Brexit ? Why not ?

 

Union Jack

J’ai toujours détesté l’anglophobie qui s’exprime régulièrement dans la société française. Les Anglais sont à la fois un grand peuple et une grande nation. Par deux fois, lors des deux guerres mondiales, ils ont contribué à sauver notre pays. J’aime leur culture, leur langue et ce système politique fait de bipartisme raisonnable et d’alternance qui devrait nous inspirer au moment où nous cherchons une 6e République.

Avec les latins, les germains, les slaves et les finno-ougriens, ils ont fait l’histoire européenne depuis les débuts de l’humanité.

Autant dire que si j’avais été en âge de voter en 1972 j’aurais dit oui avec enthousiasme à l’entrée de la Grande-Bretagne (avec l’Irlande) dans le Marché commun.

Pour autant, il faut bien l’admettre : les Anglais n’ont jamais joué le jeu de l’Europe. Le   « I want my money back » de Margaret Thatcher est le symbole de cette volonté de ralentir la construction européenne en agissant de l’intérieur. Les fonctionnaires européens anglais compétents et actifs ont eu à cet égard un rôle important pour bloquer les politiques d’intégration.

Pourquoi ? Probablement parce que – comme le rappelait souvent le général De Gaulle – c’est vers le grand large et les Etats-Unis que les Anglais sont attirés, pour des raisons culturelles et historiques.

Quoi qu’il en soit, on ne peut pas indéfiniment faire boire un âne qui n’a pas soif. Aussi le Brexit n’est peut-être pas la catastrophe annoncée mais une attitude politique responsable. En ce qui me concerne, il ne me gêne pas.

Radical de gauche, je suis fédéraliste et je préfère une Europe sans Angleterre qui avance dans son intégration à une confédération sans projet avec nos amis Anglais. Ce serait Europel’occasion de remettre en débat la notion d’Europe en cercles concentriques avec un noyau dur (les pays du Traité de Rome plus quelques autres comme l’Espagne et le Portugal…) qui pourrait évoluer sans entrave vers le fédéralisme.

En résumé, j’aime bien les Anglais mais pas forcément en Europe !

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans politique internationale, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

27 commentaires pour Brexit ? Why not ?

  1. MAZZA dit :

    j’ai voté non au traité de Maastricht après avoir lu toutes les exceptions accordées au RU. Je suis atterrée par la « dans du ventre » des Européens ces derniers jours. Je partage ton point de vue. La grande Bretagne a les yeux tournés vers l’atlantique, laissons la aller où son coeur la mène. A mon sens l’Europe resserrée autour de l’axe franco-allemand sera plus cohérente.

  2. Emmanuel dit :

    A force de ménager la chèvre elle finit par manger le chou !

  3. Du coup on est pas loin de la panse de brebis farcie !

  4. Patrick.walz dit :

    Culturelles, historiques et linguistique…
    Probablement pas les seuls qui « plombent une Europe fédéraliste »…
    Du ménage serait probablement bénéfique !

    • Patrick.walz dit :

      Que de chemin parcouru depuis le traité de Rome initial…
      6, puis 9 puis 12 puis…
      Si les intérêts étaient commun au départ, le sont ils toujours aujourd’hui ? A 28 ?

  5. On est toujours d’accord !!!

  6. bernard gaignier dit :

    Etant beaucoup plus vieux que toi en 1972 j’étais en age de voter…..et j’ai voté non. D’abord parce que c’était un non révolutionnaire et anticapitaliste et il s’agissait de s’opposer à cette nouvelle adaptation du capitalisme. Raisons aussi infantiles que celles qui ont poussé beaucoup à voter non à Maastricht ou au traité européen. (ça y est on va repartir…).
    Entretemps ayant mûri… j’ai voté oui aux deux derniers référendums.
    A la réflexion je ne regrette aucun de mes votes.
    ça a été une erreur profonde d’admettre l’Angleterre qui n’a jamais rien apporté à la construction européenne. (de Gaulle qui connaissait bien les anglais a toujours été hostile). Bien au contraire.
    Mon seul souhait c’est qu’ils votent non à leur referendum… a condition bien entendu que par la suite l’Europe ne négocie pas avec eux des accords bilatéraux plus avantageux.
    Les seuls apports culturels de l’Angleterre à la civilisation: la musique le rugby.et Shakespeare.
    Leur langue quand elle est parlée est épouvantable, leur nourriture nauséabonde et leur climat pourri.
    Ah je me sens mieux ce soir…….

