Une guerre totale qu’il faut gagner

Après l’Egypte post-frères musulmans et Beyrouth la ville martyre, l’islamisme radical a encore frappé la République française. J’écris ces lignes à 1 h 28, suffoqué par l’horreur des nouvelles annoncées par les chaînes de télévision .

Et pourtant, même si les services français ont empêché de nombreux attentats ces dernières semaines, cette horreur était presque inéluctable (même si sa dimension sidère). En effet, la France est en guerre, une guerre totale qu’il faut gagner.

Cette guerre, on ne la gagnera pas sur le territoire français. Nécessaires dans un premier temps, état d’urgence et fermeture des frontières ne seront, à terme, que des cautères sur des jambes de bois. Un peu comme ces bombardements aériens sur la ligne de front.

C’est au sol, même si rien ne sera simple, qu’il va falloir gagner cette guerre (sinon que faire ?). Pour cela une large coalition sera nécessaire. Une coalition qui doit aller bien au-delà des démocraties occidentales : je pense bien sur à la Russie et à un certain nombre de pays arabes. C’est avec une coalition de ce type que la Deuxième Guerre Mondiale s’est achevée par une victoire sur la barbarie.

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article a été publié dans politique internationale, politique nationale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Une guerre totale qu’il faut gagner

  1. Laurent Weppe dit :

    Une coalition qui doit aller bien au-delà des démocraties occidentales : je pense bien sur à la Russie et à un certain nombre de pays arabes

    Le régime russe a fait beaucoup d’effort pour bombarder partout où Daesh ne se trouve pas: il est tout simplement indigne de confiance, et si la dynastie Assad qu’il protège parvient par miracle à survivre au conflit, elle continuera sa chute dans la décadence de ses élites et l’écrasement dans le sang de toute dissension tant et si bien qu’il y aura un nouveau soulèvement intégriste dans 25 ans qui
    1. Réussira à prendre le contrôle de toute la Syrie parce que le régime sera devenu encore plus inepte qu’il ne l’est déjà*
    2. Génocidera sans vergogne ni remord les minorités de Syrie, laissant les Historiens du futur à se demandé « Mais comment les Hommes du début du 21ème siècles ont-ils pu être assez cons pour s’imaginer que les régimes parasites de Poutine et Assad représentaient une aide contre l’intégrisme? »
    Aider les sponsors d’Assad revient à faire la même bourde que les Américains quand ils se décidèrent d’aider le régime corrompu du Sud-Vietnam au nom de la lutte anti-communiste: le régime de Saigon était tellement corrompu qu’il ne pouvait pas survivre: les milliards de dollars gâchés, les milliers de soldats envoyés mourir dans la jungle et les millions de civils tués dans les bombardements ne firent que retarder l’inévitable de 20 ans.

    ***

    C’est avec une coalition de ce type que la Deuxième Guerre Mondiale s’est achevée par une victoire sur la barbarie.

    La différence entre Daesh et Hitler, c’est qu’Hitler a hérité de l’énorme base industrielle allemande quand il pris le pouvoir, ce qui lui permit d’entretenir pendant un temps l’illusion qu’il était un chef de guerre compétent.
    Daesh a bénéficié un temps du soutient des pétromonarchies (jusqu’à ce que leurs dirigeants se rendent compte que Daesh avait l’ambition de massacrer leurs dynasties afin de leur piquer la place) de la contrebande du brut et du pillage des antiquités: l’organisation n’a jamais eu la puissance de feu nécessaire pour menacer d’envahir le monde occidental -c’est bien pour cela que ses dirigeants encouragent le terrorisme-.

