Le Brexit, c’est fait !… Why not?

Le Brexit, c’est fait. Les conséquences de ce vote vont être considérables y compris sur l’intégrité de la Grande-Bretagne puisque les Ecossais à l’évidence veulent rester Européens. Mais aux premières heures de ce jour d’après, je ne change pas une seule ligne au billet publié ici il y a quelques temps :

Brexit ? Why not ? 
22/02/2012

J’ai toujours détesté l’anglophobie qui s’exprime régulièrement dans la société française. Les Anglais sont à la fois un grand peuple et une grande nation. Par deux fois, lors des deux guerres mondiales, ils ont contribué à sauver notre pays. J’aime leur culture, leur langue et ce système politique fait de bipartisme raisonnable et d’alternance qui devrait nous inspirer au moment où nous cherchons une 6e République.

Avec les latins, les germains, les slaves et les finno-ougriens, ils ont fait l’histoire européenne depuis les débuts de l’humanité.

Autant dire que si j’avais été en âge de voter en 1972 j’aurais dit oui avec enthousiasme à l’entrée de la Grande-Bretagne (avec l’Irlande) dans le Marché commun.

Pour autant, il faut bien l’admettre : les Anglais n’ont jamais joué le jeu de l’Europe. Le « I want my money back » de Margaret Thatcher est le symbole de cette volonté de ralentir la construction européenne en agissant de l’intérieur. Les fonctionnaires européens anglais compétents et actifs ont eu à cet égard un rôle important pour bloquer les politiques d’intégration.

Pourquoi ? Probablement parce que – comme le rappelait souvent le général De Gaulle – c’est vers le grand large et les Etats-Unis que les Anglais sont attirés, pour des raisons culturelles et historiques.

Quoi qu’il en soit, on ne peut pas indéfiniment faire boire un âne qui n’a pas soif. Aussi le Brexit n’est peut-être pas la catastrophe annoncée mais une attitude politique responsable. En ce qui me concerne, il ne me gêne pas.

Radical de gauche, je suis fédéraliste et je préfère une Europe sans Angleterre qui avance dans son intégration à une confédération sans projet avec nos amis Anglais. Ce serait l’occasion de remettre en débat la notion d’Europe en cercles concentriques avec un noyau dur (les pays du Traité de Rome plus quelques autres comme l’Espagne et le Portugal…) qui pourrait évoluer sans entrave vers le fédéralisme.

En résumé, j’aime bien les Anglais mais pas forcément en Europe !

 

 

 

 

 

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans politique internationale, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour Le Brexit, c’est fait !… Why not?

  1. Gertina Van ( Afrique du sud) dit :

    Would this exit affect you in Nice?

  2. Pas directement , Gertina.

  3. Emmanuel dit :

    Un moment vraiment historique pour la construction européenne ! On en mesure peut être encore pas les conséquences !

  4. Emmanuel dit :

    En espérant que tu ais raison !

  5. Avec le Brexit, nous assistons au triomphe d’un populisme à l’oeuvre depuis des années, doublée d’une crise de la démocratie représentative dans nos pays occidentaux. La Grande Bretagne est mal à l’aise depuis l’origine dans l’Union Européenne. Sa diplomatie très efficace à Bruxelles a obtenu l’orientation de l’Union européenne vers une zone de libre échange et parallèlement son élargissement déraisonnable dans les circonstances économique actuelle.
    La seule chose positive qui ressort de ce vote catastrophique c’est que les exemptions obtenues par Cameron ne sont plus d’actualité.
    Il est plus que temps que les pays fondateurs se ressaisissent et proposent un projet aux peuples européens qui les fassent à nouveau vibrer et qui les rassure face à une mondialisation qui ne nous attends pas. Insuffler une vision globale : harmonisation fiscale urgente, mutualisation réelle des problèmes qui ne peuvent être résolus qu’à l’échelle européenne (immigration, terrorisme, lutte contre la fraude fiscale etc.) Beaucoup de choses ont déjà été faites mais les peuples n’en n’ont pas vraiment conscience et le manque d’explication est criant. Nos dirigeants manquent de courage pour expliquer et défendre le projet européen,
    L’avenir est comme toujours entre nos mains…

