Houellebecq : troublante « Soumission »

HouellebecqMes activités politiques étant assez accaparantes en ce début d’année, ce n’est que très récemment que j’ai lu – loin du tohu-bohu qui a accompagné sa parution en janvier – le livre polémique de Michel Houellebecq, Soumission. Une lecture qui, je l’avoue, ne m’a pas laissé indemne.

Avec son écriture directe et informée au ton parfois presque journalistique, Houellebecq nous propose un récit de politique-fiction à la fois subtil et bouleversant.

L’anticipation est légère, nous sommes en 2022 : Mohammed Ben Abbes, un musulman « modéré » (en réalité un Frère Musulman ripoliné en notable patelin) est élu Président de la République contre le Front National. Pendant trois cents pages, l’auteur nous confronte aux bouleversements majeurs que cet événement va entraîner dans la société française. Il le fait à travers le ressenti d’un universitaire proche de la retraite et qui semble revenu de tout sans avoir été nulle part. Mais cette révolution intervient presque par inadvertance car la délaïcisation progressive de la société française et européenne depuis trente ans a préparé les esprits. De fait la chape de plomb qui s’abat sur la population est presque invisible et on comprend bien qu’il sera trop tard quand son poids se fera sentir. Surtout pour les femmes qui seront les principales victimes de ce séisme sociétal.

On peut ne pas suivre l’auteur dans toutes ses outrances (notamment géopolitiques…), il n’en demeure pas moins que sa description quasiment clinique du phénomène de la délaïcisation de la République est troublante. Troublante et finalement crédible.

Je ne sais pas si Soumission est un grand livre mais à n’en pas douter c’est un livre utile. Même si en ces temps marqués par le triomphe des réseaux sociaux, il ne faut pas exagérer l’importance de la littérature…

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans littérature-théâtre, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

40 commentaires pour Houellebecq : troublante « Soumission »

  1. Claudio dit :

    Pour ma part, je l’ai lu pendant le tohu-bohu.
    Et, je crois que c’est un grand livre. Et, de plus en plus crédible.

  2. Mazza dit :

    Je ne l’ai pas lu mais la »délaïcisation » de la société m’inquiète au plus au point et depuis longtemps. D’abord parce que la laïcité, qui est une formidable avancée progressiste etqui a fait des français des citoyens en lieu et place de fidèles, a permis une chose essentielle qui est celle de la liberté de conscience. Cette liberté, de croire, de ne pas croire ou de douter, nous permet de vivre ensemble, en ayant les mêmes droits et les mêmes devoirs. C’est en quelque sorte le résumé de notre devise : liberté (de croyance et d’opinion) égalité (quelles que soient ces croyances ou incroyances) et fraternité ( concitoyen, compatriote, nous nous devons mutuellement respect et solidarité). De plus en plus, une inversion maligne, suscitée par des personnes égarées ou mal intentionnées veut assimiler la laïcité à un athéisme forcé et obligatoire, ce que la laïcité n’est pas. Refonder notre société sur ses bases républicaines, voilà quel devrait être l’objectif de nos politiques, mais avouons le, par aveuglement ou naïveté, la gauche a malheureusement joué le jeu des anti-démocrates islamistes qui ont utilisé la démocratie et la liberté qu’elle leur apportait pour justement mettre à bas la démocratie afin de lui substituer un régime fasciste. Et je ne parle pas ici des musulmans qui n’ont qu’une envie : vivre ici normalement, en étant citoyens, élever leurs enfants afin que leur vie soient meilleure, comme l’ont fait avant eu les dizaines de milliers d’italiens (dont mes grands-parents), espagnols, portugais, polonais et autres…Bon courage Patrick et à bientôt. Sylviane (du MRC)

  3. Emmanuel dit :

    Lire ce livre serait pour moi une sous mission. Non merci !

  4. Delphine dit :

    Bien sûr qu’il ne faut pas exagérer le pouvoir de la littérature à l’heure des réseaux sociaux et d’une baisse de la lecture de cette même littérature au profit d’une autre lecture… Cependant, sur ces mêmes réseaux sociaux, ces livres (pas toujours littéraires….je ne parle pas du dernier Houellebecq que je n’ai pas lu, mais j’ai tellement de livres à lire….) reçoivent un écho des plus simplistes et réducteurs : entre « like » et « dislike », coincé dans un espace de 140 caractères, je ne suis pas certaine que ce dernier opus ne serve pas plus des réactions extrêmes…

  5. je ne suis fan ni de l’un ni de l’autre et pourtant …

  6. Quant aux réactions extrêmes elles sont plus encouragées par la dilution de la laicité que par la dénonciation de cette dilution ( ce qu’à mon sens Houellebecq fait plutôt bien…) En résumé il faut lire le livre y compris pour le critiquer…

    • Emmanuel dit :

      Au siècle dernier j’avais commencé la lecture des Particules élémentaires et impossible d’aller au bout du livre…Depuis la curiosité pour ce monsieur s’est émoussée et donc pas de soumission à la mode. Buse et littérature, pas bon !

    • Emmanuel dit :

      La laïcité n’est pas une affaire de romancier !

  7. comme la question sociale n’était pas l’affaire de Zola…

  8. cela dit attention ! une polémique entre l’auteur de ce blog et Manu, j’ai peur que Parsus est une crise cardiaque…

  9. et comme la guerre est une chose trop grave pour la laisser aux militaires, la laicité est peut être trop importante pour être laissée ( seulement) aux politiques…

  10. Valérie Expat From Nice dit :

    Comme Manu, je n’ai pas pu aller au-delà de la page 40 (au hasard !) des Particules.