    L’illusion est de croire que, puisque l’Occident possède une énormissime supériorité technologique face à Daesh, le fait que cette organisation ne se soit pas effondrée en trois semaine « montre » que la stratégie employée n’est pas la bonne, qu’on en fait pas assez, qu’il faut augmenter la puissance du feu auquel est soumis Daesh, etc, etc, etc… Ce sont des stratégies à la Docteur Folamour, et, une fois encore, quand ces dernières furent « expérimentés » au Vietnam, elles foirèrent complètement (et je reste poli)

    ***

    *Je rappelle à toute fin utile que Daesh a perdu en un an beaucoup de ses territoires: cette organisation perd du terrain face aux Kurdes, perd du terrain face aux forces gouvernementales irakiennes -pourtant bien mal en point-, perd du terrain face aux autres rebelles Syriens, et elle gagne du terrain face à Assad, qui reçoit depuis des années des milliards d’aides et d’armes en provenance d’Iran et de Russie.
    Voilà les territoires de Daesh au premier Janvier 2015
    Et les voilà le 13 novembre
    Ce sont dans les zones contrôlées par Assad (et un peu dans le désert Irakien) que Daesh a gagné du terrain, alors que ses territoires ont fondu partout ailleurs.

  2. Laurent Weppe dit :

    (Pourquoi ai-je l’impression que les commentaires passent automatiquement à la trappe dès qu’on emploie des hyperliens… Haaa la beauté de WordPress… Bref, je vais reposter mon commentaire sans les liens)

    Une coalition qui doit aller bien au-delà des démocraties occidentales : je pense bien sur à la Russie et à un certain nombre de pays arabes

    Le régime russe a fait beaucoup d’effort pour bombarder partout où Daesh ne se trouve pas: il est tout simplement indigne de confiance, et si la dynastie Assad qu’il protège parvient par miracle à survivre au conflit, elle continuera sa chute dans la décadence de ses élites et l’écrasement dans le sang de toute dissension tant et si bien qu’il y aura un nouveau soulèvement intégriste dans 25 ans qui
    1. Réussira à prendre le contrôle de toute la Syrie parce que le régime sera devenu encore plus inepte qu’il ne l’est déjà*
    2. Génocidera sans vergogne ni remord les minorités de Syrie, laissant les Historiens du futur à se demandé « Mais comment les Hommes du début du 21ème siècles ont-ils pu être assez cons pour s’imaginer que les régimes parasites de Poutine et Assad représentaient une aide contre l’intégrisme? »
    Aider les sponsors d’Assad revient à faire la même bourde que les Américains quand ils se décidèrent d’aider le régime corrompu du Sud-Vietnam au nom de la lutte anti-communiste: le régime de Saigon était tellement corrompu qu’il ne pouvait pas survivre: les milliards de dollars gâchés, les milliers de soldats envoyés mourir dans la jungle et les millions de civils tués dans les bombardements ne firent que retarder l’inévitable de 20 ans.

    ***

    C’est avec une coalition de ce type que la Deuxième Guerre Mondiale s’est achevée par une victoire sur la barbarie.

    La différence entre Daesh et Hitler, c’est qu’Hitler a hérité de l’énorme base industrielle allemande quand il pris le pouvoir, ce qui lui permit d’entretenir pendant un temps l’illusion qu’il était un chef de guerre compétent.
    Daesh a bénéficié un temps du soutient des pétromonarchies (jusqu’à ce que leurs dirigeants se rendent compte que Daesh avait l’ambition de massacrer leurs dynasties afin de leur piquer la place) de la contrebande du brut et du pillage des antiquités: l’organisation n’a jamais eu la puissance de feu nécessaire pour menacer d’envahir le monde occidental -c’est bien pour cela que ses dirigeants encouragent le terrorisme-.

