siècle dans les Cévennes , le marchand de chevaux Michael Kohlhaas est victime de l’injustice d’un seigneur. Cet homme intègre lève une véritable armée et met le pays à feu et à sang pour rétablir son droit.

Les superbes paysages des Cévennes nous plongent dans une atmosphère à la René Allio (même si Les Camisards, c’est au XVII° siècle…). Quant au film lui-même, c’est peu dire qu’il doit beaucoup à son acteur principal, le Danois Mads Mikkelsen, prix d’interprétation ici même à Cannes l’an dernier. Mads est impressionnant de bout en bout dans son rôle de chef de guerre flamboyant et… occasionnel au service de son bon droit.

Comme juriste, je ne peux qu’avoir une faiblesse pour un film qui, à l’instar de certains westerns (L’homme qui tua Liberty Wallance), nous montre une société qui essaie de s’extraire de la brutalité et de la violence en adoptant et en respectant un minimum de règles…

Déjà moins de monde au marché du film...

Déjà moins de monde au marché du film…

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans cinéma, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Mads Max, le Cévenol

  1. Emmanuel dit :

    Moi je préfère Max la menace….

  2. Nice Matin a eu la même inspiration que toi : titre de l’article sur le film Michael Kohlhaas, « Mads Max » !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s