Nostalgym au Ray : clap de fin !

Stade du Ray, après le match

Ce fut certainement le dimanche le moins paisible de l’histoire du 5e canton.

En effet, de Malausséna à Gorbella en passant par Borriglione et la rue Puget, c’est une foule immense de supporters qui a rendu un dernier hommage au vieux stade du Ray (qu’on n’appelait plus guère par son véritable nom : Léo Lagrange).

Le temps de quelques photos dans le cortège et j’étais bien entendu au rendez-vous du dernier match de l’OGCN à Nice Nord. Le conseiller général du canton du stade ne pouvait pas ne pas être là.

Que Nice concédât finalement le match nul à Montpellier, son challenger du jour, fut finalement anecdotique. L’essentiel fut l’après match où de très nombreux anciens joueurs furent présentés au public. Beaucoup d’émotion submergea cette fin de soirée qui me permit de retrouver mon tiercé de joueurs favoris : René Fioroni, René Bocchi et José Cobos.

En hommage au vieux stade, je reprends donc ici un extrait de ma chronique du 6 décembre 2009 consacrée au Ray et à sa nostalgie (sur le coup, j’étais un peu visionnaire).

Je me souviens de ces longs « trails » entre le quartier Pasteur et le stade qui nous faisaient traverser la moitié de la ville en empruntant uniquement des chemins de traverse et des escaliers. Le chemin de la Galère, embaumé et fleuri au printemps, flamboyant en automne, représentait une partie non négligeable de notre itinéraire bis. C’est dire si aujourd’hui, je soutiens avec ferveur la conseillère générale du 7e canton qui veut valoriser et faire connaître les richesses de ce bucolique cheminement rural en zone urbaine.

Je me souviens, pêle-mêle, de tous ces joueurs rouge et noir que nous avons tant admirés : les chevauchées fantastiques de Jean-Noël Huck, les dribles de Charly Loubet au poteau de corner, les plongeons de Baratelli, la vitesse de Bocchi (qui désormais tient la buvette de la cité Ray-Gorbella dans le 5e canton), la rudesse de Chorda, la technique de Leif Eriksson, l’élégance de Bocandé (sa fille est mon étudiante), les buts de Bjekovic, la pirogue de Marama Vahirua, l’esprit Ajax de Dick van Dijk…

René et José BoettoJe me souviens aussi tout particulièrement de René Fioroni. Cet étudiant en notariat avait gardé son statut d’amateur… et portait des lunettes. Ailier fougueux, il était souvent descendu sans ménagement par la défense adverse à l’approche de la surface de réparation. Du coup, probablement inspirés par la jurisprudence Agnan du petit Nicolas de Goscinny, nous avions pris l’habitude de conspuer avec véhémence ces brutes incapables de respecter un amateur courageux qui portait des lunettes.

Je me souviens de soirs de deuxième division où nous étions encore des milliers à soutenir ce qui n’était parfois qu’un fantôme d’équipe. Je revois comme si c’était hier le tableau d’affichage et son 0-3 après une demi-heure de jeu un soir d’hiver contre… Chateauroux (c’est où ça, Chateauroux ?).

Je me souviens du miracle de 2002 quand l’équipe caracolait en tête de la L1 quelques mois après avoir été pratiquement condamné à la troisième division par une fédération très sceptique sur les capacités de gestionnaires des actionnaires locaux. José Cobos le magnifique fut le symbole de cet ahurissant retournement de situation, incarnant la révolte des joueurs contre le dictat parisien, avant de propulser l’équipe vers les sommets. Quelques années plus tard, j’ai eu le privilège de parler assez longuement en tête à tête avec lui. J’ai découvert un homme sensible, un humaniste profondément attaché à l’éthique sportive… C’est dire s’il a dû se sentir souvent bien seul dans le monde du football professionnel.

Je me souviens de ces quatre années passées dans les Populaires, aux côtés de la Brigade sud, avec Ange et Bruno Della Sudda, un alter chez les ultras, aurait dit Léo Mallet. Chants, chorégraphies, banderoles, serpentins et confettis… l’ambiance était chaude, les slogans aussi… Ils traduisaient en tout cas une connaissance très précise des pratiques sexuelles des arbitres et des supporters adverses !

Je me souviens bien sûr des concerts de klaxons sur Borriglione et sur Gorbella les soirs de victoire, les larmes ravalées et les poings dans les poches après les défaites. Je n’ai même pas oublié les petits bastons probablement nécessaires à l’hygiène du corps.

Pour toutes ces raisons, notre cœur restera toujours au Ray. Pour autant, nous n’abandonnerons jamais notre équipe, nous irons la soutenir dans la grande plaine froide, j’irai la soutenir dans la grande plaine froide.

J'y étais !

J’y étais !

Sur le même sujet, voir le blog de Dominique Boy Mottard.

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans coups de coeur, sport, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Nostalgym au Ray : clap de fin !

  1. Ping : Lou Ray : c’est fini | Le blog de Dominique Boy Mottard

  2. Emmanuel dit :

    Et bien cela va faire tout vide maintenant dans le canton…

  3. Cendrillon dit :

    C’est émouvant…

  4. Gerard Bonny dit :

    Avec ceux de ma génération , beaucoup avions participé à une grande fête sportive pour la célébration du rattachement de Nice à la France sur la pelouse de ce stade appelé Léo Lagrange à l’époque ! Un beau souvenir …

  5. bernard gaignier dit :

    Bon, je m’étais promis de rester zen, de respecter votre deuil.. Je me demandais si je n’allais pas verser une larme avec vous….mais en lisant le blog de Patrick j’ai été trop ému…….C’est vrai, c’est tellement émouvant cette évocation de supporters insultants les arbitres, les supporters de l’équipe adverse, et parfois, pour l’hygiène bien sur, tapant sur ces supporters.

  6. Emmanuel dit :

    C’est tellement bien dit Bernard, on dirait du Renaud !

  7. bernard gaignier dit :

    Manu j’apprécie ce compliment à sa juste valeur

  8. Le Mouton Enragé dit :

    La grande plaine froide… C’est exactement ça! Enfin, ça réchauffe un peu de savoir que certains soutiens franchiront le cercle polaire une nouvelle fois et que les joueurs ne seront pas tout à fait seuls dans l’arène.
    Bernard, le non respect du deuil était le bon choix: c’est bien la première fois que j’ai envie de rire à propos de cette histoire!

  9. Cléo dit :

    C’est dommage… j’ai eu l’info le matin même! Sinon j’y aurai mis les pieds pour la dernière et la première fois en même temps.

  10. Chokri Abed dit :

    c’était une après midi mémorable !!!!

  11. Cendrillon dit :

    …rien à voir… petite pointe d’humour 😉
    « Homer Simpson » remplacerait-il « Daniel Craig » dans les prochains films ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s