Molière revisité par Gotlib

IMG_4502

Une mise en scène de Fabienne Colson n’est jamais un long fleuve tranquille rempli d’eau tiède. Son « Bourgeois gentilhomme » proposé depuis vendredi dernier aux spectateurs du Théâtre de l’Eau vive ne déroge pas à la règle. Il est juste un peu moins conceptuel que ses précédentes réalisations.

L’action se passe dans un camping dont Monsieur Jourdain est le directeur. Les autres personnages de la pièce sont apparement des employés ou des clients de ce lieu en général plus fréquenté par Patrick Chirac que par Molière.

Disons le tout net, ça fonctionne bien et on rit beaucoup.Les anciens lecteurs du mythique « Pilote » – c’est mon cas – auront même l’impression de retrouver l’atmosphère de La Rubrique à brac de Charles Gotlib, ces BD qui dans les années 70 faisaient une relecture des classiques de l’art avec un humour décalé, des gags fouillis et un grand nombre de personnages récurrents et drolatiques.

En effet les comédiens enchaînent joyeusement les anachronismes et les situations loufoques. Le spectateur est sollicité autour de l’intrigue principale (Molière pur jus) par une foultitude de saynètes souvent très drôles qui obligent le spectateur a faire des va et vient incessants pour profiter de tous les gags (peut-être une opération marketing de la directrice du théâtre pour inciter les spectateurs à voir plusieurs fois la pièce ?)

C’est aussi avec plaisir et même émotion que j’ai retrouvé la quasi-totalité des comédiennes et des comédiens qui avaient joué il y a un peu plus d’un an dans mon « Baie des songes » (voir sur ce blog « Mes mots dans l’Eau Vive » du 26 janvier 2015) :

– Jean-Christophe Vecchi (un Monsieur Jourdain explosif plus tyranique que pathétique),

– Corinne Meyer (au bon sens volcanique, la marque de fabrique de cette comédienne),

– Christophe Compain (drôle de bout en bout, un peu le chouchou du public samedi soir…),

– Richard Zanca (toujours très classe ! même en jouant Quasimodo, ce garçon serait classieux !),

– Chantal Minvielle Galmiche (en gardienne du temple horripilante, exaspérante, désopilante),

– Sabrina Paille (avec… deux rôles – il y a du Macron là-dessous – la même élégance distanciée pondérée d’ironie légère en maître de danse ou en marquise),

– Sophie Vecchi (servante madrée un brin pirandelienne puisque son maître dans la pièce est son mari à la ville),

– Louis Maguet (quant un chinois passe du confusianisme au machiavélisme !),

– Lucie Ratel (incarner une oie blanche de Molière sans être mièvre est forcement un petit exploit !).

Les autres acteurs sont également à féliciter (le maître d’armes en espèce de Super Dupont converti au Taekwondo est gotlibien en diable).

Mais l’atout principal de cette troupe est le plaisir visible de jouer ensemble. Du coup, c’est communicatif et les comédiens mettent les spectateurs dans leurs poches. Un seul regret : à aucun moment je n’ai apercu la coccinelle et le Isaac Newton de la Rubrique à brac dans cette version déjantée du « Bourgeois ». Gageons que Fabienne les intégrera jeudi, vendredi, samedi et dimanche prochains pour les dernières représentations.

IMG_4503

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans littérature-théâtre, Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s