Protection de l’enfance : ombres et lumières

Patrick Mottard, CG

La protection de l’enfance est une des missions essentielles du conseil général.Ce jeudi j’ai pu en quelques heures – ombres et lumières – partager les difficultés que connaît le secteur sur fond de crise tout en étant témoin de sa capacité de renouvellement et de ses promesses d’avenir.

Le matin, j’assistais au conseil d’administration du Foyer de l’enfance. Un CA marqué par le départ d’une des représentantes du personnel (par contre, Faouzia Maali, du syndicat Sud,  est restée). Il faut dire que la réduction du budget de l’institution a eu pour effet de tendre les relations sociales dans une entreprise qui, encore plus que d’autres, a besoin de cohésion. Travailler à une nouvelle organisation – comme cela a été le cas pour les mineurs isolés étrangers – est, de l’avis du CA, la meilleure façon de permettre au FEAM d’être efficace à l’avenir dans sa mission de service public.

À la mi-journée, c’est au siège du Conseil Général que j’ai eu l’honneur de remettre, aux côtés d’Eric Ciotti, leurs diplômes aux 32 assistants familiaux formés par l’IESTS en 2013.

L’assistant familial accueille à son domicile des jeunes dont les parents ne peuvent temporairement assumer la charge. Le quotidien de la vie familiale constitue l’essence même de son travail. Les fonctions parentales qu’il remplit auprès des enfants en difficulté s’exercent de jour comme de nuit. Pour le mineur, ce type d’accueil s’avère beaucoup moins traumatisant que le placement en foyer, car il lui permet de trouver une cellule de format familial.

Les sourires plein de fierté et d’optimisme de ces hommes et de ces femmes furent pour moi un rayon de soleil particulièrement revigorant même s’il n’a pas complètement dissipé les brumes matinales qui flottaient sur le FEAM.

Patrick Mottard, élus

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans Conseil général des Alpes-Maritimes, social, Société, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Protection de l’enfance : ombres et lumières

  1. Emmanuel dit :

    Alors, rigueur ou austérité ?

  2. je dirai que l’austérité conduit à la rigueur mais que celle ci doit être bâtie sur la justice sociale

  3. alautis dit :

    Il faudrait peut être s’attaquer au vrai problème, si il y avait moins de placement d’enfants, dont la moitié est inutile (IGAS), les dépenses seraient 50% moins importantes, et du même coup un meilleurs suivit des enfants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s