    • Laurent Weppe dit :

      nous assistons au triomphe d’un populisme à l’oeuvre depuis des années, doublée d’une crise de la démocratie représentative dans nos pays occidentaux

      Le problème est aussi -et peut-être surtout- générationnel: les moins de 25 ans ont voté Remain à plus de 75%, les 50-64 ans ont voté Brexit à 56%, les plus de 65 ans Brexit à plus de 61%: ce sont les baby-boomers, eux qui profitèrent mieux que quiconque des politiques Keynesiennes et des trente glorieuses, qui après être devenu le noyau électoral des partis œuvrant à la destruction des système sociaux qui ont protégé leurs boomers de la misère qu’avaient connus leurs parents ont par dépit hypothéqué le futur de propres enfants en leur volant leur citoyenneté européenne.

      Et on ne cesse de nous dire qu’il faut « respecter la sagesse des anciens« : qu’ils commencent par en avoir et on parlera de respect.

  6. Déjà les vautours arrivent MLP demande la même chose pour la France

  7. Blood, sweat and tears….
    En effet, même s’ils sont très condescendants, agaçants etc. etc., nous devons beaucoup aux Anglais, à commencer par notre liberté car ce sont eux qui, les premiers, ont résisté, avec courage et détermination, à la main-mise nazie sur l’Europe. (Et je ne parle pas des Stones, des Beatles, d’Arsenal, de James Bond, des mini-jupes et des petites anglaises, des Monty Pythons, du fish and chips, des motos et voitures vintage, etc. etc…..)
    Mais en ce qui concerne cette rupture, c’est comme pour les relations amoureuses et/ou maritales : si quelqu’un vous quitte, c’est que vous n’avez pas su le garder. À tort ou à raison, l’Europe, la plus belle idée du XXème Siècle, est devenue symbole de bureaucratie technocratique et d’impuissance. Il va falloir reconstruire, et donc un leadership capable de le faire, et non pas un adepte du consensus mou. On va vite voir ce qu’il en est aux Présidentielles de 2017…

  8. Jean-Marc Fonseca dit :

    Aux risques de déplaire. Honni soit qui mal y pense.
    Ce matin depuis sept heure, c’est Croissant aux larmes, dans les rédactions des principales radios, les Anglais ont coupé les amarres.
    C’est la panique, chez les Groniqueurs serviteurs besogneux et zélés du Système Bruxellois de l’UE.
    Du philosophe intellectuel de service, jusqu’à l’économiste éclairé au néon, on se croirait dans la bande annonce d’un film catastrophe.
    Il n’y a pas à dire, l’ensemble des saltimbanques serviles des médias, sont des défenseurs acharnés de leur charnier vital.
    L’expression de la démocratie, de la souveraineté d’un peuple affolerait le marché, la livre sterling dévisse, mordant l’Euro, qui lui-même entraine le yen, qui se fait baiser par le Dollar.
    C’est le spectre de la grande peur du Siècle, on nous prévient que comme d’habitude si les banques et les milieux financiers essuient des pertes suite à la sortie de la perfide Albion, ce sera l’ensemble des contribuables européens qui paieront l’adition.
    Va-t-il y avoir des mesures de représailles des états membres de l’UE, va-t-on sanctionner les entreprises ou les filiales des entreprises du CAC 40 qui ont choisit Londres comme place financière ?
    Va-t-on , ouvrir des brèches dans le mur qui empêchait les hordes de réfugiés de rejoindre l’Angleterre ?
    Va-t’on, reconstruire le mur de l’atlantique ? Noyer le tunnel sous la Manche ?
    Débaptiser la Promenade des Anglais ? How ! Verry Shocking !
    Après, plus de 128 ans « d’entente cordiale », va-t-on raviver le spectre de la guerre de 100 ans ?
    Le plus incongru ce sont les commentaires des Azuréens, « les Anglais qui vivaient sur la côte d’Azur, et qui bénéficiaient de revenus en Livres Sterling vont se retrouver SDF et ils ne bénéficieront plus de la carte Vitale. Ils seront obligés d’aller faire la queue à la préfecture au milieu de toute la misère du monde pour faire renouveler leur titre de séjours. »
    Le plus beau mensonge étant les compagnies aériennes low-costs (dont la plupart on leur siège en Angleterre) ne pourrons plus assurer de liaisons européennes sinon avec l’Angleterre.
    Le pire, c’est que certaines entreprises liées au BTP, ne pourrons plus faire appel à des sous-traitants Anglais qui louent à bas prix de la main d’œuvre Européenne voire Pakistanaise.
    Le Cheddar sera surtaxé, comme le mouton néozélandais ou australien et les marchands d’oignons français seront interdit de séjour dans le Kent.
    Les entreprises britanniques vont quitter la France, une catastrophe pour les enseignes qui faisaient la notoriété des grandes surfaces commerciales Azuréennes ( Cap 3000, Polygone Riviera etc…).
    Il y a des matin où le soleil, est différent des autres jours et amène un sentiment de plénitude.

