Un discours prémonitoire

PMatrick Mottard.Réunion Patoch's

C’est ce lundi que la campagne de Christophe Castaner reprend ses droits. Des listes concurrentes n’ont pas eu cette patience mais, dans un contexte aussi exceptionnel, chacun réagit à sa manière.

Vendredi 13. Deux heures avant les attentats, nous avions organisé à Nice Nord, face à la permanence, une réunion publique. À cette occasion, j’ai prononcé un discours qu’à la relecture je ne peux m’empêcher de trouver prémonitoire.

« À l’instar de Nathalie et de Véronique, je vais essayer de faire court et efficace en utilisant le temps qui m’est imparti pour expliquer les raisons de mon engagement aux côtés de Christophe Castaner.

Bien sûr, j’aurais pu – c’est à la mode – prendre mes distances avec telle ou telle réforme gouvernementale, faire la fine bouche sur le bilan de la Région dirigée par Michel Vauzelle (en cela, j’aurais eu tort : en effet, j’ai remarqué que même une liste concurrente n’hésite pas à faire l’éloge de ce bilan). J’aurais pu aussi exprimer mes réserves (doux euphémisme !) sur l’architecture finale de la liste. Mais tout cela, mes amis, n’aurait pas été à la hauteur des enjeux d’une élection dont le résultat aura plus d’importance qu’elle-même. Dans la foulée, en bon candidat, je pourrais disserter sur les mérites de la carte ZOU, la ponctualité des TER ou du train des Pignes, voire sur l’opportunité de l’implantation de tel ou tel lycée. Soyons clairs : les équipes de Christophe Castaner ont fait le job et nous avons un très bon programme. Probablement le meilleur. Mais chacun sait que ce n’est pas sur le programme – ni sur le bilan – que cette élection se fera.

L’enjeu de cette élection est ailleurs. John Fitzgerald Kennedy a dit un jour qu’un vrai politique était celui qui savait garder son idéal même s’il avait perdu ses illusions. En effet, comment conserver l’illusion d’une France généreuse et humaniste face à un pays rongé, d’une part, par les idées d’extrême droite et, d’autre part, par le terrorisme intégriste et le communautarisme ?

C’est bien pour cela que, face à ce piège mortel dont les deux mâchoires se referment sur la République, il faut s’arc-bouter sur nos valeurs et entrer en résistance. Ces valeurs sont multiples, mais, comme républicain de gauche, comme radical de gauche, deux me semblent essentielles en ces temps troubles : la fraternité et la laïcité.

– La fraternité car elle est menacée par l’extrême droite. « Maréchal nous voilà » et nous nous retrouverons dans une société d’exclusion, de délation, de répression. L’extrême droite, c’est tout le contraire d’une société fraternelle. Aujourd’hui, on exclut les Arabes, demain ce sera à nouveau les Juifs puis les homosexuels, les francs-maçons, les humanistes… Et être financé par Poutine ne va pas atténuer cette frénésie d’exclusion.

La ritournelle à la mode, c’est de dire qu’élus, ils ne pourront pas aller au bout de leurs projets car nous sommes dans un Etat de Droit. Peut-être, mais il vaut mieux ne pas prendre le risque car eux feront tout pour parvenir à leurs fins. On le sait, il y a une partie de la population de ce pays qui est génétiquement programmée pour cela. On le sait depuis Vichy.

– La laïcité, elle, est la cible des intégristes et des communautaristes. Ils la caricaturent. Pour eux, au nom du droit à la différence, la laïcité doit être un empilement de communautés qui enferment à vie l’individu. Surtout si l’individu est une femme. Ils reçoivent souvent le renfort d’une certaine gauche qui, par naïveté, confond droit à la différence et emprisonnement culturel.

La vraie laïcité est liberté : liberté de culte et de non culte, avec des religions justement cantonnées à la sphère privée des individus, avec un espace public pour échanger et s’enrichir mutuellement.

Face à cette double exigence de fraternité et de laïcité, la droite est plus que défaillante.

