La messe est (presque) dite

valls-hamon

Le débat des primaires devait trancher enfin entre deux lignes politiques difficilement compatibles : celle de la gauche réaliste qui veut gouverner et celle de la gauche protestataire qui veut s’opposer. Il l’a fait.

C’est manifestement la seconde qui a gagné. Bien sûr Manuel Valls reste en lice et peut encore nourrir quelques (faibles) espoirs mais la réalité arithmétique et politique est du côté de Benoît Hamon.

Cette soirée de janvier 2017 risque donc d’être pour le Parti Socialiste une sorte de Bad Godesberg à l’envers et est, à court terme, une très bonne nouvelle pour Emmanuel Macron bien placé pour être seul en liste à partir de dimanche prochain pour incarner la gauche de gouvernement.

Nous nous dirigeons donc vers un duel entre un ultra-libéral de droite et un libéral de gauche arbitré par l’extrême droite… Qu’en pensent la gauche de la gauche, les frondeurs et autres protestataires ?

france 3, 23/01/2017

France 3, 23/01/2017

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans politique nationale, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

17 commentaires pour La messe est (presque) dite

  1. Emmanuel dit :

    Quel résultat ? Le retour de la droite au pouvoir, voire pire ! Bravo !

  2. Dominique Dufour dit :

    C’est le glissement général des électorats vers la Droite. Chaque nouvelle crise comme celle de 2008 renforce le poids des Droites. Étonnant.

  3. Bernard gaignier dit :

    Le PS avec ce choix hâte sa disparition et ceux qui sont sur une ligne clairement social démocrate comme moi se retrouveront derrière Macron.

    • Laurent Weppe dit :

      Les menaces en l’air d’un vieux bourgeois qui hurle sa rage impuissante depuis les poubelles de l’histoire m’emplissent d’aise. Surtout ne t’arrête pas.

    • Emmanuel dit :

      Oh la doucement, un petit peu de respect jeune homme !

    • Laurent Weppe dit :

      @Emmanuel

      Comme le disait Churchill, quand on a quelque chose à faire comprendre, il ne sert à rien d’être subtil ou futé: il faut y aller au marteau pilon.

      Et comme l’a énoncé l’excellentissime Fred Clarke, la civilité est consubstantielle de la bonne foi des participants à une discussion.

      Si Bernard veut que je redeviennes un jour un tant soit peu poli à son égard, qu’il commence donc par ôter toi de sa petite tête l’illusion d’être assez habile ou intelligent pour me masquer sa mauvaise foi.

      Et qu’il arrête aussi de se comporter comme un collégien hormonalement déréglé qui pique sa crise d’adolescence en s’écriant « Si c’est pas Mewa qui gagne je crève le ballon, je pisse dans vos sacs de sports et j’irai rejoindre la bande du fils du banquier qui m’a traité de crevard, ça vous apprendra!« : cette attitude est déjà embarrassante quand elle est le fait d’un garçon de treize ans, alors à son âge…

  4. Daniel Moatti dit :

    Le Parti socialiste dans notre pays ainsi que les partis, démocrate aux USA, social-démocrate en Allemagne, travailliste en Angleterre, ont oublié le peuple depuis si longtemps. Les souhaits de ce dernier, ses demandes aussi humbles soient-elles, ses craintes face à la mondialisation sont ouvertement méprisés. L’insécurité sociale, l’insécurité ethnique, la violence religieuse ont été niées. Comment s’étonner lorsque le peuple regarde ailleurs durant les primaires de la gauche ?
    Parce que le Droite gouvernementale a rassemblé 4.000.000 d’électeurs lorsque la gauche de gouvernement peine à en réunir 1.300.000. Pour faire bonne mesure n’oublions pas les gros bataillons du F.N. qui par son discours de défense des fonctionnaires et de la laïcité récupère une bonne partie des déçus de la Gauche.
    Quel renversement inimaginable dans les années 70/80 !
    Quant au programme d’Emmanuel Macron, il pose problème :
    – rien sur la laïcité ;
    – rien sur l’encadrement de la finance ;
    – rien sur l’immigration ;
    – rien sur les rapports de force en Europe.
    Beaucoup de mots sans signification car Emmanuel Macron parle de « Révolution » et l’on ne sait même pas s’il est réformiste. Encore faut-il s’entendre sur le mot « réformiste » utilisé depuis 25 ans pour mener durement des politiques de régression sociale à la demande d’une classe (caste) politique européenne sans scrupule. Il suffit de songer au parcours de l’ancien Président de la Commission Européenne, Monsieur Barroso pantouflant tranquillement chez Goldman-Sachs. Ce fait inouï dévoilant des liens coupables et des conflits d’intérêts est approuvé et couvert par un soit-disant Comité d’éthique européen et le silence honteux de nos gouvernants.
    Electeurs de droite ou électeurs de gauche, comment ne pas être désespéré par les impasses auxquelles aboutissent les actions gouvernementales menées depuis 30 ans.

  5. Daniel Brun dit :

    Je partage tout fait ton analyse, Résumé dans ton titre ! Félicitations pour ce moment de convivialité radicale avec la galette républicaine…. Au plaisir de se revoir bientôt, à priori Mardi 24 Fac de Droit .

  6. Valerie Mialy dit :

    Tout à fait ok sauf pour Macron : le présenter comme étant de gauche ne me parle pas… D’ailleurs on dirait que lui-même n’y tient pas. Quant à sa vision programmatique, elle laisse sur sa faim. Et quand je lis ce qu’il envisage en matière de laïcité, de sécurité et de terrorisme, (comme « il faut responsabiliser la société »), il est clair que les portes seront grandes ouvertes au communautarisme. De plus, constater que la presse dans sa presque unanimité lui consacre une sur une, fait de Macron une bulle médiatique que, personnellement, je ne souhaite pas voir exploser trop tard.

