Ich bin ein Berliner !

Ce n’est pas parce que chaque jour les islamistes reculent sur le terrain que la guerre est finie. L’attentat de Berlin par son ampleur et sa symbolique est là pour nous rappeler que le ventre de la bête immonde est encore fécond.

Ce matin nous sommes tous derrière Berlin et l’Allemagne : ich bin ein Berliner ! Au delà, une mobilisation sans faiblesse et une solidarité sans faille doivent nous animer jusqu’à l’éradication de l’islamisme politique.

Cela veut dire que ceux qui en France n’ont pas voté cette semaine la prolongation de l’état d’urgence n’ont rien compris. Cela veut dire aussi que surveiller les phénomènes migratoires n’est pas une volonté de confondre migrants et terrorisme mais d’éviter des infiltrations comme hélas cela semble être le cas en Allemagne.

Autre remarque à chaud, forcément à chaud : toutes les réactions qui parviennent d’Allemagne me semblent empreintes d’une grande dignité et d’un véritable esprit de responsabilité face à l’ennemi. Rien à voir avec ce qui s’est passé à Nice où après la tragédie une partie de la classe politique avait réussi à ajouter sous le regard narquois des bourreaux l’indignité à l’ignominie. Et le conseil municipal d’hier a démontré que les mêmes sont loin de la repentance.

 

 

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Ich bin ein Berliner !

  1. ricciarelli dit :

    Il y en a MARRE. ASSEZ

  2. Delphine dit :

    En ces circonstances, quelques mots d’un poète allemand, Hölderlin : « Wo aber Gefahr ist, wächst das Rettende auch » (« Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve »),

  3. Cosmos dit :

    Pensées aux victimes et à leur famille. Tous les français revoient les images effroyables de juillet dernier… 😦
    Il faudra que l’enquête éclaircisse certains points. Pour l’heure, il est difficile de tirer quelque conclusion que ce soit. Je réprouve en tous les cas ce terme de « guerre » qui ne me semble pas idoine.
    Je vous rejoins sur votre dernier paragraphe, M. Mottard. Le premier adjoint de Nice, qui se présentait en décembre 2015 comme un « résistant », a fait montre d’une ignominie honteuse lors des attentats qui ont frappé sa ville.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s