– C’est un lieu commun de dire que, dans notre Région tout particulièrement, la porosité entre droite et extrême droite est grande. La conversion d’Olivier Bettati n’est que l’épisode récent d’une grande saga. Jeune conseiller d’opposition dans une région alors dirigée par Jean-Claude Gaudin, je me souviens parfaitement d’une majorité RPR-UDF-FN parfaitement soudée. Le président d’une des deux commissions auxquelles je participais était d’ailleurs FN… Certains élus de droite ont tellement décomplexé leur électorat qu’ils ont rendu inutilisable la stratégie du front républicain qui pouvait avoir son utilité. En effet, en ne fonctionnant que dans un sens – on sait lequel – elle a perdu sa raison d’être.

– Face aux communautarismes et à l’intégrisme, la droite est carrément schizophrène. Dans les médias, elle est capable d’utiliser le langage de la guerre civile tout en jouant, sur le terrain, la carte de la collaboration avec les pires ennemis de la République, négociant une paix sociale illusoire en cédant à un clientélisme mortifère.

Une fois de plus, notre Région se singularise. Elle est spécialisée dans ces alliances contre-nature.

Alors maintenant, je vous pose la question : en tant que républicain de gauche, face à l’offensive de l’extrême droite, face aux ambiguïtés de la droite, face aux dangers multiples qui gangrènent nos quartiers et notre société, quelle autre attitude aurais-je pu adopter que celle de l’engagement aux côtés de Christophe Castaner ? Pour défendre mes valeurs, me mobiliser à ses côtés n’était pas un choix mais une impérative nécessité. Cette impérative nécessité, mes amis, a un nom. Ce nom, c’est Résistance !

Il reste trois semaines avant le premier tour de ces Régionales. Nous devons les mettre à profit pour inciter les électeurs non pas à s’enrôler sous une bannière, non pas à cautionner une politique – il y aura d’autres échéances pour cela – mais pour faire ce que des milliers de Français ont fait en janvier après les attentats : défendre les valeurs communes de la République. Faisons en sorte qu’ils soient au rendez-vous, nous, nous y serons. Pour que vive la République. »

Billet repris dans Nice-Premium : http://www.nice-premium.com/politique,3/regionales-paca-patrick-mottard-prg-appelle-a-la-resistance,17946.html

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans politique locale, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Un discours prémonitoire

  1. Laurent Devallonné dit :

    Bonne chance a vous en tant qu’homme
    Pour la liste …..

  2. Cosmos dit :

    Il est un peu facile de se ranger derrière les mots de fraternité et de laïcité. Certes, ce sont des valeurs ô combien importantes, mais j’ai l’impression que ce sont des mots bien creux utilisés par tout le monde comme des étendards pour « rassembler » autour de choses éminemment absconses.
    En outre, vous semblez dire qu’il y a deux camps : le camp du Bien (incarné par le PS et ses affidés) et le camp du Mal (incarné par Les Républicains et le F.N.). C’est une vision très simpliste des choses. Le P.S. est un parti de droite, au mieux de centre-droit. Les mesures politiques prises par le gouvernement depuis trois ans ne sont pas des mesures de gauche. Il est assez hypocrite de dire qu’il y aura d’autres échéances pour marquer vos désaccords. Les électeurs n’en peuvent plus de ce genre de discours : « ce n’est pas le moment, ce n’est pas la bonne échéance etc ». Cela forme un tout, quand on adhère à un parti, c’est que l’on est d’accord avec ses idées. Que ce soit à l’échelon régional, départemental ou communal. Il n’y a pas pire ambigüité que celle du P.S. qui prend des mesures libérales (réforme du collège, impôts allégés pour les entreprises, libéralisations de secteurs…) et qui fait semblant d’être de gauche quand cela l’arrange.
    Il ne suffit pas de dire « rassemblement », « liberté », « démocratie », « esprit du 11-Janvier » pour remporter l’adhésion des électeurs.

