Lettre à France de Saint-Pierre

Serge et DominiqueLa «lettre à France», les habitants de Saint-Pierre et Miquelon l’écrivent depuis 1816, date à laquelle, quelles que soient leurs origines (Acadie, Pays basque, Bretagne, Normandie…), ils ont été rattachés à la France… un demi siècle avant Nice !

Cet attachement à la France se double d’un attachement sans faille à la République spectaculairement affirmé quand 98,2 % de la population a décidé par referendum, contre l’avis de son gouverneur, de rompre avec Vichy et de rejoindre la France libre du Général De Gaulle le 24 décembre 1941. Et, en janvier, ce sont 3200 habitants sur les 6000 de l’archipel qui ont manifesté pour Charlie (imaginons la même proportion à Nice…).

Durement secoué économiquement par le moratoire sur la pêche à la morue qui a frappé en plein coeur l’économie locale, l’archipel assume bravement son statut d’avant-poste de la République française en Amérique du Nord. C’est ainsi qu’Annick Girardin, députée… radicale de gauche de Saint-Pierre et Miquelon, est devenue membre du gouvernement, responsable de la francophonie (malheureusement, pour de raisons de calendrier, nous n’avons pas pu la rencontrer).

Par ailleurs, de nombreux fonctionnaires métropolitains contribuent sur place à renforcer cette osmose entre le territoire et la République. C ‘est le cas de Serge, le Niçois en mission, qui nous a hébergé dans son cosy petit appartement de Saint-Pierre pendant notre séjour.

Passer 48 heures à SPM quand brume et pluie créent une atmosphère irréelle en plein mois d’août est une expérience inoubliable.

Déambuler dans le brouillard dans ce grand village, avec ses frontons de pelote basque, ses maisons aux façades colorées comme à Terre Neuve, ses bâtiments officiels surdimensionnés, écouter un chanteur local chanter l’Acadie ou les pêcheurs de haute mer dans un estaminet, subir une petite tempête dans la solitude de l’ile aux marins, furent des moments rares qui resteront gravés dans nos mémoires. Sans oublier la gentillesse de Serge.

patrick, île aux marinsfronton pelote basque st pierremaisons st pierrechanteur aux délices de Joséphine

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans voyages, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Lettre à France de Saint-Pierre

  1. Sophie Mancel dit :

    Superbe voyage Patrick et nous sommes si près ces jours-ci,

  2. Emmanuel dit :

    C’est parfois dans la France du bout du monde que les valeurs de notre culture sont les mieux représentées !

  3. Patrick Walz dit :

    J’aime ces billets, ces carnets de voyage…
    J’ai le sentiment d’être plus intelligent après les avoir lus ! Pourvu que ce soit vrai 🙂

  4. marco moravia dit :

    On dirait que le ciel a fait du gumping bien énergétique à votre place..
    Il y a des ailleurs où on retrouve du familier puis à nouveau cette liberté de se perdre dans le brouillard du voyage..

  5. Marc Bongiovani dit :

    A Québec tu aurais eu 30 degrés.bon voyage a vous deux

  6. Jérome Dominot dit :

    Vous passerez le bonjour à mon frère, présent sur cette île depuis 1996 !

  7. J’ai eu la chance de passer une dizaine de jours dans ce coin de bout du monde et c’était en janvier
    J’en garde un souvenir ému de la beauté des lieux de la force des éléments et de la chaleur …..humaine

  8. Ping : Le respect de la parole donnée | Le blog de Patrick Mottard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s