La dernière répétition de la dame de Carras

Vallon du Roguez Contrairement à mes habitudes, je me suis pris au jeu des répétitions pour « La dame de Carras ». C’est en effet passionnant de suivre le travail de Fabienne Colson méthodique et exigeante, dirigeant une quinzaine de comédiens très investis, pour mettre en scène mes textes. Hier soir, c’était ma troisième séance et probablement la plus importante puisque c’était la dernière.

La Dame de CarrasTour à tour j’ai pu ainsi apprécier Johanna Benzaquen, Valentina Ponti Simonis et Lucie Ratel tout en douceur inquiète dans « La dame de Carras ». Puis se fut Richard Zanca, Sabrina Paille et Louis Maguet drôles et subtilement décalés dans « La Facel Vega et le Rhul », Chantal Galmiche à la fois désanchantée et passionnée dans « Maria devant le kiosque à musique », Jean-Christophe et Sophie Vecchi avec Corinne Meyer explosifs et désopilants dans « Le Christ rédempteur de Roba Capeu ». Enfin une dernière séquence magique dans l’atmosphère des « ailes du désir » avec Christophe Compain amoureux pour l’éternité en duo avec l’évanescente danseuse Marie-Pierre Genovese. En attendant la chanteuse Dalila indisponible hier, Victor Moléon le temps d’un chant révolutionnaire de la guerre d’Espagne en duo avec Marie-Pierre a provoqué une belle émotion sur le plateau.

Les nuits du vallon du Roguez

Avec Michel Brilland à la technique (et franchement sur ce spectacle ce n’est pas de la tarte !), Jacques Fenouillet (une pointure historique du théâtre niçois ) et David Bancel comme aides à la mise en scène, pas de doute : la dame de Carras et ses copains ont hérité de la dream team. Pour les lecteurs de ce blog voilà en prime le petit texte de présentation qui a été envoyé à la presse :

Nice n’est pas toujours cette ville lumineuse que l’on admire sur les dépliants touristiques. Elle a ses mystères. Il suffit de soulever le couvercle de la réalité.

Ainsi, on peut faire d’étranges rencontres la nuit autour du petit port de Carras ou au fond du Vallon du Roguez à côté du crématorium… Il arrive qu’une Facel Vega provoque, de Riquier à la Prom, d’étranges transports… Che Guevara aurait été étonné d’être associé au kiosque à musique du Jardin Albert 1er… Et qui aurait pu imaginer que la modeste et controversée statue du Soleil de la place Masséna soit un jour en mesure de rivaliser avec le Christ Rédempteur du Corcovado de Rio ?

Théâtre de l’Eau Vive (10, boulevard Carabacel à Nice) 22, 23 et 24 janvier à 21 h ; 25 janvier à 16 h
Réservations sur BilletRéduc.com ou par téléphone : 04 93 27 10 49

MariaLe Christ rédempteurLa Facel vegaLa dame de Carras 2

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article a été publié dans littérature-théâtre. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour La dernière répétition de la dame de Carras

  1. Sylvette Maurin dit :

    A voir, sans aucun doute !

  2. Sylvie Mancel dit :

    J’aime bien l’idée d’avoir un Corcovado made in Nice.

  3. Emmanuel dit :

    Chez la dame de Carras….on dirait une chanson de Cabrel !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s