Métaphysique autoroutière

bouchons

Prendre l’autoroute, comme je l’ai fait il y a quelques jours, pour 600 kilomètres en pleine alerte rouge de circulation, peut se révéler être une expérience initiatique intéressante.

Cette journée passée dans le trafic de la vallée du Rhône, entre ralentissements et embouteillages, devient rapidement une métaphore de notre pauvre existence.

Ainsi, se trouver coincé une heure en rase campagne pare-choc contre pare-choc vous donne l’impression d’être une minuscule mouche prise dans la toile d’araignée du destin. Sans espoir.

Lorsque l’autoroute se dégage et que vous retrouvez votre vitesse de croisière (et même un peu plus), la sensation est grisante, les espoirs les plus fous s’emparent de vous, votre liberté est sans limites. Vous êtes même, le temps d’une longue ligne droite, un chouya «maître du monde».

Mais comme l’alternance bouchon-trafic fluide se répète à l’infini, vous êtes rapidement écrasé par la fatalité de l’éternel retour. Les noces sauvages de Nietzsche et de Vinci en quelque sorte.

Votre empathie pour l’espèce humaine est également soumise à rude épreuve. Par exemple, quand, l’œil goguenard, vous observez l’embouteillage monstrueux qui s’empile sur la voie d’en face. Ou, plus cruellement, par le lâche soulagement qui est le vôtre quand vous contournez un accident plus ou moins grave.

Politiquement, les embouteillages sur autoroute ont également un sens. Quelle voie emprunter ? Celle de gauche est destinée en règle générale aux esprits audacieux qui veulent avancer vite ; celle de droite aux prudents qui veulent privilégier la sécurité ; et celle du centre, aux pragmatiques qui se réservent un choix.

Mais la réalité de l’autoroute (de la vie ?) est tout autre. La voie de gauche est celle des accidents, celle de droite est saturée par les véhicules les plus dangereux, et, sur celle du centre, vous vous faites régulièrement engueuler par les conducteurs de gauche et de droite qui vous reprochent votre non choix.

Quant à la voie d’urgence, en principe celle de la solidarité, elle est surtout celle des inconscients et des beaufs. Il est vrai, comme me l’a fait remarquer ma coéquipière, que c’est celle de l’extrême droite.

Bon, pas folichon tout ça ! C’est décidé, l’année prochaine, je prends la route… Napoléon !

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans Société, voyages, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Métaphysique autoroutière

  1. Super métaphore !
    Avec la route Napoléon, ce sera le mur ou le précipice ! 😦

  2. Emmanuel dit :

    A en faire regretter la création des congés payés !

  3. Delphine dit :

    Cela me fait penser à un dessin de Serre…un monde où l’automobile est reine jusqu’à la déraison… Ou l’histoire des moutons de Panurge revisitée…(Michel SERRE, L’automobile, Editions Glénat, 1977.)
    http://carfree.fr/index.php/2013/08/

  4. Vero dit :

    Pour ceux qui ne l’ont ps vu ou ne s’en souviennent plus…A voir…le grand embouteillage.

  5. bernard gaignier dit :

    Ne pas oublier que l’embouteillage c’est aussi la mise en bouteille et il me semble qu’après avoir subi les embouteillages les opérations de désembouteillage ont pu commencer.

  6. Gérard Bony dit :

    Quel bonheur de pouvoir partager cette culture offerte à qui veut bien s’en saisir

  7. alaind dit :

    Ceci dit la voie du centre est pleine de pénibles qui par économie de mouvements vous plombe la vitesse, et vous obligent à vous mettre face à deux choix, soit la gauche et vous faire tailler un short par les ….duc de droite montés sur berlines teutonnes, soit la droite, au risque que le centriste se réveille et se rabatte sur votre vote avec les conséquences évidentes.

  8. Sylvie dit :

    Quelle belle parabole ! Et finir par Napoléon, c’est trop fort ! Bravo !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s