    • Cosmos dit :

      Ça ne vous gêne pas de parler de « gauche de gouvernement » pour désigner M. Macron ? Les députés PS pro-Valls (comme M. Castaner) le rejoignent, tout comme des élus LR marginalisés. Quelle gauche !!!!
      C’est un libéral qui renie les valeurs de gauche, qui n’a aucune vision, qui axe tout sur la seule communication (âge, sourire, unes de magazine avec sa compagne… Comment pouvez-vous vous laisser duper par cet homme qui n’est neuf que par son âge alors que les quelques idées qu’il avance sont éculées ? Ce sont les vieilles recettes libérales : libéralisation à outrance, casse du système de protection français pour servir les industriels qui financent et le soutiennent sa candidature.
      Quant à l’imaginer au second tour… De grâce, les électeurs sont-ils si amnésiques ? Il a été conseille économique auprès de Hollande durant la campagne, puis secrétaire de l’Elysée, enfin Ministre de l’Economie avec les réformes que l’on sait. L’échec du quinquennat lui est tout à fait imputable.
      Que les citoyens se réveillent et se révoltent !

    • Cosmos dit :

      Pardon, je me suis trompé. Ce n’était pas à vous que je souhaitais répondre.

  7. ricciarelli dit :

    Un résultat qui me semble logique.Pour la primaire de la droite, des électeurs dit de Gauche se sont déplacés. Ces même électeurs pouvaient difficilement, en conscience, venir à la primaire de la Gauche car ils avaient signé une charte disant se reconnaitre dans les valeurs de la Droite, même si rien n’était impossible et j’aurais pu en être.Donc ne sont venus, essentiellement, que des électeurs de la gauche du PS et donc des pro-Hamon ou pro-DE Montebourg (une caricature des valeurs de gauche, même si c’est peut-être un peu excessif). De ce fait VALLS que j’aurai pu voter, s’est trouvé piégé, par MACRON diront certains, par lui-même je pense, car s’il avait su aller au bout de ces dires, il aurait du quitter le PS et créer autre chose depuis un certain temps.Mais là il a du prendre une posture qui était en fait une imposture (même si le terme est un peu fort) et qui est devenue pour lui une défaite, pour l’instant peut-être seulement. Comment peut-on encore faire croire aux électeurs que le temps des élections les diverses gauches peuvent se retrouver pour mieux se déchirer après. Une certaine Ségolène ROYAL avait amorcé par sa candidature à la présidentielle au début seulement avant que les dits Eléphants ne barissent pour préserver leurs acquis avant de penser à l’intérêt de la nation comme ils disent, cette idée d’être un peu hors partis. Donc, j’espère là au final pour cette présidentielle une proposition électorale ; HAMON avec à sa gauche MELANCHON, FILLON avec à sa droite LE PEN et MACRON incarnant le renouveau politique tant souhaité mais jamais encore appliqué et c’est bien dommage. Que le programme de MACRON ne soit pas encore finalisé me paraît tout à fait logique en ce sens qu’il incarne quelque chose de nouveau qu’il faut donc créer au contraire des autres candidats représentants de «vieux» partis avec un programme récurrent auquel on ajoute un zeste de nouveauté dans l’air du temps de la période électorale concernée.La candidature MACRON pour qu’elle aille au bout, peut recevoir des soutiens d’un tel ou tel autre mais surtout pas d’un tel ou tel autre présentés comme membres d’un parti politique.

  8. Jean-Pierre Cottalorda dit :

    Personne n’a encore compris qu’à gauche on a déjà voté Chirac et Estrosi, là on va encore voté Fillon, mais à présent on a l’habitude, ca fera un peu moins mal et on s’est habitué à voter à droite avec la main gauche. Mais quelle tristesse.

    • Cosmos dit :

      Pourquoi dites-vous « on » ? Quand on est de gauche, on ne peut raisonnablement voter pour M. Estrosi. Tous ceux qui l’ont fait sur ce blog sont ceux qui un an après critiquent (à juste titre) la politique qu’il mène et le comportement honteux qui a été le sien durant les attentats de juillet dernier. Comme s’ils ne connaissaient pas M. Estrosi avant d’avoir glissé son nom dans l’urne…
      Il faut être fidèle aux idées que l’on croit les meilleures. Jamais je ne voterai pour la droite (PS et UMP). Quel que soit l’adversaire en face. On souffre de cette démocratie des petits arrangements.

  9. Dominique Dufour dit :

    On a en effet l’impression que la Gauche Socialiste a pour fonction d’être la réserve de voix de la Droite. N’ayant voté ni Chirac, ni Estrosi, je ne voterai pas Fillon. Je pense qu’il est préférable de se désister au premier tour pour Macron qu’au second pour Fillon. Après, c’est à l’appareil du PS de décider ce qui est le meilleur pour sa survie : un quinquennat Fillon ou un quinquennat Macron? Peut-être un quinquennat Fillon d’ailleurs. Il s’annonce tellement désastreux. Le probleme sera le suivant : dans l’éventualité d’un retour aux affaires du PS en 2022, quelle sera sa marge de manœuvre?

  10. alaind dit :

    J’ai entendu MV faire +- éloge du développement de l’auto-entreprenariat… il concrétise pour moi un substitut maladroit à une mauvaise droite. Qu’il mette les pieds sur terre et aborde la réalité du terrain, la couverture sociale de ce statut relevant du 19eme siécle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s