Trump : le populisme au pied du mur…

 

donald-trump6 heures du matin, la nuit s’achève et l’élection américaine semble pliée. Il y a huit ans nous étions euphoriques à la galerie Depardieu, il y a quatre nous avions vécu avec une sorte de bonheur tranquille la réélection d’Obama, ce matin c’est l’amertume qui domine.

Quand on aime l’Amérique et c’est mon cas, on ne pas assister à la victoire d’un raciste, sexiste et climato-sceptique de gaîté de cœur. Mais ce n’est pas seulement un problème concernant les Américains : ce maître de la télé-réalité sans véritable programme est désormais le chef d’Etat de la plus grande puissance d’un monde qui, avec lui, va devenir de plus en plus incertain donc dangereux.

Seule consolation : comme pour le Brexit, le populisme contestataire va se trouver en situation de gestion donc au pied du mur. Et il est possible que ses victoires électorales permettent de faire éclater ses impostures et soient au final son chant du cygne. La démonstration risque d’être coûteuse, mais elle crèvera peut-être l’abcès. Mais, n’en doutons pas, le chemin sera long et extraordinairement dangereux (passer du populisme au fascisme n’est pas une fatalité mais un dérapage peut toujours se produire). Quoi qu’il en soit, cette perspective, qui exigera de la part des démocrates humanistes une grande vigilance, doit nous mobiliser positivement.

Quant à moi, il me reste à récupérer mon petit cartable pour aller dispenser mes 10 heures de cours du mercredi. Être au contact de notre belle jeunesse étudiante toute la journée sera certainement meilleur pour mon moral que la vision en boucle sur mon écran des troupes ricanantes du cirque Trump.

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article a été publié dans politique internationale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

28 commentaires pour Trump : le populisme au pied du mur…

  1. Bernard gaignier dit :

    T’as rien compris Patrick le vote Trump c’est, comme le Brexit, le non de gauche révolutionnaire

  2. Laurent Flipo dit :

    Bonne gueule de bois matinale

  3. ricciarelli dit :

    Ce qui est rassurant, c’est qu’en démocratie les citoyens ont le dernier mot quoiqu’en pensent les MEDIAS et les politiques. L’argument qui tend à dire, qu’en France par ex, on ne peut pas être élu sans avoir le soutien d’un parti politique me semble par ce résultat mis en défaut.Maintenant, effectivement le plus dur reste à faire mais j’ai du mal à penser que d’un côté il n’y aurait que des gens compétents et de l’autre que des fous dangereux.Pour autant la proposition de construction du mur à la frontière mexicaine me semble scandaleuse et dangereuse.

  4. Daniel Moatti dit :

    Bonjour,
    Je n’ai pas la gueule de bois, Patrick, parce qu’en dépit du battage médiatique, je savais que Trump devait l’emporter, comme pour le Brexit, comme pour les référendums en France, aux Pays-Bas, au Danemark… Le problème vient d’une classe médiatique, politique, économique qui vit sur un autre rythme que celui des populations et qui impose sa vision d’un monde « unicolor » entièrement tourné vers la rentabilité financière, le reste étant sacrifié. Mais, le reste, c’est la culture d’un pays, d’un peuple, c’est aussi la demande expresse vers plus de justice sociale et c’est un cri de colère face aux résultats catastrophiques de la mondialisation.
    Le problème, c’est que cette classe internationale n’accepte pas ses défaites, revenant sur les votes par des biais institutionnels, le non français de 2005 effacé par le vote du Parlement, le Brexit remis en cause par la Justice et le Parlement anglais, l’Irlande devant revoter jusqu’à approbation. Les peuples sont dépossédés de leur pouvoir politique et l’Etat défaillant n’ose plus contrôler la grande finance mondialisée et ses agissement. L’exemple de Barroso, de Junker et de tant d’autres, Alain Minc, Macron pour la France, passant d’une casquette à une autre, increvables champions d’une politique exécrée , donneurs de leçons, demandant constamment plus de sacrifices aux peuples, obtiennent les résultats du mépris qu’il affiche sans vergogne. En effet, les voix qui ont manqué à Clinton, sont bien celles de Bernie Sanders, d’une jeunesse américaine désabusée et désespérée et à vrai dire, c’est bien le lot de la jeunesse de l’ensemble des pays occidentaux.
    Alors continuons de la sorte et apparaîtra une nouvelle classe politique porteuse de colère et de haine. Quand, je dis apparaîtra, j’ai tort, elle est déjà présente. Comme disait Marx, « l’Histoire bégaie mais ne se répète pas ». Je ne suis pas Marxiste, je ne crois pas « au sens unique de l’Histoire », mais notre période ressemble curieusement à d’autres périodes de crise comme 1788 ou 1929 et les paroles rassurantes mais vaines d’un Hollande ou d’un Juppé ne pourront éviter le terrible orage qui se prépare.
    Comme je l’ai dit lors de ma conférence face à l’aveuglement volontaire de notre élite qui refuse de changer de voie, qui occulte la souffrance économique et culturelle des peuples, je deviens de plus en plus pessimiste.

