Futatsume no mado – Still the water

CANNES 2014 n°4

Naomi Kawase, à la fin de la projection

Naomi Kawase, à la fin de la projection

Il est à Cannes des journées un peu magiques. Ce 20 mai fut l’une d’entre elles. Tout commença par le réalisme social des frères Dardenne et leur dernier film Deux jours, une nuit, cruel et poignant. Puis, hors compétition, nous eûmes droit à Gui lai, la dernière œuvre du grand réalisateur chinois Zhang Yimou : une émouvante histoire d’amour sur fond de Révolution Culturelle. Enfin, nous a été offert « le film », celui qu’on n’a pas tous les ans, celui qui vous scotche à votre siège avec la gorge nouée, celui qui, après, vous donne l’impression de vous avoir changé. Un peu. Futatsume no mado et sa réalisatrice Naomi Kawase, très émue dans sa robe à demi traditionnelle, a bien mérité le quart d’heure d’applaudissements du public après la projection dans le grand auditorium Lumière.

Deux jours, une nuit, Jean-Pierre et Luc Dardenne (Belgique)

Sandra, aidée par son mari, n’a qu’un week-end pour convaincre ses collègues de renoncer à leur prime pour qu’elle puisse conserver son emploi. C’est « L’horreur économique » – dénoncée en son temps par Viviane Forrester – dans toute sa laideur. Avec in fine l’idée qu’il ne faut surtout pas négocier avec le système. En renonçant de le faire dans la scène finale, Sandra refuse ce jeu de dupe et retrouve sa dignité.

Avec une Marion Cotillard qui joue avec l’humilité de ses débuts Deux jours, une nuit est un film efficace et un nouvel exemple du pouvoir des Dardenne pour susciter une très forte émotion chez ma partenaire de festival.

Gui lai, Zhang Yimou (Chine)

Lu Yanshi, prisonnier politique, est libéré à la fin de la Révolution Culturelle. Quand il rentre chez lui, sa femme frappée d’amnésie ne le reconnaît pas. Aussi, attend-elle régulièrement à la gare le retour de son mari sans comprendre qu’il est à ses côtés.

Cette belle histoire d’amour, à la fois pudique et navrante, nous rappelle que le prisonnier de guerre – sous quelque latitude et à quelque époque que ce soit – n’est jamais, au retour, le même que celui qui est parti.

Futatsume no mado, Naomi Kawase (Japon)

Sur une petite île au large du Japon, les habitants vivent en harmonie avec la nature malgré un climat des plus capricieux. Kaito, jeune citadin déboussolé par la séparation de ses parents, fait son apprentissage d’adulte avec Kyoto une petite autochtone qui est en train de perdre sa mère.

Par son panthéisme assumé (extraordinaires séquences de nature…) et son mysticisme suggéré, Naomi Kawase est un peu la fille naturelle de Terence Mallick, la palme d’or 2011. En plus apaisée. Avec elle, en effet, les forces mystérieuses que contient la nature ne sont pas le théâtre d’un combat entre le bien et le mal mais plutôt l’élan salvateur qui conduit à une sorte de fusion cosmique, prélude à une forme supérieure de sérénité.

Avec des scènes d’une beauté confondante (l’agonie chantée de la mère, le ballet nautique des adolescents nus dans les abysses), c’est un superbe poème initiatique à la vie, à la mort, à l’amour.

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans cinéma, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Futatsume no mado – Still the water

  1. Lara Dupree dit :

    Assez intéressants et surtout très émouvants , mais aussi mélancoliques, semblent les films d’aujourd’hui, merci pour le partage

  2. Emmanuel dit :

    Et le film italien c’est pour quand ?

  3. Philippe Ferrari dit :

    Un des plus beau film de compet , je souhaite qu’on lui attribue la Palme !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s