    L’illusion est de croire que, puisque l’Occident possède une énormissime supériorité technologique face à Daesh, le fait que cette organisation ne se soit pas effondrée en trois semaine « montre » que la stratégie employée n’est pas la bonne, qu’on en fait pas assez, qu’il faut augmenter la puissance du feu auquel est soumis Daesh, etc, etc, etc… Ce sont des stratégies à la Docteur Folamour, et, une fois encore, quand ces dernières furent « expérimentés » au Vietnam, elles foirèrent complètement (et je reste poli)

    ***

    *Je rappelle à toute fin utile que Daesh a perdu en un an beaucoup de ses territoires: cette organisation perd du terrain face aux Kurdes, perd du terrain face aux forces gouvernementales irakiennes -pourtant bien mal en point-, perd du terrain face aux autres rebelles Syriens, et elle gagne du terrain face à Assad, qui reçoit depuis des années des milliards d’aides et d’armes en provenance d’Iran et de Russie.
    Ce sont dans les zones contrôlées par Assad (et un peu dans le désert Irakien) que Daesh a gagné du terrain en 2015, alors que ses territoires ont fondu partout ailleurs.

    • Val Expat From Nice dit :

      Monsieur Weppe,
      Que préconisez-vous ?

    • Laurent Weppe dit :

      Qu’est-ce que je préconise?

      La première chose à faire c’est de ne pas tomber dans le piège de Daesh, qui espère que les autorités françaises promulgueront des lois scélérates.
      La deuxième chose à faire c’est d’admettre non seulement que la France et ses alliés sont en guerre contre Daesh, mais qu’ils sont en train de gagner: Daesh est similaire au régime des Khmers Rouges: comme ces derniers, sa cruauté marque les esprits, mais il n’a pas la capacité de survivre: les Khmers Rouges furent fondés en 1968, contrôlèrent le Cambodge de 1975 à 1979, et finirent par être chassé du pouvoir par le Vietnam voisin: Daesh connaîtra un destin similaire, si tant est que les puissances occidentales ne cèdent pas aux demandes des docteurs folamours.

    • Val Expat From Nice dit :

      Donc, on ne fait rien ? On continue nos attaques aériennes ou pas ?
      Et quid des imams ou des Frères qui, sur notre territoire, continuent à rincer le cerveau de jeunes « en perte de repères » avec leur gloubiboulga salafiste (je pense notamment à un lycée musulman du côté de Lille) ? On les laisse faire ? Au nom de DUDH48 ?

    • Laurent Weppe dit :

      Donc, on ne fait rien ?

      Ha mais c’est pas possible: je parle dans le vide ou quoi? J’ai pourtant bien marqué ici même que Daesh venait de perdre la ville de Sinjar (et donc la route qui relie Raqqa à Mossoul) suite à un assaut des Peshmerga associés aux combattants Yazidi et aux aviations américaines et française: aviation française qui depuis Septembre dernier a détruit détruit plusieurs centres logistiques, stocks de munitions et camps d’entraînement de Daesh dans la province de Ninive où Sinjar se situe.

      L’aviation française a également détruit plusieurs exploitations pétrolières contrôlées par Daesh situées dans l’est Syrien ainsi que près de Raqqa (l’annonce fut faîte par Le Drian le 10 novembre: trois jours avant les attentats), et l’annonce du re-déployement du Charles de Gaulle dans le golfe persique fut annoncé le 5 novembre.

      L’organisation a perdu plus de 20.000 combattants (sur les 100.000 qu’elle revendique) depuis que la coalition a commencé sa campagne, et les désertions sont devenues tellement fréquentes que Daesh exécute les déserteurs qu’elle trouve par centaine tout en conscrivant les adolescent vivant sur son territoire pour combler ce déficit de troupes.

      Les puissances occidentales font déjà beaucoup, Et ça marche. Là encore, on reste dans le fantasme selon lequel puisque Daesh n’a pas été écrasé en trois semaines par le technologiquement supérieur Occident, c’est parce qu' »on ne fait rien« , fantasme qui ignore le fait que les guerres civiles durent toujours longtemps: les sudistes perdirent la guerre à Gattysburg le 3 juillet 1863, mais ils ne capitulèrent que le 9 Mai 1865: près de 2 ans et plusieurs centaines de milliers de morts plus tard. Daesh a déjà perdu sa guerre, et comme bon nombre de despotes avant eux, ses dirigeants continuent à envoyer leurs troupes se battre et mourir pour une cause perdue plutôt que d’accepter l’inévitable.

