Dandin vs Dandin

George Dandin 2George Dandin 1

Fabienne et Sèverine à la mise en scène, Jean-Christophe et Guillaume, les Dandin

J’avais assurément quelques raisons de fréquenter le théâtre de l’Eau Vive en cette fin de mois de mai.

Tout d’abord parce que la direction de l’établissement a eu la bonne idée, comme la saison dernière, de programmer une pièce de Molière avec deux mises en scène différentes. Après Tartuffe, c’était à George Dandin de faire l’objet d’une double présentation forcément excitante pour le spectateur.

Ensuite, je me devais d’être là pour encourager actrices et acteurs devenus des amis. Dans la version proposée par le petit théâtre des Affranchis et mise en scène par Séverine Moraglia, je retrouvais en effet Frédérique, Catherine, Bernard et Didier qui ont fait les beaux jours (les belles soirées !) de 1er mai, place Maurice Thorez. Dans le spectacle de la troupe résidente du théâtre de l’Eau Vive et mise en scène par Fabienne Colson, ce ne sont pas moins de 11 des 14 comédiens de Baie des songes que j’ai retrouvé : Chantal, Corinne, Christophe, Johanna, Jean-Christophe, Lucie, Louis, Richard, Sabrina, Sophie, Valentina.

Depuis quelques semaines, dans les milieux bien informés, il se disait que les Affranchis allait nous présenter une version ultra classique… du classique. Par contre le team Colson allait faire dans le décalé entre provoc et conceptuel… Eh bien, la surprise, c’est qu’à l’arrivée les deux versions ne sont pas aussi éloignées que cela.

Séverine a instillé dans sa mise en scène de vraies séquences oniriques et fait flotter un parfum d’étrangeté dans les interstices du texte (bravo le musicien !). Quant à la version de Fabienne, tout en étant profondément originale (le doublement voir le triplement des rôles est une riche idée car cela complexifie les personnages secondaires de Molière souvent bruts de décoffrage), respecte l’esprit du texte.

Sur le fond, cela donne un Dandin-Séverine (très bien servi par Guillaume Séverac, émouvant) désespéré et probablement encore amoureux de sa femme et un Dandin-Fabienne (Jean-Christophe Vecchi, dense et sarcastique) tout en révolte qui attend 1789 avec impatience avant de se faire crucifier (belle ultime image).

Résultat : un superbe match nul pour le plus grand plaisir des spectateurs.

PS : on peut encore voir la version Colson aujourd’hui, demain et la semaine prochaine.

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans littérature-théâtre, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Dandin vs Dandin

  1. Jean-Christophe Vecchi dit :

    Merci pour tes encouragements Patrick et rendez-vous au festival du livre la semaine prochaine pour admirer la coqueluche littéraire du moment en action : dédicace du nouveau recueil de nouvelles « Nice, baie des songes ». Tout un programme. Amitiés.

  2. Bernard Gaignier dit :

    Bon courage à l’équipe dandin de Fabienne profitez des séances qui restent

  3. Guillaume Severac dit :

    . C’était une expérience très inintéressante d’assister à la représentation d’une pièce que l’on vient de jouer mise en scène de façon différente. Encore bravo à Jean-Christophe, Christophe, Louis et toute leur équipe.

  4. Emmanuel dit :

    Les vieux bons textes ne meurent jamais vraiment !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s