  9. Thierry Manceau dit :

    bonne analyse, c’est vrai les Anglais n’ont jamais joué le jeu de l’Europe, ce n’est pas une si mauvaise nouvelle

  10. Dominique Husken-Plasse dit :

    les Ecossais et les Irlandais vont pouvoir s envoler de leurs propres ailes

  11. antoine juszczak dit :

    Slt à mon association niçoise préférée et un petit bonjour de Strasbourg. je suis d’accord avec toi, Patrick mais je me permets de faire quelques réserves (elles te rappellerons celles que j’avais faites lors de notre débat sur le système financier international).
    1) le mépris de la souveraineté et des décisions prises par les peuples souverains dans une démocratie.(référendum de 2005 par exemple et la déclaration de Juncker comme quoi aucun vote ne peut changer les traités européens quand on voit comment ils ont été obtenus).
    2) les objectifs de la politique économique de l’UE. Toujours plus de néolibéralisme, de déréglementation, de casse des services publiques par l’ouverture à une concurrence absurde au lieu de générer des synergie entre ces mêmes services, le financement des dettes souveraines sur le marché mondial des capitaux alors que l’UE est assez riche et possède assez d’épargne pour échapper aux spéculateurs, plus la casse de notre droit du travail(toujours plus de flexibilité, de bas salaires et finalement de pauvreté) …… la liste des doléances est très très longues.
    Alors finalement, moi aussi je voudrais que le peuple français soit consulté sur cette Europe là (je vous rassure, je ne vote pas MLP, je vote pour toi). Okay pour une Europe fédérale resserrée sur un noyau dur, mais je pense qu’il va falloir mettre un sacré coup de pied dans la fourmilière, et pour y arriver peut-être menacer d’un franxit pour changer tout cela. amitié à vous tous et adelante.

    • Laurent Weppe dit :

      Alors finalement, moi aussi je voudrais que le peuple français soit consulté sur cette Europe là

      Si on consulte le peuple Français, il ne votera pas sur l’Europe mais sur Hollande, comme ils ont voté sur Chirac en 2005, comme ils ont voté sur Mitterrand en 1992, comme ils ont voté sur De Gaulle en 1969.

