Le chevreuil de la clairière des fusillés

chevreuil

Pour son annuel périple en terre bourguignonne, c’est à l’aube – et seul – que Forrest s’est élancé sur les routes de Saône-et-Loire. Un périple mounta cala de 24 kilomètres qui se révéla plus mounta que cala.

Donzy le Pertuis

Donzy le Pertuis

Parti de Saint-Gengoux-de-Scissé où il résidait il y a quelques jours avec une joyeuse bande, l’intrépide coureur se trouva, peu après le village d’Azé, confronté à la première des trois côtes qu’une lecture de sa carte Michelin ne lui avait pas permis d’anticiper. En fait, celle-ci suivait virage après virage le parcours forcément pentu de… la course de côte automobile de Donzy le Pertuis (Ah ! le charme des noms de village en France !)

Puis, ce furent les 464 mètres du col de la Pistole du côté de Blanot et de sa belle église romane.

Enfin, la côte de Fragnes sera abordée avec gravité car elle traverse les bois qui servirent de cachette au maquis dont Cruzille, mon cher village, fut le berceau (voir, sur ce blog, « Cruzille », 18 juillet 2007).

Et c’est au moment où il traversait la sinistre clairière des fusillés – un champ où, après avoir été jugés dans les caves du château de Cruzille, les collabos étaient exécutés par les Résistants – que Gump vécut un moment de grâce. Sur l’espace dénudé, un jeune chevreuil déboula devant lui en zigzaguant. Surpris, l’animal restera même à l’arrêt devant lui pendant quelques secondes. Le temps de saisir l’appareil photo suspendu à sa ceinture et le coureur put immortaliser la scène in extremis, le chevreuil ayant repris sa course en direction des taillis tout proches.

Heureusement, car sans cette preuve modeste mais irréfutable, je… heu… Forrest serait peut-être toujours en train de se demander s’il n’avait pas rêvé.

Forrest à Cruzille

Forrest à Cruzille

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans sport, voyages, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Le chevreuil de la clairière des fusillés

  1. alaind dit :

    L’effort se conjugue avec la surprise, et tu as eu de la chance de cadrer, sinon effectivement, comme disait le pêcheur de Marseille: il était grand comme ça!B-)

  2. alaind dit :

    Ps:-)

    Mais ceci est bien le lavoir aux ecorgniaules de Cruzille que je distingue derrière le selfy du coureur en harmonie avec son terroir? 🙂 Là où tout petit je formulais des rêves de plongée tropicale, et de chasse à la langouste!

  3. Gerard Bony dit :

    Infatigable Patrick ! Et Forrest qui s’exprime en niçois en terre bourguignonne , sans oublier sa fidèle photographe

  4. Gerard Bony dit :

    … n’était pas là ! Comme quoi la lecture rapide joue des tours ! Un petit coucou amical à Dominique néanmoins

    • En effet : j’ai fait la grasse mat’ jusqu’à ce qu’il me téléphone pour aller le récupérer à 3 km de là vers 8 heures 😉 J’ai trouvé la première phrase du billet très fielleuse : pour une fois que je ne le suivais pas 😦

  5. Ah ces citadins, ils s’émeuvent d’un rien ! Hé Patrick, t’as un puma aussi sur ton maillot !

  6. Delphine dit :

    Un billet, que j’ attendais avec impatience, où se marient la course à pied, la poésie d’une rencontre inattendue, l’histoire, la photographie et évidemment la topographie du lieu, essentielle à la fois pour le sportif à qui elle lance un défi et au poète qui surprend un chevreuil ou découvre une église romane, un village…

  7. Vero dit :

    Je ne comprends pas pourquoi les chevreuils courent aussi matinalement si c’est pour courir sans appareil photo?! Si cela se trouve… sur le blog du chevreuil… est narrée sa rencontre… avec Gump et… comme il n’avait pas de preuve à l’appui, personne ne le croit!

  8. Emmanuel dit :

    Gump, le chevreuil et l’appareil photo…Cela aurait pu faire un excellent titre pour un film de Rohmer !

  9. Vero dit :

    OUAIS Manu! Aucune différence avec l’arbre, le maire et la médiathèque….sauf que Dominique n’aurait pas dit à la Dombasle et à la vue du chevreuil à la place de la vache: « on dirait un animal préhistorique. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s