Jean Zay : réformateur, résistant et martyr républicain

Jean Zay

Ce vendredi, c’est à la demande de la section socialiste et de sa secrétaire Anne Majri que j’ai fait à Cannes une petite conférence sur Jean Zay, le ministre de l’Education Nationale et des Beaux Arts du Front Populaire, récemment « panthéonisé » par François Hollande. Une intervention faite avec une légère tension car sous l’écoute attentive de deux profs d’histoire : Anne elle-même et Manu, le co-équipier qui avait accepté de m’accompagner pour cette soirée en terre lointaine.

Ce fut l’occasion de rappeler la fulgurante et tragique carrière de ce républicain radical, de gauche (c’est sur la base de son rapport de politique générale, au Congrès de Nantes de 1935, que le Parti radical a décidé de rejoindre le Front Populaire), député à 27 ans, ministre à 32 ans, assassiné à 39 ans par la milice française.

Patrick Mottard, conférence sur Jean ZayEn quatre ans, il a révolutionné le système éducatif et jeté de nouvelles bases tout en réfléchissant à une véritable politique culturelle.

C’est ainsi que sa réforme des cycles d’enseignement, véritable machine de guerre contre les inégalités sociales, était si révolutionnaire qu’elle ne sera concrétisée que dans les années 1960. Même chose pour sa réforme des droits d’auteurs. Avec Léo Lagrange, son secrétaire d’Etat, il a lancé et structuré les institutions d’éducation populaire ; avec Irène Joliot-Curie, son autre secrétaire d’Etat, il a programmé une véritable politique de la recherche en créant le CNRS. Il a également inventé l’ENA, le CROUS, les CEMEA. Il a aussi beaucoup théorisé sur la nécessaire complémentarité des politiques d’Éducation et de Culture (en 2016, on n’a toujours pas réglé la question).

Face à une Mostra de Venise devenue otage des dictateurs, il a eu l’idée de créer le Festival de Cannes pour défendre la liberté des créateurs. La première édition, en 1939, sera malheureusement annulée pour cause d’invasion de la Pologne et Jean Zay ne sera plus là, en 1946, pour voir son projet se concrétiser.

Mais ce grand politique est aussi un martyr. Né d’un père juif, il sera toute sa vie une cible pour les antisémites. En juin 1944, il sera assassiné avec une incroyable sauvagerie par des miliciens venus le chercher dans sa prison de Riom où il était incarcéré depuis son arrestation et son procès – pour une désertion imaginaire – en 1940.

En 2015, le ventre de la bête est encore fécond. Pour s’en persuader, il n’y a qu’à voir l’indécente polémique qui s’est développée à la suite du transfert de ses cendres au Panthéon et à lire les injures antisémites qui ont pullulé à ce moment-là sur les réseaux sociaux.

C’est à la fois pour rendre hommage au réformateur républicain et au résistant martyr que les socialistes de Cannes ont décidé de se retrouver désormais dans une section qui s’appellera « Jean Zay ».

Je suis très fier d’avoir apporté ma modeste contribution à cet hommage utile en ces temps où la République s’égare et où les fascismes se réveillent.

Tribune section de Cannes

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans histoire, politique nationale, PRG, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Jean Zay : réformateur, résistant et martyr républicain

  1. Emmanuel dit :

    Jean Zay, un grand homme qui mérite une place bien plus importante dans notre mémoire ainsi que dans les livres d’Histoire !

  2. olivierbrocartadmin dit :

    Je me permets de porter à votre connaissance le dossier spécial Jea Zay de la revue de notre association
    http://publications.cemea-formation.com/catalogue.php?idPublication=302

    Olivier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s