    • Val Expat From Nice dit :

      Mais non, vous ne parlez pas dans le vide. Mais là, pour la neuneu que je suis, c’est plus clair !
      Mais en « interne », on fait quoi ? Là, vous n’avez pas répondu.

    • Laurent Weppe dit :

      Qu’est-ce qu’on fait en interne?

      Dans un premier temps on fait d’Europol un véritable FBI Européen dotée des moyens et du personnel nécessaire:

      Le FBI a un budget de 8,3 milliards et un personnel de 35.000 membres.
      La « Police Européenne » a un budget 94 millions et 912 employés.

      Tant qu’on y est, on travaille aussi à l’instauration d’un véritable système du renseignement européen unifié plutôt que de compter sur la coopération des services nationaux.

      À long terme, il est plus que temps que les dirigeants européens
      – Abandonnent la fantaisie selon laquelle subventionner dans le pourtour Méditerranéen des satrapes prétendument laïcs sert leurs intérêts: c’est la dynastie Assad qui a permis l’émergence de la Jacquerie Daesh: ce régime et ses semblables ne sont pas des remparts contre le fondamentalisme religieux: ce sont des bouillons de culture pour extrémistes revanchards.
      – Commencent à sérieusement travailler à l’inclusion de l’ensemble du pourtour Méditerranéen à l’Union Européenne: la civilisation Méditerranéenne est restée trop longtemps divisée en petites principautés ineptes, et il est grand temps de mettre un terme à cette situation aberrante.

  3. Emmanuel dit :

    Les mots me manquent…

  4. Marc Bongiovani dit :

    D’accord Patrick mais quelle est la définition de l’ennemi car quand on voit que certains ont 15 ans j’ai du mal à faire du profilage. Moi ce qui me fait peur c’est l’externalisation des conflits et de mémoire il y a un mec qui à dit que la prochaine guerre sera religieuse. Nostradamus non ? Tout ce relais médias noie les enfants les plus fragiles comme dans les jeux vidéos et ce matraquage du buzz peut leur les inciter à faire un jour des conneries du même style. La radicalisation est un guerre psy et aucune arme ne peut combattre des idées fanatiques.Sans être extrême il y aurait un moyen de mettre à mal de façon coordonnée tous les sanctuaires terroristes connus dans TOUTE l’EUROPE. Mais la l’Europe et la France savent elles encore répondre à la menace pour défendre notre liberté républicaine. Aux USA et au CANADA on rentre pas comme dans un moulin !!! Pour gagner une guerre encore faut il savoir encore se battre et définir la force de son ennemi que l’on a bien formé en passant. Un général 4 * a fait une allocution sur la triste réalité du terrain et du coup on l’a viré. Notre système judiciaire protège les actes malveillants faute de moyens. Mettre des cameras cela ne sert à rien non plus par contre re insuffler des valeurs de la république – en commencent par le respect civique du vote – serait un bonne chose mais il faut commencer par les parents. Allez Patrick garde le moral et c’est bien connu les mecs bien sont souvent punis de leur excellence et mis au placard.A+ et bonjour à Dominique.

  5. Il y a une (?) faille dans le raisonnement de M. Weppe. Plus le prétendu État islamique s’affaiblira (et en partie grâce aux Russes qu’on le veuille ou non), plus il frappera, directement ou par bras armé interposé, en France, en Europe ou ailleurs, car il se trouvera toujours un débile fanatique (qui fait sans doute l’objet d’une fiche S et dont la famille et/ou les voisins diront qu’ils ne se doutaient nullement de leurs intentions) pour suivre ses directives. Mao disait que l’armée révolutionnaire était dans la population comme un poisson dans l’eau. Dans quelle eau nagent les terroristes en France ? Et qu’attend-t-on pour la vider ? Pas de liberté pour les ennemis de la liberté.