  12. antoine juszczak dit :

    oui ,Laurent, je comprend ce que tu dis et je pense que tu n’as pas tout à fait tord, et c’est tout le problème de la 5eme république qui personnifie le pouvoir au détriment de la souveraineté populaire par la personnification du pouvoir….je pense quand même que le peuple doit rester décisionnaire quand son destin est en jeu, je suis adepte de la démocratie semi-directe à la manière suisse pour commencer, et de l’autogestion pour l’économie…. plus tard, en ce moment je conçois que ce soit un doux rêve vu l’immaturité politique actuelle….. soupir…..et puis Hollande n’avait qu’à appliquer son programme en renégociant le traité de stabilité européen comme il l’avait promis pendant sa campagne, il pouvait s’appuyer sur le compromis de Luxembourg (1969) et en aucune manière abrogé, qui permet à un état membre d’opposer son veto à une décision prise dans l’UE. La France en a fait usage lors de négociations il y a quelques années sur un traité de libre échange agricole entre l’UE et les USA. A vous lire. amitiés

  13. Laurent Weppe dit :

    c’est tout le problème de la 5eme république qui personnifie le pouvoir

    Il n’y a pas que dans la cinquième que c’est un problème: même les régimes parlementaires peuvent y faire face: combien de Britanniques ont voté Leave parce que « Cameron sucks » ou bien ce sont abstenu parce que pour eux, le Brexit était un prétexte à une querelle de notables Tories dont ils se foutaient éperdument?

    ***

    je pense quand même que le peuple doit rester décisionnaire quand son destin est en jeu

    Justement: le destin de la Grande Bretagne s’est décidé par le vote massif de la frange de la population qui ne sera plus là dans vingt ans contre l’avis de la frange de la population qui vivra pour subir les conséquences à long terme du Brexit.
    Dans quatre ans, un million deux-cent mille Brexiteurs seront morts de vieillesse, et un million trois-cent-mille jeunes pro-européens auront atteint l’âge adulte: « le peuple » aura changé d’avis, mais les dégâts auront été fait.

    On entre là dans la pyramide de la hiérarchie des normes: certaines normes qui sont nécessaires au bon fonctionnement de l’état de droit ne peuvent donc être remises en cause par un vote à la majorité simple –sinon il suffit qu’un démagogue obtienne une majorité de 50,1% des voix pour se voter les pleins pouvoirs, et si le peuple a changé d’avis trois semaines plus tard, c’est trop tard: l’Empereur Duchnok Premier a déjà fait assassiner ses principaux opposants, fermer les journaux, et la première ville où des manifestations spontanées se sont produites a vu sa population massacrée.

    L’idée est que plus une règlementation « pèse » dans la vie des citoyens, et plus vastes sont les conséquences d’un changement, plus il faut qu’il soit difficile de la changer. C’est pour cela qu’une constitution (sommet de la pyramide) est difficile a modifier alors qu’une circulaire de l’éducation nationale peut-être écrite sur un coin de table par l’assistant de la secrétaire du dircab de Najat Belkacem.

    Ce qui est bien pratique: sans cette hiérarchisation des normes, la France serait devenue une usine à fabriquer des apatrides à partir de suspects torturés en garde à vue et chaque nouvelle rentrée scolaire feraient l’objet d’un psychodrame législatif avec motions de censures et des 49-3 en veux-tu en voilà.

    Et vu l’importance qu’a l’appartenance d’un pays à l’Union Européenne sur son fonctionnement sortir de l’Union devrait être au minimum aussi difficile que de changer de constitution.

    • antoine juszczak dit :

      Je suis d’accord avec toi sur cette hiérarchisation des normes.Cela dit j’ai été voir sur le site du Point l’analyse du vote anglais, il y a un point que j’ai relevé et qui doit nous faire réfléchir, au delà du vote générationnelle dont tu fais mention, il semble qu’il y ait aussi un vote de classe, banlieue ouvrière et campagne contre centre-ville urbain et aisé….on retrouve un peu la même chose en France (voir la sociologie du vote FN dans le nord en particulier),et pour nous qui sommes de gauche, c’est assez inquiétant. En GB beaucoup d’anciens fiefs travaillistes on voté non….(voir le site du point). Personnellement je pense que cela est dû au ravage du blairisme qui a abandonné les classes populaires à l’UKIP,(la nature à horreur du vide)j’aimerais votre analyse la dessus.Amitiés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s