    • Laurent Weppe dit :

      Mon seul souhait c’est qu’ils votent non à leur referendum… a condition bien entendu que par la suite l’Europe ne négocie pas avec eux des accords bilatéraux plus avantageux.

      À condition que l’Europe travaille au démantèlement du Royaume-Uni: réunifions l’Irlande une bonne fois pour toute, ressuscitons la Olde Alliance et envoyons des soldats Français sur le sol Britannique au sud de l’Écosse qui intègrera la Zone Euro (les commerces anglais refusent déjà les Livres Sterling émises par la Bank of Scotland, de toute façon), et montrons donc aux Anglais que leur anachronique monarchie composite n’a vraiment rien d’un état Nation.

  7. Alain Ginouvieri dit :

    Jeanne d’Arc et Napoléon te remercient Patrick !

  8. Val Expat From Nice dit :

    « ça a été une erreur profonde d’admettre l’Angleterre qui n’a jamais rien apporté à la construction européenne. »
    Sans doute. Encore que je me demande si cela n’était pas plutôt un calcul politique afin de canaliser son attraction vers les USA.
    Bernard, dans ta liste, tu as oublié l’humour anglais qui, selon la définition de Desproges, « souligne avec amertume et désespoir l’absurdité du monde. L’humour français se rit de ma belle-mère…. Exemple : Quand une bombe de cent mégatonnes tombe dans sa tasse de thé, l’anglais reste plongé dans son journal et dit : « Hum, ça se couvre ».  »
    Je ne donne pas la suite qui est un peu plus salée…🙂

    • bernard gaignier dit :

      Tu as raison Val et à tous les amateurs d’humour anglais je vous conseille de lire Jonathan COE……

  9. La présence de la GB est une bénédiction car elle permet d’élargir l’Europe sans la construire politiquement tout en affichant la volonté de le faire.

  10. Marie Breteau dit :

    Ils n’ont jamais voulu en faire partie et nous l’on fait payer très cher, nos visions sont tellement différentes

  11. Depuis que la Grande Bretagne fait partie de l’Europe, la diplomatie britannique n’a cessé d’oeuvrer avec beaucoup d’efficacité à Bruxelles pour s’opposer à toute les avancées de l’intégration européenne. Avec une telle constance dans cette attitude hostile à notre idée de l’Europe, il vaudrait mieux en effet qu’elle quitte l’union européenne. Le problème c’est que s’agissant d’un des plus importants pays de l’Union, ce départ ne sera pas sans dommages…Alors, si l’on peut préférer un divorce au lieu d’une mauvaise union, aucun économiste ne semble en mesure de prévoir ce que cela coûtera à la Grande Bretagne et à l’Europe… L’issue du référendum est incertain avec les batailles de politique intérieure et les ambitions personnelles qui déjà, faussent le débat.
    N’oublions pas que les écossais et le Pays de Galles, tous deux très europhiles, risquent un coup de pied de l’âne destructeur pour la Brande Bretagne, en cas de victoire du non à l’Europe.

  12. Cosmos dit :

    On ne remet pas suffisamment en cause les institutions européennes. Si l’Europe est une belle idée, elle est devenue une caricature de ce qui se fait de pire en politique : opacité (cf. le traité transatlantique dont on ne sait pas grand chose), dirigeants nationaux qui ne respectent pas les referenda (cf. la trahison de 2005), technocratie, volonté d’uniformiser…
    Le Royaume-Uni a au moins le mérite de créer un rapport de forces. Ce n’est peut-être qu’un jeu de dupes, mais en attendant l’on en parle. Quand on pense que M. Hollande avait promis de renégocier le traité européen et qu’il n’a pas entamé quelque négociation que ce soit…
    Ne soyons pas des européens béats…

  13. Laurent Weppe dit :

    Les Anglais sont à la fois un grand peuple et une grande nation

    Non
    Il n’y a plus de « Grande Nation » européenne depuis 1914: il n’y a plus que des petits pays, héritiers estropiés d’hégémons arrogants. Quand on vit sur une planète mondialisée de sept milliards et demi d’Êtres Humains, on n’est pas grand quand on pèse moins de 1% de la population mondiale sous prétexte qu’on a eu un vaste empire autrefois.

