Pour que la Tunisie soit notre avenir

Place du 14 janvier 2011, Tunis

Entre deux séquences – toujours aussi denses et pertinentes – consacrées à la démocratie de proximité, Lam Echaml a tenu son assemblée générale. J’y ai participé d’autant plus volontiers que je suis un tout nouvel adhérent (le premier Français !) de cette association qui se bat pour arrimer la jeune révolution tunisienne aux fondamentaux de la démocratie que sont la citoyenneté, la culture, la solidarité et les droits de l’homme.

Avec Slah Jeribi et son équipe

Avec Slah Jeribi et son équipe

C’est qu’il se joue en Tunisie une partition importante de l’histoire d’un monde qui pense être  au bord d’une guerre de civilisation. Longtemps les Européens ont pensé que la Turquie pouvait jouer un rôle géopolitique essentiel en étant une sorte de trait d’union entre l’occident et le monde arabo-musulman. Mais les ambiguïtés – pour ne pas dire plus – des gouvernements Erdogan ont décrédibilisé Ankara. Du coup, on se dit que la petite Tunisie peut jouer ce rôle. Mais rien n’est acquis : ici aussi les partis politiques ne sont pas toujours à la hauteur de leurs responsabilités. C’est bien pour cela que les associations citoyennes et la société civile doivent, à l’instar de Lam Echalm, prendre toutes leurs places dans la gouvernance du pays. Il est donc impératif de les aider pour que la Tunisie soit notre avenir.

Le colloque occupant toutes nos journées, je profite des quelques rares pauses pour parcourir en long, en large et en travers l’avenue Habib-Bourguiba sur laquelle se situe l’hôtel Africa notre lieu de réunion. Une avenue singulière qui permet de parcourir l’histoire du pays. Elle commence en effet dans l’atmosphère de la colonisation, autour de la porte de France à deux pas de la médina, avant de s’émanciper du côté de la place de l’Indépendance, tout en faisant un clin d’œil entendu à la statue d’Ibn Khaldoun, et d’aboutir enfin à l’épicentre de la révolution du Jasmin, place du 14 janvier 2011 (avec sa drôle de tour mi-obélisque de la Concorde, mi- horloge de la gare de Lyon !). Je ne résiste donc pas au plaisir de vous présenter quelques clichés témoins de mes escapades diurnes et nocturnes sur les Champs-Élysées de Tunis.

Théâtre, TunisStatue Ibn Khaldoun, TunisPorte de France, TunisHôtel Africa, TunisEntrée de la médina, TunisCathédrale de TunisAvenue Habib-BourguibaAvenue Habib Bourguiba, Tunis

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans politique internationale, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Pour que la Tunisie soit notre avenir

  1. Claudio Orlando dit :

    Touché par les photos d’endroits très familiers pour moi. Mais, ton optimisme me dépasse.

  2. Sami Cheniti dit :

    Super …

  3. Imen dit :

    Merci cher Patrick Mottard pour ces belles paroles

  4. Mariam Ben Slimane dit :

    un resumé actuel pertinent propos de la Tunisie, des partis politiques des associations-societe civile et bien sur de LAM ECHAML cooperation à suivre Patrick

  5. Emmanuel dit :

    Magnifique Tunis, le jour comme la nuit !

  6. c’est très juste que de parler de proximité avec l’europe ,les tunisiens sont nos cousins de l’orient.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s