Fleuves

yukon-river

Yukon river, Alaska

Les fleuves m’ont toujours fasciné.

Le fleuve, à l’image de la vie, s’écoule. Mais à nos pieds, sous nos yeux, il est cet instant où nos esprits ne se laissent plus remplir par le vide des tapages extérieurs.

Quelques images d’eaux calmes ou tumultueuses, grises ou émeraudes, étales ou profondes. Quelques images de fleuves…

Ainsi, ces quelques heures de navigation sur l’Amazone, là même où les eaux argileuses du Solimoes et celles, sombres et alcalines, du Rio Negro se rejoignent sans se mélanger pendant de nombreux kilomètres en vous laissant glisser sur un étrange et silencieux fleuve bicolore, jaune et noir.

La séquence presque obsédante de la statue géante de Lénine couchée sur une barge qui descend un fleuve balkanique quelques années après la chute du Mur, scène inoubliable du film de Théo Angelopoulos, Le voyage d’ Ulysse.

Autour de notre frêle bateau, le balai frénétique des petites baleines surgissant du brouillard qui flotte ce jour-là sur le Saint-Laurent, au large de Tadoussac.

La Seine, en séquences intimes de l’Allée aux Cygnes – entre Pont Bir-Hakeim et Pont Mirabeau – à l’extrémité ouest de l’Ile Saint Louis à la poursuite des fils de la vierge de Julio Cortazar.

Le saut carpé d’un grand poisson doré dans l’Arno surpris d’une fenêtre des Offices.

A Varsovie, la mémoire de l’indicible au bord de la Vistule, trait d’union inexorable entre Auschwitz, trois cents kilomètres plus au sud, et le ghetto.

Un soleil rouge qui lentement décline à Natchez sur le Mississipi ou à Pierre sur le Missouri.

L’histoire d’hier – No passaran ! – qui sature les eaux scintillantes du delta de l’Ebre, l’histoire de jadis qui gémit sur les berges de la belarus Bérézina, l’histoire du Livre qui ruisselle du Jourdain.

Les rivières d’Alaska qui convergent avec frénésie vers l’unique Yukon aux eaux cendrées et aux rives silencieuses.

Sur le Danube, la nuit, l’étrange clapotis de l’eau courante sans écume qui joue doucement, presque tendrement, avec la coque de notre petit navire en vue de Calafat la roumaine.

La flamande sérénité des vaches broutant dans le lit de la Maritza, « c’est ma rivière ».

Assis sur le talus herbeux d’une berge ou accoudé à la rambarde métallique d’un pont, j’ai toujours pensé qu’il y avait d’intimes mystères à arracher à l’intrigante beauté de ces eaux vives. Ces courants, ces remous, ces éclaboussures ont une histoire et ces fils de l’eau nous aimantent à un ailleurs invisible et secret. Ainsi le fleuve nous suggère que l’éternel retour ne se conjugue pas avec un perpétuel recommencement. Et nous devenons plus sage.

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans voyages, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Fleuves

  1. Delphine dit :

    A part la Loire, celle de Gracq et de mon enfance, mes fleuves sont mythologiques : le fleuve d’Héraclite dans lequel « nous descendons et ne descendons pas » ; le fleuve Océan, qui entoure le disque de la Terre, et ses nombreux enfants dont le Méandre ; le Léthé, le fleuve de l’oubli que les âmes traversent avant de se réincarner ; le Styx, où Thétis a plongé son fils Achille ; l’Achéron sur lequel le nocher Charon transporte les ombres des morts vers les Enfers ; le Scamandre, témoin des combats et des duels des Troyens contre les Achéens ; le Pactole, à qui Crésus doit sa richesse ; le fleuve Alphée, autre fils d’Océan, qui, poursuivant Aréthuse, traverse la mer et retrouve en Sicile sa nature première …

  2. Claudio Orlando dit :

    Douce lecture qui prend le ton du sujet. on lit comme on suit le courant.

  3. Christian Huber dit :

    j ai la chance de faire depuis 10 ans une croisiere fluviale par an SEINE Paris Honfleur ou le RHIN ou la Gironde ou le DOURO etc il est bien vrai que sur ces bateaux la vie s ecoule au fil du courant doucement tranquillement en appreciant le paysage qui passe doucement devant nous c est mon avis et celui des 70 passagers cet annee j espere faire la Loire et ses chateaux

  4. Patrick Walz dit :

    Finalement ? Pour toi, la vie est un long fleuve tranquille ou pas ?

  5. Alain Dupasquier dit :

    Oui empreint de poésie fluviale, il n’y manquerait qu’un trait de Saône…

  6. Patrick Canicelli dit :

    Ol’ Man River (Show Boat, 1936), Paul Robeson
    YOUTUBE.COM

  7. henri cottalorda dit :

    Pour moi, c’est le NIL et le MEKONG.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s