    Néanmoins, il me semble que ce « Soumission » (traduction de Islam ? Oui pour les uns, non pour les autres) mérite qu’on s’y attarde parce qu’il s’appuie sur un constat bien réel : notre laïcité est en péril. Et ses ennemis (dont la religion est clairement incompatible avec ce principe) utilisent toutes sortes de subterfuges plus ou moins honnêtes intellectuellement comme, par exemple, poser que la laïcité serait une religion comme une autre.

    Quant aux Droits de l’Homme que notre pays a toujours valorisés, ils nous sont systématiquement renvoyés en pleine tête car, en leur nom, nous devrions désormais tout supporter : le re asservissement des femmes pour commencer.

    Houellebecq décrit une hypothèse très plausible.

    Patrick, pourrions-nous parler de dystopie ?

  11. oui Valérie même si dans le livre on la devine car on est au début du processus…

  12. …au fait un peu plus haut  » que Parsus ait… »

  13. Delphine dit :

    Eh, Manu, toi-aussi tu en perds ton orthographe ! un peu de musique ? Elle adoucit les mœurs….
    Je n’ai pas non plus fini les Particules élémentaires. Je ne lis pas en général les ouvrages qui font le « buzz ». Je n’ai pas envie de lire Soumission. Mais il y a de belles choses chez Houellebecq et ce sont ces poèmes. Certains ont été mis en musique par Jean-Louis Aubert. Tout ne finit-il pas par des chansons ? Voici une chanson d’amour, une sorte de Carpe diem, que Jean-Louis intitule « Delphine », heureux hasard….Mais j’ai bien peur que tout ce qui vienne de Houellebecq lui sorte du nez (à manu ! ) comme les asticots dont il est question dans son poème ….
    Je ne sais pas poster une vidéo. Voici donc les paroles et un lien.

    « J’aimais ce moment de pudeur
    Delphine, où tu ouvrais ton cœur,
    Cette pudeur de sentiments
    (C’était l’extase, tout simplement).

    Nous pourrirons dans l’herbe douce,
    Nous nous souviendrons de nos jours
    Nos pauvres organes dans la mousse
    Revivront ces moments, toujours.

    Je le dis, et je n’y crois pas
    Car je connais les asticots
    Et les vers blancs, Calliphora,
    Ils ne nous laisseront que les os.

    Je le dis, et je n’y crois pas
    Mais j’aimerais que ce soit vrai
    Ce monde où les gens revivraient
    (Chansons d’amour, etc.) »
    Michel Houellebecq, poème sans titre, Configuration du dernier rivage

  14. merci Delphine ! celle de la chanson ,celle qui a trouvé la chanson!

  15. bernard gaignier dit :

    Manu refuse la position du sousmissionnaire.

    • Emmanuel dit :

      Je préfère les Moody blues et spéciale dédicace à Léo, avec le temps va tout s’en va….

  16. bernard gaignier dit :

    Toute plaisanterie mise à part, moi j’ai lu en entier les particules élémentaires et..ça m’a bien plu..Mais j’ai rien lu d’autre car très vite le personnage m’a « gonflé », notamment la pantalonnade du livre écrit avec BHV euh BHL pour nous expliquer à longueur des médias qu’on ne leur donnait jamais la parole.
    Cela dit j’avais très envie de lire soumission mais aucune envie de lui donner du fric. Donc soit je le trouve à la bibli…soit Patrick tu me le prêtes….
    Par contre je suis « fan » de ses poèmes mis en chanson par JL Aubert. Merci à Vero qui mes les a fait découvrir..

  17. alaind dit :

    Cela m’évoque les paroles de Daouda lors d’une des premières instructions martiales dun sport de combat:
    ‘Ici nous sommes tous différents mais avec un seul but, notre progression, aussi il est important que nous laissions notre religion au vestiaire, et surtout que nous pensions bien à la reprendre en partant!’.

  18. parsus dit :

    et bien zut alors,
    je suis la tranquille dans mon coin et voila que l’on vient m’asticoter…..
    MR Emmanuel je suis d’accord avec vous sur ce personnage peu intéressant dans ce qu’il écrit et dit.
    il démontre au moins une chose l’homme peut être intelligeant et cultivé et être le roi des imbéciles dans les idées qui distillent.
    j’ai fais comme MR Gaignier je n’ai pas acheté le livre mais emprunté .
    je pense aussi que ce n’est pas avec ce genre de littérature que l’ont éveille la conscience du peuple.
    cela donne du grain a moudre a l’extrême droite .
    quand a vous MR Motard je vous sens inquiet pour ma santé je vous rassure tout va bien pour moi le cœur y compris.
    ne manger pas trop de chocolat
    parsus06

  19. Françoise Dupasquier dit :

    intéressant article, merci

  20. Claudio dit :

    Puisque chacun y va de ses confidences, mi, j’ai lu tous les Houellebecq et ne le regrette pas. La lucidité et l’intelligence du personnage défrisent beaucoup de gens. Pas moi. Et je me fous de son look, de ses apparitions, de son image. Son écriture est d’une limpidité incroyable et ses réflexions d’une justesse qui m’impressionne.
    Juste ça : « Il y a des gens qui vivent, parce qu’ils vivent ». C’est pas beau, ça ? Bah oui, c’est vrai. Ils ne vivent même pas pour vivre, mais, parce qu’ils vivent. Ça fait peur, hein, et je n’aurais pas osé.
    Mais, je ne pourrais pas en faire un copain, moi, je suis un optimiste. Mais, cette désespérance me booste pour réactiver la machine. Je préfère construire sur du vrai, plutôt que sur de l’illusion.

  21. bernard gaignier dit :

    Tout ça pour une prise de Houellebecq

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s