Eugène Whelan et les visiteurs d’Amherstburg

eugene-whelan

Cette année-là (1988), nous avions prévu d’achever notre périple canadien dans le Sud-Ouest de l’Ontario, plus précisément à Amherstburg une petite ville située sur l’embouchure de la rivière Détroit et proche de la frontière américaine.

C’est que nous étions invité par une étudiante rencontrée quelques semaines plus tôt à Nice dans le contexte d’une des multiples campagnes électorales auxquelles il nous a été donné de participer (il me semble que c’étaient des législatives…).

A peine arrivés dans la confortable maison familiale, le maître de maison, un grand gaillard plutôt débonnaire se mit à poser de très nombreuses questions sur la vie politique française. Cathy, l’étudiante, nous avait prévenus : son père avait fait beaucoup de politique et était un passionné.

Après un plantureux repas (nous sommes dans une région agricole) et quelques dizaines de questions, on nous proposa la chambre d’amis tout en précisant que cette pièce avait vu défiler de nombreux visiteurs étrangers. La chambre décorée en style ruralo-rococo était très spacieuse. Sur les murs de nombreux portraits en noir et blanc. Dans cette galerie d’inconnus certains visages nous semblent plus familiers. Sans plus.

Mais depuis Montréal la route avait été longue (plus de 900 kilomètres) et nous nous endormîmes sans approfondir les quelques mystères qui avaient plané sur cette singulière soirée.

Ceux-ci furent percés le lendemain dès le breakfast quand le père de Cathy m’offrit sa propre biographie dédicacée. Notre hôte n’était autre qu’Eugène Whelan, le ministre fédéral de l’agriculture de Pierre-Eliott Trudeau de 1972 à 1984. Un ministre haut en couleur qui était devenu une légende au Canada avec son franc parlé et son fameux Stetson vert qu’il portait en toute occasion.

Quant aux portraits de la chambre, nous eûmes des précisions au moins pour deux d’entre eux : le premier était celui d’un certain Mikaïl Gorbatchev alors jeune ministre de l’agriculture de l’URSS, le second celui de Karol Wojtila qui n’était pas encore Jean-Paul II mais archevêque de Cracovie. Les deux avaient été invités à Amherstburg et avaient eu les honneurs de la chambre des invités étrangers.

Autant dire que, les trois nuits suivantes, le sommeil fut difficile à trouver. Et nous ne savions pas encore que les politiques conjuguées des deux illustres visiteurs aboutiraient un an et deux mois plus tard… à la chute du mur de Berlin.

dedicace-whelan

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article a été publié dans politique internationale, voyages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Eugène Whelan et les visiteurs d’Amherstburg

  1. alaind dit :

    Seigneur…!!!

  2. Claudio dit :

    Ça c’est de l’anecdote ! Et bien amenée.
    Merci.

  3. bernard gaignier dit :

    Comment ça: Gorbatchev et Wotjila ont couché ensemble???, Heureusement qu’ils ont pas fait d’enfant.

  4. Emmanuel dit :

    Il ne vous a certainement pas raconté l’anecdote entre Mme Trudeau et le rusé Mick Jagger !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s