  3. Laurent Weppe dit :

    Face aux communautarismes et à l’intégrisme, la droite est carrément schizophrène. Dans les médias, elle est capable d’utiliser le langage de la guerre civile tout en jouant, sur le terrain, la carte de la collaboration avec les pires ennemis de la République, négociant une paix sociale illusoire en cédant à un clientélisme mortifère.

    Il n’y a pas plus marxiste qu’un vieux bourgeois accroché à ses privilèges:
    Pour Marx, la religion, c’était l’opium des peuples; pour les vieux notables conservateurs, l’opium est un moyen comme un autre de garantir la docilité de la plèbe.

  4. Emmanuel dit :

    Bien vu je l’avais senti !

  5. Patrick Mottard dit :

    Cosmos je prend tout simplement mes responsabilités je hiérarchise les dangers qui menacent mes valeurs…Cosmos je vous l’accorde cela ne fais pas de moi un héros romantique ! au fait cher ami vous qu’est ce que vous allez faire pour assumer vos responsabilités ?

    • Laurent Weppe dit :

      cela ne fais pas de moi un héros romantique !

      En réalité, ce sont bien trop souvent les petits hommes fanatiques, aux visages et postures de comptables névrosés qui s’emparent du pouvoir pendant que les héros romantiques, quand ils ont de la chance, meurent glorieusement, nous laissant découvrir que pendant que nous les suivions et prenions modèle sur eux, un nouveau Tsar a manœuvré pour s’emparer du pouvoir, ramenant la terreur avec une ardeur redoublée pendant alors toute notre énergie a été épuisée à vivre un mensonge romantique. Les héros nous trahissent; en les désirant hors des œuvres de fiction, nous nous trahissons nous même.

      Michael Moorcock. C’est amusant que ce soit à un anarchiste que l’on doive la meilleure critique du cabotinage des révolutionnaires du dimanche qui n’en finissent plus d’exiger La Révolution Sinon Rien.

    • Cosmos dit :

      M. Mottard, je me montre véhément, mais je respecte vos positions même si je ne les comprends pas venant d’un homme qui a pris ses distances avec un parti qui est de centre-droit et non plus de gauche.
      Si je viens sur ce blog, c’est parce que vous avez pendant longtemps représenté pour moi ce que devait être l’élu politique : proche de ses concitoyens, à l’écoute, sans communication excessive, ayant des idées et des idéaux, et surtout accordant une place importante à la culture sous toutes ces formes sans instrumentalisation à des fins électoralistes. Ce dernier point est assez rare pour être souligné.
      Or en vous alliant avec un parti qui ne respecte plus aucun des points que j’ai mentionnés, vous me décevez et même si vos plus fidèles électeurs vous suivront, je pense qu’ils le feront à contre-cœur, en se raccrochant à ce que vous représentez en tant qu’individu (cf. le premier commentaire de ce billet d’ailleurs)… Je pense que vous vous dites que la division est pire que tout, mais je pense que c’est quelque chose qui étouffe notre démocratie que de se reposer sur les partis les plus imposants. Ce sont les citoyens qui peuvent faire ou défaire ces monopoles politiques. Regardons l’exemple des municipales à Grenoble…
      Quant à mes « responsabilités », si je ne suis candidat à rien, j’estime qu’en tant que jeune enseignant, mon rôle est d’instruire (j’insiste sur ce mot) et d’ouvrir à la culture les jeunes adolescents que j’ai face à moi tous les jours. Ce n’est pas la moindre des ambitions, ni la plus aisée des tâches.

  6. richard dit :

    C’est un très beau discours PM. Je me servirai de tes arguments pour défendre mes idées de la République. En revanche Cosmos n’a pas bien du lire la réforme du collège.

    • Cosmos dit :

      Malheureusement, je ne la connais que trop cette réforme. Elle se traduit par des pertes d’heures de cours, ce qui par conséquent met en danger des postes dans plusieurs disciplines et dans de nombreux établissements. Ne vous fiez pas à la communication de Mme Vallaud-Belkacem qui est captieuse. Vous méprisez les enseignants en faisant croire qu’ils ne savent pas lire une réforme qui les touche directement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s