  5. Vertige devant l’arrivée aux manettes du plus puissant pays du monde d’un bateleur télévisuel n’hésitant pas à tenir des propos insultants, racistes, xénophobe, à faire des déclarations à l’emporte pièce souvent contradictoires. Cela n’augure vraiment rien de bon pour l’avenir de nos démocraties et notamment pour la prochaine élection présidentielle en France. Cette élection valide les stratégies les plus populistes.
    Cher Bernard, qu’est-ce que la gauche révolutionnaire a à voir avec ce milliardaire prêt à tout pour assouvir ses ambitions ?

  6. Emmanuel dit :

    On touche peut être là les limites de la démocratie. Énormes espoirs déçus mis dans Obama( l’homme demeure tout de même un des meilleurs président depuis Roosevelt)+rejet massif des Clinton+ aveuglement total des médias+ toutes ces stars à deux balles donneuses de leçons= élection de Trump !

  7. Emmanuel dit :

    Le tout un 9 novembre……..date symbolique de la chute du Mur de Berlin !

  8. Emmanuel dit :

    Le 9 novembre c’est aussi le jour de la mort de De Gaulle !

  9. bernard gaignier dit :

    Christian rien à part que le non n’était pas comme certains l’ont prétendu un non de gauche et révolutionnaire mais majoritairement de droite, xénophobe et nationaliste. Tous les scrutins qui ont suivi l’ont démontré….Donc mon propos était ironique…..

    • Daniel Moatti dit :

      Le « non » de 2005 n’était ni de « Gauche », ni de « Droite », il était l’expression d’électeurs inquiets qui ne voulaient pas d’une dérégulation financière débridée, refusant le fait que l’élite n’utilise plus le protectionnisme pour protéger la population française et de l’Union européenne de la désindustrialisation.
      Onze ans plus tard, le résultat est patent et ceux qui ont soutenu le « Oui » devraient s’excuser au lieu d’en appeler au fascisme, à la xénophobie et à l’extrême-droite. Mais effectivement, si l’élite continue dans cette voie, continue de nier la réalité, refuse de protéger ses populations, accepte toute personne se disant « réfugiée » sans vérification et accepte la remise en cause des fondamentaux de notre société comme l’égalité homme/femme au d’une religion révélée proclamant sa supériorité y compris par la violence sanguinaire, alors oui, le pire est à craindre.
      Le pire c’est de vouloir imposer du sociétal lorsque la Gauche impuissante a abandonné le social. Nous voyons à l’oeuvre l’opposition entre les Droits de l’homme et du citoyen et les Droits humains. Les premiers s’appuyant sur des frontières et les seconds oeuvrant à leur destruction mais sans bénéfice pour les peuples, bien au contraire.
      L’élite ne peut plus se voiler la face, ni imposer en catimini le Ceta, puis le Tafta. Il faut revoir et reprendre tout ce qui a été mis en oeuvre depuis 1997 (par exemple : un gouvernement de Gauche imposant le travail de nuit des femmes.)
      En plus simple, la Nation (concept de Gauche, concept Révolutionnaire) est fondée sur un contrat social (Rousseau.) Je cite la Constitution ci-dessous et je suis fier de ce que je lis et, surtout, Bernard, vous ne devez pas confondre le patriotisme avec la xénophobie.
      PRÉAMBULE DE LA CONSTITUTION FRANCAISE
      Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l’Homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu’ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu’aux droits et devoirs définis dans la Charte de l’environnement de 2004.
      En vertu de ces principes et de celui de la libre détermination des peuples, la République offre aux territoires d’outre-mer qui manifestent la volonté d’y adhérer des institutions nouvelles fondées sur l’idéal commun de liberté, d’égalité et de fraternité et conçues en vue de leur évolution démocratique.
      Article 1er
      La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée.
      La loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales.
      TITRE IER
      DE LA SOUVERAINETÉ
      Article 2
      La langue de la République est le français.
      L’emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.
      L’hymne national est la « Marseillaise ».
      La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité ».
      Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.
      Article 3
      La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum.

