Bernard G – Marcel Proust même combat !

Depuis de nombreuses années, un certain Bernard G, fort connu dans les milieux théâtraux niçois, s’acharne à polluer le magnifique objet littéraire qu’est ce blog avec des jeux de mots qui oscillent entre le vaseux et le lamentable.

Pire encore malgré le taux abyssal de « lamentabilité » des saillies de l’individu, de Manu D à Valerie M, nombreux sont les lecteurs du blog à vouloir rivaliser avec le « maître ». Devant le risque d’une contamination générale, j’allais intervenir pour mettre fin à ces pratiques quand une lecture ciblée de l’oeuvre du grand Marcel Proust m’a fait comprendre que le calembour et le jeu de mots pouvaient avoir leurs lettres de noblesse.

En effet si « À la recherche du temps perdu » est assez éloignée de l’oeuvre de San Antonio, le jeu de mots y est présent et, à notre grande surprise, pas forcément de meilleure qualité que la production de Bernard. Qu’on en juge…

« À l’ombre des jeunes filles en fleurs » : le docteur Cottard à propos d’une ordonnance… Plus tard, quand nous aurons jugulé les crises et l’agrypnie, je veux bien que vous preniez quelques potages, puis des purées, mais toujours au lait, au lait. Cela vous plaira, puisque l’Espagne est à la mode, ollé! ollé! 

« Du côté de chez Swann »: Forcheville se déchaîne… – Je vais jouer la phrase de la sonate pour M. Swann, dit le pianiste. – Ah! bigre! ce n’est pas au moins le serpent à Sonates ? demanda M. de Forcheville pour faire de l’effet.

« Sodome et Gomorrhe » : un personnage s’égare… Savez-vous quel est le comble de la distraction ? c’est de prendre l’édit de Nantes pour une anglaise.
Encore « Sodome et Gomorrhe » : Saniette en réplique à Madame Verdurin à propos d’un peintre… Si, c’est du XVIIIe fébrile. C’est un Watteau à vapeur, et il se mit à rire.

Pour la troisième fois, « Sodome et Gomorrhe » : la fille de la fameuse Françoise insiste pour contribuer à l’oeuvre commune des personnages de Marcel P… Voyant que j’attendais une visite, elle fit semblant de croire que je m’appelais Charles . Je lui répondis naïvement que non, ce qui lui permit de placer : ah! je croyais! Et je me disais Charles attend (charlatan).

Devant un parrainage aussi prestigieux, je ne peux que modérer mon courroux envers Bernard G. Mais un jour je l’aurai… je l’aurai !

 

 

 

 

    

 

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans littérature-théâtre, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Bernard G – Marcel Proust même combat !

  1. Ce n’est pas le Marcel PROUST que je préfère quant à Bernard G, je ferai l’effort de supporter ses minables plaisanteries le jour où il aura commencé à écrire sa RECHERCHE.

  2. bernard gaignier dit :

    Victor Hugo a dit que le calembour était un pet de l’esprit…..Il était normal que ce bon Marcel dont le nom à un S prêt est synonyme de flatulence le pratique.
    Cela dit merci Patrick de cet hommage…
    Mon cher Henri……pourquoi être si désagréable envers mes traits d’humour….et qui te dit que je n’ai pas commencé à écrire ma recherche…..Mais peut être n’est ce pas destiné à tout le monde….

  3. Lara Regina dit :

    Ah….Oui…..

  4. Valérie Mialy dit :

    Enfin Bernard G. réhabilité ! Et non, chez lui, l’hébétude n’est pas une seconde nature.

  5. Alix Rizzoli dit :

    Lady de Nantes m a fait sourire!!!

  6. Bernard Gaignier dit :

    A bas l’écheveau vive les Curie

  7. Antoine Vissuzaine dit :

    Ne dédaignons ni les calembours bons ni les jeux de mots laids et je soutiens sans faille les mots d’esprit de notre ami.

  8. Gérard Corboli dit :

    Certes le Bernard G ne connait pas la Madeleine… maus n’oublions pas que sa spécialité est les contrepétries que certains ne comprennent pas et confondent avec des camemberts et des oeufs mollets

  9. Antoine Vissuzaine dit :

    L’art de décaler les sons est un jeu pourtant aisé

  10. Dominique Dufour dit :

    Puisque tu évoques Watteau… »Proust, mi – revenant lui-même, s’est perdu avec une extraordinaire ténacité, dans l’infinie, la diluante futilité des rites et démarches qui s’entortillent autour des gens du monde, gens du vide, fantômes de désirs, partouzards indécis attendant leur Watteau toujours, chercheurs sans entrain d’improbables Cythères ».

  11. Sylvie Parodi dit :

    Mon père adorait placer des calembours dans la conversation mais c’est parce qu’il était très cultivé. Les gens instruits peuvent se permettre de jouer avec les mots. C’est franchement l’idéal… être cultivé et avoir de l’humour, c’est l’idéal sur terre, et c’est ce qui nous manque le plus de nos jours… nos humoristes sont souvent incultes et nos intellectuels tristes et angoissés !

  12. Marie Neige Martin dit :

    tout à fait!

  13. ricciarelli dit :

    « Mais un jour je l’aurai… je l’aurai ! » phrase à présent « CULTISSIME » comme « T’as de beaux yeux tu sais » comme ………..Non !!!

  14. Il se trouve que je connais aussi un certain Bernard G (un homonyme sans doute). Mais lui ne calembour pas, il cale en ville sur son engin à 3 roues depuis sa colline niçoise pour aller faire des courses dans le Vieux Nice.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s