Travel anecdote (12) : Bakou de tonnerre sur le quartier juif

Devant la synagogue de Bakou

Devant la synagogue de Bakou

C’est presque une histoire de Noël. En effet, nous sommes en décembre à la fin des années 1970. Membre d’une délégation de jeunes militants politiques, j’effectue un voyage officiel en URSS.

C’est dans ce cadre que nous avions passé quelques jours à Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan, qui, à l’époque, faisait encore partie de l’empire soviétique.

Encadrés par une solide équipe d’accompagnateurs évidemment KGBistes, nos journées étaient minutieusement programmées. Avec une telle densité que, de 7 heures du matin à minuit, nous n’avions pas une seule minute de liberté : visite de kolkhoze, débat sur la planification socialiste, rencontre avec le Vice-ministre Machinchouette, spectacle prolétarien…

IMG_2445C’est la raison pour laquelle, un jour, je me suis éclipsé de notre hôtel dès 5 heures du matin pour circuler librement en ville. Mais, probablement trahi par ma coupe Mike Brant de l’époque, je fus cueilli assez rapidement par la police qui, après un interrogatoire digne d’un mauvais film d’espionnage (interprète défaillant et éclairage blafard), m’avait rendu aux responsables de ma délégation.

Mais le plus important vint plus tard.

Lors de l’une de nos discussions, nous avions abordé la question – alors cruciale – de l’antisémitisme en URSS. On nous répondit que tout cela n’était que fantasme petit-bourgeois et qu’à Bakou il y avait un quartier juif où l’on vivait très bien. Saisissant la balle au bond, nous demandons à visiter ledit quartier. Attitude gênée de nos hôtes qui se contentent d’une réponse évasive.

IMG_2447Du coup, chaque jour, nous renouvelons notre demande. Sans succès. Arrive l’ultime journée de notre séjour : notre délégation décide alors de faire la grève du programme officiel (une prometteuse mini croisière sur la Mer Caspienne) en exigeant la visite du quartier juif. Notre fermeté est payante et notre cortège de Volga officielles se dirige enfin vers cette partie de la ville qui nous intéressait. Arrivés, nous constatons que le téléphone… juif avait fonctionné car nous sommes accueilli comme des libérateurs – ce que nous ne sommes pas – par une foule très dense. Une foule de ghetto qui semble surgir d’un roman russe de la fin du 19e siècle. Une foule enthousiaste qui nous sourit, nous touche, nous embrasse, nous interpelle.

Dans la synagogue pleine à craquer, deux membres de notre petit groupe arrivent à établir un dialogue à base de yiddish et d’hébreu moderne. Nos accompagnateurs rouges sont verts de rage : pour la première fois depuis le début du voyage, ils ne maîtrisent plus notre communication avec la population. De tout cela il apparait que la communauté n’est pas vraiment persécutée mais à tout le moins stigmatisée et coupée du monde extérieur.

Malgré leur impatience, notre visite va durer près d’une heure et, quand vint le temps des adieux, tout le monde avait les larmes aux yeux.

Le lendemain, notre délégation devait être honorée, au terme de son séjour, par une grande soirée de gala à Moscou, au ministère des Affaires étrangères. La soirée fut annulée. Il est vrai qu’on s’était mal tenus.

Les KGBistes et la délégation (où suis-je ?)

Les KGBistes et la délégation (où suis-je ?)

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans Travel anecdotes, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Travel anecdote (12) : Bakou de tonnerre sur le quartier juif

  1. Delphine dit :

    « Il est vrai qu’on s’était mal tenus ». Il y a tout dans cette dernière phrase : l’ art de la chute qui fait tout le sel de la nouvelle, le clin d’oeil complice au lecteur, et une morale du pan pan cul cul revue et corrigée.
    J’aime décidément bien lire ces travel anecdotes !

  2. Emmanuel dit :

    Paradoxal l’antisémitisme en URSS alors que de nombreux pères de la Révolution étaient juifs d’origine…Kamenev, Zinoviev, Lev Davidovitch Bronstein…

  3. alaind dit :

    Quand à la question Jweiste où suis je, on a tous bien reconnu le… comment dirais je…. le gars à la mallette au fond, la coupe Rolling Stone et le pantalon évasé Hotel California!

    Témoignage poignant sur ce pouvoir qui piétine ou Poutine encore sur tout ce qui n’est pas de la Grande Russie Blanche.

  4. Pas si paradoxal que ça cet antisémitisme mon cher Manu. La plupart des chefs bolchéviques (ne pas oublier Trotsky) étaient issus d’une élite bourgeoise qui a, par opportunisme, dépassé ses préjugés et forgé des alliances tactiques pour constituer un groupe afin de prendre le pouvoir.(c’est le cas dans toutes les révolutions)
    Cela fait, ils ont commencé, entre autre « épurations » massives et criminelles, à éliminer les juifs, sachant qu’ils pouvaient compter sur l’antisémitisme très répandu dans le peuple (qui, contrairement à ce qu’en dit Mélanchon, n’est pas doté – par nature – de toutes les vertus) à laquelle on avait depuis toujours « servi » le juif comme source de tous ses – nombreux- malheurs.
    (Et c’est ceux qui, e, France, se revendiquent de cette histoire en gardant le nom de « Parti Communiste » que les Socialistes maintiennent comme allié politique principal, en théorie comme en pratique, malgré toutes ses récurrentes trahisons passées, présentes et futures….) Et, comme par hasard, toute une forte partie de la gauche est parcourue par un antisémitisme viscéral camouflé en « antisionisme ».
    Cela me fait penser à un autre paradoxe de histoire : les nazis prônaient l’homme arien, de type nordique, athlétique, grand, blond aux yeux bleus. Or tous les chefs nazis, à commencer par Hitler, Goebbels, etc. étaient tous des petits bruns plutôt laids, ou des gros pleins de soupe comme Goering.
    Et pour en revenir à la travel anecdote de Patrick,(on se croirait presque dans « L’aveu »), après Gorbatchev, la chute du Mur, la gladsznot (orthographe imprécise), la prestroïka, etc…, le peuple Russe que l’on disait, pendant l’ère soviétique, opprimé et harcelé par le KGB a comme actuel président Poutine, ancien chef du KGB, et qui jouit d’une confortable popularité.
    Comme quoi, le « peuple »……
    Joyeuses fêtes à tous

  5. Emmanuel dit :

    J’ai cité Trotsky mon commandant !

  6. Sophie Mancel dit :

    Évidemment vouloir fausser compagnie à de gentils organisateurs scrupuleux de vouloir montrer la vitrine d’une URSS bien propre, c’est mal perçu. Et en plus réclamer une rencontre avec ceux qui ont souffert de progroms sous l’inspiration des pouvoirs alors en place, c’est inconvenant Patrick! ‘E serait-ce pas ce séjour qui a inspiré une certaine pièce de théâtre ?
    10 m

  7. Sophie entre autres expériences…(cf autres « Travel anecdotes »)

  8. Françoise Dupasquier dit :

    ces hippies avec leur coupe Mike Brant!…

  9. Ping : L’antisémitisme toujours… | Le blog de Patrick Mottard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s