  10. Dominique Husken-Plasse dit :

    attention ils vont faire des déficits et c es nous qui allons payer les pots cassés

  11. Chantal Maimon dit :

    Je ne voudrais pas être Américaine ce matin. Je suis triste.

  12. Magahina Mapiaka dit :

    Impensable 😱 !!!

  13. Gérard Bony dit :

    Bonne journée quand même , malgré la tristesse de ce jour qui marquera l’histoire de l’effondrement d’une élite politique contestée et complètement dépassée tout comme le triomphe du fric et les ravages de l’abrutissement médiatique .

  14. Michel Le Roux dit :

    Adieu accord sur le climat otan …Vive le racisme la xénophobie le populisme . Les bourses décrochent. Mais qu’ont fait les américains. C’est incompréhensible!

  15. Rita Gosti dit :

    Moi aussi abasourdie Dominique Boy Mottard😮! Pourtant il y a deux jours j’ai tchaté avec une amie américaine qui me disait faut pas croire les médias, qui détient la Haute Finance? La j’ai compris qu’elle allait voté Trump pourtant c’est une photographe, son époux est musicien de jazz. C’est un couple cultivé et ouvert sur les différences. Pas du tout le cowboy au fin fond de sa contry.
    Donc je ne comprends pas pourquoi y a t’il une telle rupture entre le peuple et une certaine élite politique
    Il y a un rejet total de l’etablisment. C’est fou.
    Brexit, Donald Trump et la suite c’est quoi?
    Afflichée car en ce moments les dictateurs du monde doivent se dire ont a gagné grâce au vote du peuple américain.
    Triste triste😢

  16. Johanna Garner dit :

    Un clown à la tête du plus grand pays du monde

  17. En effet, la seule réponse à la bêtise, c’est l’éducation et non les leçons de morale. ET pour les politiques, c’est faire œuvre de pédagogie pour éclairer l’électeur, et non de démagogie pour ratisser le plus large possible. Cela doit commencer très tôt, en tirant les esprits vers le haut et non les niveler par le bas. Il faut des éducateurs et non des animateurs. Mais alors, qui regarderait « Touche pas à mon poste « , Patrick Sébastien, et toute cette pornographie télévisuelle dans laquelle viennent se prostituer, à l’occasion, certaines des princes et princesses qui nous gouvernent ou aspirent à le faire ?

  18. Elena Sanfilippo dit :

    Les Américains ont voté en majorité pour Hillary Clinton (59 916 932 votes), et pas pour Trump (59 690 096). Trump a été élu grâce au système des collèges électoraux (datant de la Constitution Américaine).
    Il est bon de le rappeler, car je vois ici et là sur Facebook des statuts insultant le Peuple Américain. Juste une mise au point …

  19. Jean-Louis Salvi dit :

    Merci Elena pour ces précisions si je comprend c’est le jeux de qui perd gagne?

  20. c’est juste Elena mais l’americanophobie est un sport national !

  21. Georges Cuffi dit :

    ils on élu un CLOWN! http://www.directmatin.fr/…/video-quand-donald-trump…

    Vidéo : quand Donald Trump s’illustrait sur un ring de catch | http://www.directmatin.fr
    DIRECTMATIN.FR|PAR DIRECTMATIN

  22. Dominique Dufour dit :

    Wall Street en hausse! J’escomptais un phénomène de panique de la Bourse confrontée à la victoire du candidat anti-système!

  23. Fanny Revollon dit :

    L’effroi gagne la planète

  24. Cedric Revollon dit :

    Nausée tsunamique !!!

  25. Laure Brard dit :

    Les discours de Donald Trump que vous ne verrez pas dans le petit…
    YOUTUBE.COM

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s