Sofia comme papa ?

IMG_1594

La spécificité de leurs études ciblées sur l’International, la culture et le tourisme fait que mes étudiants de LEA et d’InfoCom sont souvent engagés le temps du FIF pour recevoir et encadrer les festivaliers. C’est ainsi que cette année j’en ai déjà rencontré plus d’une douzaine tous plus magnifiques les un(e)s que les autres : costume sobre et classe pour les garçons, tenue style « Courrèges » bleu ciel du meilleur effet pour les filles. Une mention spéciale pour Solenn qui le soir doit en plus continuer à gratter son mémoire de M1 qu’elle présentera en juin devant un terrible jury (je serai de la fête !)

Côté cinéma, c’était le grand jour avec le dernier film de Sofia Coppola, la fille de Francis Ford, double palme d’or à Cannes. Il est vrai que j’ai toujours suivi la carrière de Sofia avec beaucoup d’intérêt car, en 1999, j’avais eu le privilège d’assister à la première de son premier (et remarquable) film Virgin suicides dans le cadre presque intime du Palais Croisette . J’étais au troisième rang derrière papa et à deux places de Faye Denaway, amie de la famille. Autre film de la journée, le Rodin de Doillon.

Les proies (The beguiled),  Sofia Coppola (USA)

Pendant la guerre de Sécession, en Virginie sudiste, les pensionnaires d’un internat de jeunes filles recueillent un soldat blessé du camp adverse. Alors qu’elles lui offrent refuge et pansent ses plaies, l’atmosphère se charge de tensions sexuelles et de dangereuses rivalités éclatent. Jusqu’à ce que des événements inattendus ne fassent voler en éclats interdits et tabous.

Sofia Coppola est une habituée du chaud et froid (Cf. justement Virgin suicides) ou plutôt du très chaud sous le tiède. Au début le film évolue dans une atmosphère type Les quatre filles du Docteur March, à la fin on n’est pas très loin de Massacre à la tronçonneuse (j’exagère ! … pas tant que ça finalement!). Entre le soldat peu recommandable et les oies blanches un brin perverses, on ne sait plus vraiment où se trouve la morale. Si le film est souvent drôle (je vous recommande la scène de la tarte aux pommes et celle des champignons), sa philosophie est profondément pessimiste. Avec à l’arrivée un film léger quant à sa forme mais profond quant à son propos.

Alors pourquoi pas Sofia après papa Francis Ford au palmarès de Cannes ?

Rodin, Jacques Doillon ( France)

En 1880, Rodin a 40 ans et partage sa vie entre Rose sa compagne de toujours et Camille Claudel son élève et sa maîtresse.

Le challenge était difficile à relever pour Doillon car le magnifique  Camille Claudel multi-césarisé avec Depardieu et Adjani a marqué l’histoire du cinéma français. A l’arrivée, si l’on ne peut pas parler d’un échec complet, on ne peut que constater que la comparaison est cruelle pour le film de Doillon. Si Vincent Lindon campe un Rodin massif, sensuel et inspiré, sa partenaire féminine (Izia Higelin) est assez pâle. Quant au film lui-même, il démarre très lentement un peu comme un téléfilm poussif avant de trouver enfin son rythme dans la deuxième partie avec une vraie réflexion sur les mystères de la création. En fait la question qu’on peut se poser est la suivante : était-il pertinent de faire un nouveau film sur ce sujet ?

IMG_1597

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans cinéma, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Sofia comme papa ?

  1. Jean Montoya dit :

    J’ai été très choqué le mercredi 17 mai en assistant à l’inauguration du 70e Festival de Cannes, diffusée à la télévision.
    Le Président du Jury, Pedro Almodóvar, espagnol, européen, a prononcé son discours entièrement en anglais.
    S’il ne sait pas parler français, ce qui est compréhensible, la moindre des choses, dans un festival se déroulant en France, serait qu’il s’exprime dans sa propre langue.
    L’anglais n’est ni la seule langue étrangère, ni le français par substitution. Son usage est réglementé par la Délégation générale à la Langue française
    L’espagnol, comme le français, sont des langues européennes. Il n’y a aucune raison pour que l’anglais soit utilisé à cette occasion par un espagnol, qui par ailleurs le parle aussi mal qu’il parlerait français s’il devait lire son discours.
    De plus, depuis le Brexit, l’anglais devrait être banni des scènes européennes.
    Merci de transmettre à l’intéressé, afin qu’il ne récidive pas lors de sa prochaine intervention…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s