Deux auteurs du Maghreb pour commencer

Laroui-Daoud

L’été est une période propice à la lecture. Un peu par hasard, c’est avec deux auteurs maghrébins que j’ai entamé la séquence 2016 : l’algérien Kamel Daoud et le marocain Fouad Laroui.

Meursault contre-enquête, Kamel Daoud

Cette lecture était incontournable pour moi. Au-delà de la curiosité suscité par l’ouvrage, il s’agissait de rendre hommage à ce jeune auteur algérien victime d’une fatwa et de la vindicte d’intellectuels gaucho-islamistes parce qu’il a – entre autres – osé dénoncer le « rapport malade à la femme » dans le monde arabo-musulman après les agressions sexuelles de masse à Cologne le 31 décembre.

Moins militant (quoique…), son livre est épatant. Daoud donne une identité à « l’Arabe » tué sur une plage d’Alger par « L’étranger » de Camus. La structure narrative éclatée est surprenante mais au final précise et efficace. Et on se passionne pour cette histoire de miroir inversé où l’universalisme finit toujours par l’emporter sur un anticolonialisme assumé mais maîtrisé.

L’étrange affaire du pantalon de Dassoukine, Fouad Laroui

Recommandé par une amie il s’agit là d’un recueil de nouvelles qui nous plonge dans le Maroc « où on pouvait boire une bière sans déclancher un tir nourri de fatwas, sans provoquer de questions au Parlement, sans que les Pakistanais lointain s’émeuvent ». Le style est parfois déroutant (« le silence s’épaissit comme la ouate imbibée du sang des pauvres »), souvent sophistiqué (la nouvelle « Dislocation » est un pur exercice littéraire). Mais l’ensemble des neuf nouvelles est drôle et enjoué.

L’étrange affaire du pantalon de Dassoukine nous permet d’explorer avec légèreté, à partir d’un moment historique de la société marocaine, l’absurdité de notre condition. Et ce n’est pas triste.

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article a été publié dans littérature-théâtre. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Deux auteurs du Maghreb pour commencer

  1. Sylvette Maurini dit :

    Solidarité avec KAMEL DAOUD, Kamel Daoud, vit des choses difficiles, depuis un bon petit moment déjà !

  2. Ewelina Bajm dit :

    Oui il paraît que c est bien Daoud … Pour moi c est Czeslaw Milosz pour l instant …bonne lecture

  3. Naïm Aich dit :

    En tout cas, j’ai eu la chance de voir l’adaptation de son oeuvre « meursault contre-enquête « , par Phillipe Berling, au théâtre de Draguignan😉

  4. Delphine dit :

    J’ai découvert Fouad Laroui avec L’Oued et le consul, un recueil de nouvelles où il regarde avec ironie, satire, ou humour, les excès, les failles ou les aspects insolites du Maroc ou de l’Europe. Souvent il fait se rencontrer ces deux mondes, de manière amusante dans « l’Oued et le consul » ou « Nos pendus ne sont pas les leurs » tout en s’attaquant à la tyrannie ou à la condition féminine. Ils ne sont pas nombreux ceux qui se consacrent à ce genre de la nouvelle (Les Français préfèrent manifestement le roman). Un autre auteur de nouvelles que j’aime bien, c’est…Annie Saumont qui s’est entièrement consacré à ce genre. Rarissime.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s