    • Laurent Weppe dit :

      Et qu’est-ce que Poutine si ce n’est un de ces putain d’ennemis de la liberté?

      Il applique déjà en Russie une bonne partie du programme de Daesh: 14.000 femmes Russes sont tuées annuellement par leur conjoint, et le Moscou laisse faire, les violences homophobes sont encouragées par l’état qui en rajoute avec de nouvelles législations anti-gay, les militants d’extrême-droite commettent des pogroms contre les minorités ethniques qui sont re-qualifiés « hooliganisme » par les autorités qui se gardent bien d’emprisonner lesdits « hooligans » (qui ne font parler d’eux en France que deux minutes en fin de JT lorsqu’ils saccagent des supermarchés qui vendent des produits français) et sponsorise dans les pays d’Europe de l’Ouest ceux qui sont idéologiquement identiques à Daesh, sauf qu’ils sont blancs et cathos ou athés au lieu d’être arabes et musulmans.

      Quant à l’idée que Daesh soit affaibli par les Russes, elle serai risible s’il n’y avait autant de morts: la dernière grosse défaite de Daesh fut la prise hier de la cité de Sinjar (qui relie Mossoul et Raqqa) par les troupes Kurdes et Yazidi, avec l’appui des aviations américaine et française: pendant ce temps là les Russes étaient occupé à bombarder la banlieue de Damas, Alep ainsi que les camps de réfugiés à la frontière entre la province d’Idlib et la Turquie: des régions où Daesh est absente mais où survivent des sympathisants des opposants laïques au régime. Daesh a dans un premier temps épargné le régime d’Assad pour concentrer son feu sur les autres mouvements rebelles, afin d’imposer l’idée que c’était eux ou Assad: aujourd’hui, c’est l’armée russe qui fait le sale boulot à sa place

  6. Ce fatras d’affirmations dont beaucoup n’ont rien à voir avec Daesh et le carnage d’hier ne répond pas à la question. Après les marches (où certaines « communautés » brillent sinon par leur absence, du moins par leur très faible participation), les discours convenus qui tiennent du sous-titrage de l’actualité, les gadgets sur le web, les commentaires affligés/affligeants, les ya’qu’afautqueïstes, les éternels bisounours empêtrés dans le politiquement correct, que fera-t-on de concret ? On le verra dès le vote du budget. Certains, et non des moindres, ont déjà dit que faute de moyens suffisants (faut bien garder des sous pour les Jeux olympiques à Paris et autres couillonnades pour amuser le peuple et faire se gaver le BTP et les limonadiers), il faudrait que l’armée quitte ses théâtres d’opération en Afrique, comme si on allait mettre une patrouille de paras dans tous les chefs-lieux de canton, dans chaque cinéma, chaque supermarché, chaque église, chaque synagogue, chaque école, chaque…. Tiens, au passage, on peut affirmer que certains lieux ne risquent rien et que pendant la « guerre », la vente continuera.
    Poutine n’est certes pas un grand démocrate. Mais les monarchies du Golfe moyenâgeuses (ne serait-ce que par la place qui y est faite aux femmes) dont les princes financent directement les terroristes qui nous attaquent, qui fréquentent nos hôtels et nos magasins de luxe, se pavanent en Lamborghini sur la croisette et ailleurs, et avec lesquelles on commerce allègrement valent-elles mieux ?
    Ce que l’on voit, depuis le 11 septembre 2001, entre deux bouffées de pathos médiatique, c’est surtout l’esprits munichois des descendants de ceux qui chantaient « Maréchal nous voilà ! », bref des collabos, des antisémites et tous ceux qui font de cette situation un petit ou gros commerce.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s