    Et c’est bien là le problème:
    les Anglais n’ont jamais digéré la mort de leur empire (et j’appuis sur le terme d’Anglais: les Britanniques du Nord et de l’Ouest de l’archipel ont su pour la plupart se débarrasser des vieilles lunes impériales) et leur classe politique comme leurs médias n’ont eu de cesse depuis 60 ans de leur répéter le mensonge qu’il voulait entendre: que leur pays était encore une Grande-Puissance-Qui-Compte.

    Tout le discours europhobe de la presse et des politiques britannique est construit sur le postulat mensonger que toute seule, la Grande Bretagne est davantage qu’un Porto Rico hypertrophié, humide et froid. En fait, j’irai même jusqu’à dire que la raison d’être du discours europhobe est la perpétuation du mythe de la puissance britannique.

    C’est pour cela qu’il ne servait à rien de négocier quoi que ce soit avec le gouvernement Cameron: le psycho-drame du Brexit est le produit d’un gouvernement qui s’est fait réélire en promettant au vieux peuple d’un petit pays qu’il irait taper du pied et casser de la vaisselle pour que ses voisins continuent de faire semblant de croire qu’il s’agit toujours d’une grande puissance.

    ***

    Mais il y a aussi une autre réalité plus difficile à admettre pour le public hexagonal: c’est que le pays qui ressemble le plus à l’Angleterre, c’est la France.

    Après tout, depuis De Gaulle, une frange non négligeable des élites politiques et médiatiques françaises ont elles-aussi dit à leur opinion publique que la petite France était encore une Grande Nation.
    Et comme chez les Anglais, une frange non négligeable de la population française a adhéré à ce mensonge confortable.
    Et comme en Angleterre, cette rencontre entre élites démagogues et un peuple qui pour partie Voulait qu’on lui raconte des contes de fées s’est traduit par des mouvements politiques dédiés au sabotage de la construction de l’entité politique sans laquelle leur pays aurait depuis longtemps sombré dans l’insignifiance.

  14. S’ils sont toujours ici depuis tant de temps, n’est-pas précisément la preuve que la vision continentale et leur vision ne sont pas aussi différentes que l’on se plaît à le dire?

  15. et bla bla l’angleterre n’a jamais ete europeenne et de gaulle le visionnaire n’en voulait pas

  16. Pourquoi bénéficie t’elle d’un régime particulier ? Plus on lui donne des privilèges plus elle en veut !

  17. Eugenio Ferro dit :

    La Grande Bretagne n’a jamais été vraiment dans la dynamique des pays fondateurs, elle a par contre fortement contribué à la dérive mercantile de l’U.E. Cette dérive que l’Union Européenne paye lourdement. J’ai rêvé de la disparition des frontières, je les ai vue disparaître, je crains de devoir avaler la couleuvre de leur réinstallation. L’Union Européenne a peut être grandi trop vite ?

  18. Tout à fait d’accord avec l’argumentation. Le Brexit est notamment alimenté par les tabloïds et leur lectorat recevrait une bonne leçon en voyant les conséquences de ce qu’ils réclament sans savoir de quoi il en retourne. Et pour ma part, je me réjouirais de voir l’Écosse – plus vieil allié de la France – quitter l’UK et rejoindre l’Europe, laquelle en effet doit être recentrée sur les pays fondateurs.

  19. bernard gaignier dit :

    Sus à la perfide Albion, les rosbeefs à la cuisine, boutons l’anglais hors de nos frontières et chassons les du Lot ou ils achètent nos propriétés ainsi que nos fermières, condamnons à la déchéance de nationalité les groupes et chanteurs français qui chantent en anglais, brulons les méthodes Assimil, Gardons le titre à nous les petites anglaises mais supprimons le film,
    Ah je me sens mieux une deuxième fois……

  20. Ping : Le Brexit, c’est fait !… Why not? | Le blog de Patrick Mottard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s