Travel anecdote (6 – 1re partie) : du rififi à Kalotina

Quelques heures avant l'incident, avec Francine et Christian, autour d'un couple bulgare.

Quelques heures avant l’incident, avec Francine et Christian, autour d’un couple bulgare.


Ce 1er septembre 1979, nous arrivons en début d’après-midi à la frontière bulgaro-yougoslave (aujourd’hui on dirait serbe) de Kalotina. Depuis plus d’un mois, avec notre Opel Kadett jaune pâle, nous avons sillonné les routes d’URSS, traversant Biélorussie, Russie, Ukraine et Moldavie. La veille, nous avons retrouvé à Sofia, Francine, Christian et Luc, trois amis qui, eux, avaient passé leurs vacances en Grèce.

Nos deux voitures sont donc normalement arrêtées à ce poste frontière un peu à l’écart dans une zone de moyenne montagne.

Depuis une demi-heure, Dominique cherche désespérément à se faire rembourser (c’était notre droit, on nous l’avait affirmé) des coupons d’essence qu’on nous avait forcés à acheter lors de notre entrée sur le territoire bulgare. Après un mois de rebuffades bureaucratiques et d’humiliations administratives, la patience légendaire de ma coéquipière est sérieusement émoussée. Ballottés d’un bureau à l’autre, nous nous rendons vite compte que nos interlocuteurs jouent la montre… et l’heure de fermeture des bureaux.

Alors que nos amis ont, semble-t-il, franchi la première partie de la frontière, un garde signifie à Dominique qu’elle doit lâcher l’affaire et rejoindre fissa sa voiture pour dégager le passage. Ulcérée, la victime du totalitarisme bureaucratique va avoir le premier mauvais réflexe de la journée en lançant un juron qui malheureusement pouvait être phonétiquement compris par un Bulgare.

Fou de rage, celui-ci s’empare de l’imprudente et s’apprête à l’envoyer manu militari de l’autre côté de la frontière comme une vulgaire palette de curling. Cette brutalité va m’inspirer le deuxième mauvais réflexe de la journée : chevaleresque, je m’interpose et après avoir moi même essuyé un coup, j’assène au garde un magnifique uppercut. Moi qui, même enfant, ne me suis jamais battu, j’ai bien entendu « la chance » du débutant (vous avez sans doute remarqué qu’on gagne toujours sa première partie de belote ou de tarot…). Le nez du malotrus est généreusement frappé et le sang se met à couler. Celui-ci réplique en essayant de m’étrangler. Dominique crie et Luc et Christian abandonnent leur voiture pour venir à notre secours. Les collègues du blessé affluent, quant à eux, de toutes parts…

(suite la semaine prochaine)

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans Travel anecdotes, voyages, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

26 commentaires pour Travel anecdote (6 – 1re partie) : du rififi à Kalotina

  1. Valérie Expat From Nice dit :

    Déjà un peu pliée, j’attends la semaine prochaine avec impatience….

  2. Emmanuel dit :

    Ça sent la bonne baston avec bourpif à volonté et nez pulvérisé et dispersé façon puzzle !

  3. alaind dit :

    L’analyse historique des anecdotes rassemble bon nombre de problèmatiques concentrées sous la forme de coupons, folios et billets divers, et c’est bien là, la face obscure et administrative de notre condition humaine.
    Mais si je connaît un peu la suite, Valérie est un peuplier, alors en chêne, vite, pour la suite!

  4. Valérie Expat From Nice dit :

    Alain : merci troène.

  5. Cendrillon dit :

    J’attends la suite avec impatience ! impossible de l’imaginer…. ou alors, Patrick finit ligoté et bâillonné avec des bons d’essence ??? hihi…

  6. Valérie Expat From Nice dit :

    Patrick, quel était ce juron phonétiquement qui pouvait être compris par ce Bulgare ?

  7. Valérie Expat From Nice dit :

    Je pense que tu rétabliras ma phrase dans le bon ordre…

  8. antoine dit :

    Patrick m’avait déjà narré une histoire de coup de poing à la fac de Nice. Notre ami couve autant de violence que mes écrits contiennent de l’érotisme.

  9. Walz patrick dit :

    En fait, notre rebelle est, en plus, un violent ?
    Ou alors un preux chevalier volant au secours de sa dame ?
    Vite…. La suite !

  10. Emmanuel dit :

    Bon bouleau Valérie !

  11. JOSÉ dit :

    appelez moi BOND…. James BOND .
    Je comprends mieux maintenant !

  12. Cléo dit :

    J’ai fais tous les efforts du monde pour essayer d’imaginer l’incroyable pulk dont les chaussettes craquent lorsque les muscles des mollets gonflent et ce, à la frontière, mais je n’ai aucune image pour l’opercut, incompatible avec ma perception du personnage!

  13. J’attends la suite ! C’était quoi le juron qui était compris en bulgare ?

  14. si mes souvenirs sont bons Rositsa c’était le mot d’un général français à Waterloo…

  15. Emmanuel dit :

    Quoi Cambrone parlait bulgare ?

  16. Ping : Travel anecdote (6 – 2e partie) : du rififi à Kalotina | Le blog de Patrick Mottard

  17. Ping : Travel anecdote (6 – 3e partie) : du rififi à Kalotina | Le blog de Patrick Mottard

  18. Ping : Travel anecdote (6-4e partie) : du rififi à Kalotina | Le blog de Patrick Mottard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s