Gump 75, costaud des Batignolles

Gump en vert devant Moulin rouge

Gump en vert devant Moulin rouge

Pour son F.U.R. (voir, sur ce blog, « Au F.U.R. et à mesure », les 10/01/2014, 11/01/2014 et 13/01/2014) parisien 2015, Gump a sillonné en costaud le charmant quartier des Batignolles et quelques rues dans les 17e, 18e et 19e arrondissements : une douzaine de kilomètres dans une fraîcheur retrouvée avec bonheur après la canicule du 71.

Tout d’abord, la rue Levis (une « Mouffe » décentralisée…) ; puis ce fut la rue Legendre et beaucoup d’émotion car, en 1948, mes parents y ont séjourné dans une petite pension de famille, le temps d’un traitement médical pour mon père qui venait de tomber malade après sa déportation.

Paris, Batignolles

En grimpant la très longue rue Marcadet (3 kilomètres), c’est encore à eux que j’ai pensé car, chaque jour, ma mère poussait le tricycle d’invalide antique et peu maniable (type vendeur de billets de la loterie nationale) de mon père jusqu’à son lieu de soin (encore une costaude dans la famille).

Dans la rue Ordoner, le coureur solitaire a failli être victime d’un lâche attentat perpétré par un PIVNI (pigeon volant non identifié). Heureusement l’espiègle volatile a manqué sa cible. Le contraire eut été paradoxal dans une ville qui a quasiment réglé son problème de déjections canines (c’est donc possible !).

Le 104

Rue Curial, petit arrêt clin d’œil devant le 104, l’ancien entrepôt des Pompes funèbres parisiennes devenu un haut lieu de la culture dans le nord de la capitale (expositions, résidences d’artistes) :  j’avais proposé en son temps à de nombreuses reprises au Conseil municipal de Nice de s’inspirer de cet exemple pour notre gare du Sud. En vain.

rue de Flandres

Puis ce fut la rue de Flandres et les étranges formes géométriques de ses immeubles modernes, et l’arrivée sur Stalingrad et Barbès Rochechouart. Il ne restait plus qu’à suivre le triptyque des noctambules : place Pigalle, place Blanche, place Clichy. Maquillage en déroute, hauts talons hésitants et éclats de voix rauques prouvent qu’à six heures du matin le quartier appartient toujours au petit peuple de la nuit. Pas encore aux touristes japonais.

Et voilà ce que fut pour Gump le début d’un dimanche dédié au sport puisque, dans l’après-midi, il ira voir une pièce de théâtre dont Franck Leboeuf (champion du monde 98, I will survive…) est la vedette, avant d’apercevoir le peloton du Tour de France qui passait rue de Rivoli. peloton du tour de France

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans sport, voyages, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Gump 75, costaud des Batignolles

  1. Emmanuel dit :

    Gump en vert partout mais pas contre tout !

  2. Emmanuel dit :

    Un entrepot des pompes funèbres qui devient un haut lieux de la culture…il y a un message la dedans ! La culture et l’art comme seul moyen de dépasser la mort !

  3. Delphine dit :

    « Fur » en latin signifie voleur. Hermès est le dieu des voleurs, mais c’est aussi le dieu des voyageurs, et le messager de Zeus, « aux pieds ailés ». Cette course est donc bien nommée. CQFD. Gump, tel Hermès qui avait besoin de ses ailes aux pieds, revêt un maillot d’un vert éclatant et rapporte des photos, des anecdotes tel un bon messager, voyageant à la fois dans le temps et dans l’espace, disant ce qui a été, ce qui est, ce qui pourrait être…en marchant sur un fil (en courant pardon !), car tisser ensemble des anecdotes aussi variées est digne d’un funambule.
    ( Vraiment sympa ce principe du F.U.R.).

  4. Patrick.walz dit :

    Super, j’ai pris un coup d’jeune en lisant To post…
    Tout mon quartier ! Place Clichy, j’ai habité rue de Parme (sous la place, entre la rue d’Amssterdam et la rue de Clichy), rue Biot (là où il y avait le théâtre l’Europeen) à l’angle de la rue des Dames, tu parles de la rue Marcadet, nous étions au 52, également rue de Tretaigne (derrière la mairie du 18ème)…
    Merci 😉

  5. Patrick.walz dit :

    Et je ne dis rien sur la rue des Martyrs à l’angle du Bld Rochechouart…. 😀

  6. marco moravia dit :

    Voyage dans le temps très touchant, la géographie, la culture (resuscitée des morts?) dont l’architecture et le sport…tout cela en running.. pas étonnant qu’il ait gagné les points pour le maillot vert.. Ne vous arrêtez pas, Gump, courez…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s