Le 70e été de la Mémoire niçoise

 

place du 28 août

Comme chaque année, j’ai participé comme élu et comme citoyen à l’été de la Mémoire niçoise qui en 2014 revêtait une importance particulière puisqu’il s’agissait du 70e anniversaire de la Libération de Nice.

Tout a commencé le 7 juillet quand, à la nuit tombante, nous nous sommes rendus avenue de la Victoire (Jean Médecin) devant les stèles de Torrin et Grassi pour commémorer le martyre des deux résistants pendus par les nazis en 1944.

Palais StellaPuis, ce fut hier soir le traditionnel rendez-vous devant le Palais Stella, boulevard de Cessole, où se trouvait l’appartement dans lequel, le 27 août, il y a sept décennies, les responsables de la Résistance niçoise ont décidé l’insurrection de la ville pour le lendemain matin. Le jeune Renaud Delansay fut à l’honneur puisqu’il déposa la gerbe de la Ville avec le maire en personne.

Aujourd’hui, dès 8 heures, nous étions devant la stèle du 2, boulevard de Cessole pour honorer René Barralis, Roger Boyer, Lucien Chervin, Auguste Gouirand et Jean-Marc Ballestra, tombés ici-même le 28 août 1944. Comme nous le fûmes ensuite pour Arisdakesse Arzoumanian, Jean-Henri Authement, Raymond Carmine au Passage à niveau, et pour Auguste Bogniot, place De Gaulle.

Plus tard dans l’après-midi, c’est à l’ensemble des résistants tombés pendant l’insurrection que nous avons rendu hommage place du 28 août, devant le curieux monument en forme de pyramide. C’est avec mes collègues Lauriano Azinheirinha (UDI) et Jacques Victor (PCF) que j’ai déposé la gerbe du Département ce qui constitue un beau symbole d’œcuménisme.

Ces moments d’intense communion avec ceux à qui nous devons notre liberté et la ville son intégrité, alors même qu’une majorité d’entre eux n’étaient pas Niçois (voir, sur ce blog, « Pourtant ils n’étaient pas nés à Nice », en date du 30 août 2013), me donnent à chaque fois l’opportunité d’entamer la rentrée dans un état d’esprit positif où le contingent est d’emblée balayé au profit de l’essentiel.

Renaud, place du 28 août

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans histoire, politique locale, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le 70e été de la Mémoire niçoise

  1. Emmanuel dit :

    La mémoire pour ne pas oublier ceux qui ont donné leur vie en sacrifice pour sauver la France. Ne pas oublier et le tramsmettre aux plus jeunes. Félicitations à ceux qui font vivre cette petite flamme !

  2. Le Mouton Enragé dit :

    Bravo pour cette implication sans faille dans l’entretien de la mémoire collective et souvenons-nous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s