Brizé, Lindon et la loi du marché

Vincent Lindon, La loi du marché

Vincent Lindon, dans « La loi du marché »

Depuis deux jours, le festival a pris sa vitesse de croisière et ce n’est pas moins de cinq nouveaux films que nous avons remisés dans notre escarcelle de festivalier : deux français, deux américains et un danois .

En prime, la première grosse claque du FIF avec La loi du marché de Stéphane Brizé joué par un Vincent Lindon qui habite littéralement son rôle de victime puis de témoin de la violence sociale dictée par le marché.

Mon roi, Maiwenn, France

Dix ans des amours tumultueuses de Tony, l’avocate pénaliste périodiquement hystérique et de Georgio (encore Cassel), le restaurateur branché perpétuellement exaspérant : Mon roi est la première vraie déception de la sélection. C’est un film clinquant, bavard et un tantinet vulgaire. Et on se soucie comme d’une guigne de cette histoire d’amour au rabais. Maigre consolation : par l’intermédiaire d’un personnage secondaire, le film rend hommage au 71. Mais même pour le natif de Saône-et-Loire que je suis cela ne suffit pas à sauver le film.

Plus fort que les bombes, Joachim Trier, Danemark

La photoreporter Isabelle Reed s’est tuée il y a trois ans dans un accident-suicide. Son mari et ses deux fils hantés par la personnalité ambiguë de la disparue qui n’a jamais choisi entre l’aventure et sa famille n’arrivent pas à tourner la page. Une expo des œuvres d’Isabelle va permettre à toute une série de petits et grands secrets de se révéler. Le film est magistralement interprété par Isabelle Huppert,égale à elle même, et Gabriel Byrne, le psychanalyste de la série HBO. Mais l’histoire tourne un peu en rond et on a du mal a s’impliquer dans ce chaos familial.

Carol, Todd Haynes, Etats-Unis

Une histoire d’amour entre Carol, la grande bourgeoise mère de famille (éblouissante Cate Blanchett) et Thérèse, la petite prolo célibataire. Comme nous sommes dans le New York des années 50 autant dire que le contexte sociétal risque de ne pas être propice à une telle passion. Il ne le sera pas. Mais cette histoire est si belle que, la gorge nouée, vous en oubliez sa singularité. Heureusement ou malheureusement, c’est le sacrifice de Carol à la fin du film qui nous ramène à la réalité.

Inside out, Peter Docter, Etats-Unis

Un film d’animation hors compétition qui a tout à fait sa place au paradis des cinéphiles. Inside out (Vice versa dans la version française) est le dernier né des désormais célèbres studios Pixar. Riley, une petite fille du Minnesota qui n’aime pas les brocolis bio déménage avec ses parents à San Francisco. Les cinq émotions qui gouvernent son jeune cerveau (Joie, Peur, Colère, Dégoût et Tristesse) vont assumer son passage de l’enfance à l’adolescence. C’est intelligent, inventif en diable et esthétiquement très réussi. Pour que les enfants deviennent plus adultes et les adultes plus enfants a dit Gilles Lelouch un des comédiens français qui doublent le film. Il a raison.

La loi du marché, Stéphane Brizé, France

A 51 ans, après 20 mois de chômage et de stages bidon, Thierry (Vincent Lindon, seul comédien professionnel du film) commence un nouveau travail de vigile qui le met bientôt face à un dilemme moral. Pour garder son emploi, peut-on tout accepter ?

Plus fort que les Dardenne (qui scénarisent beaucoup les émotions) et Ken Loach (qui folklorise un peu les classes populaires), Stephane Brizé raconte avec une précision quasiment chirurgicale le corsetage des individus par une main invisible pourtant cousue de fil blanc. C’est d’une cruauté absolue, de celle qui devient salutaire quand on aspire à la dignité et pourquoi pas un jour (rêvons un peu) à la révolte. Un très grand film.

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans cinéma, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Brizé, Lindon et la loi du marché

  1. William Vanseveren-Garnier dit :

    Puisse ce film inspirer nos politiques.

  2. Laurent Weppe dit :

    cette histoire est si belle que, la gorge nouée, vous en oubliez sa singularité

    Commentaire d’un critique Américain sur ce film:

    Cannes is currently apeshit for CAROL, an « achingly beautiful forbidden romance. » If you don’t speak Film Critic, that means « Lesbians.Yay! »

    Traduction: Cannes est en train de s’emballer pour CAROL, une « douloureusement belle romance interdite »: si vous ne parlez pas le Critique de Cinéma, ça veut dire « Des lesbiennes, Ouaaaaaaaaaaais! »

    Cynique? Peut-être, mais impossible de ne pas y penser en lisant ce billet.

    ***

    Les cinq émotions qui gouvernent son jeune cerveau (Joie, Peur, Colère, Dégoût et Tristesse) vont assumer son passage de l’enfance à l’adolescence

    Franchement, les bandes annonces de ce film m’ont fait penser à ceci. On me dira qu’il y a pire comme références.

  3. Pascal Vuotto dit :

    En voyant la bande annonce de « La loi du marché » il y a une dizaine de jours, la présence de Lindon, la justesse de ses répliques, je me doutais qu’il y avait là un grand film. Ta critique Patrick ne fait que confirmer mon ressenti. Peut être un prix d’interprétation pour Vincent Lindon a la clé, même s’il y a encore beaucoup de film à venir.

  4. Anik Angelozzi Kaigl dit :

    On va normalement le voir jeudi soir …

  5. Vero dit :

    Ce qui signfierait que 16 ans plus tard la phrase que Rosetta se murmurait à elle-même le soir avant de s’endormir: » J’ai un travail. J’ai un ami. Je ne tomberai pas dans le trou. » n’empêche pas de re creuser ce dernier. Et alors une plaie entretenue par une main invisible travaille sur des corps. Tant de corps! Qui sont inséparables de leurs âmes. Je n’ai pas encore vu ce film, mais j’ai déjà mal à cette dernière.

  6. Emmanuel dit :

    Et elle est dure la loi du marché !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s