René Mottard

René Mottard - 1

Il y a 20 ans jour pour jour mon père René nous quittait. Je vous propose à nouveau le billet que j’avais publié sur ce blog le 21 juillet 2009 qui relate le jour le plus dramatique de sa vie.

L’ARRESTATION DE RENÉ

Mardi 7 septembre 1943. Chalon-sur-Saône.

Il est 13 h 45. Comme tous les jours avant la reprise du travail, René, jeune homme de 19 ans, a rejoint ses copains Robert, René Meunier et le jeune Georges sur un banc du square en face du Palais de Justice. Ces petits rendez-vous sont l’occasion de discuter, de chahuter, de rire de tout, d’oublier un temps les soucis quotidiens.

Pourtant, en cette belle journée de fin d’été, l’ambiance est lourde. René vient d’annoncer sa décision d’entrer dans la Résistance en sollicitant un de ses supérieurs hiérarchiques aux Assurances Sociales où il travaille, probable responsable d’un réseau. Deux raisons l’ont amené à cette grave décision. Tout d’abord, une convocation impérative pour le STO reçue quelques jours auparavant. Pas vraiment politisé mais patriote, il n’est pas question pour René de « travailler pour les Boches ». Et puis, il y a surtout cette altercation le samedi précédent avec des collabos sur le boulevard de la République tout près d’ici. Un peu par hasard, il était tombé – avec notamment Meunier justement – sur un groupe de jeunes militants francistes et R.N.P. qui collaient des affiches à la gloire du IIIe Reich et de la LVF. La querelle verbale avait dégénéré en affrontement physique. René et ses amis avaient eu rapidement le dessus, mais on leur avait lancé : « Ça vous coûtera cher ! ». Et en ces temps-là, on connaissait les conséquences d’une telle menace…

Effectivement, au moment même où les amis vont se séparer, René aperçoit en face, à une centaine de mètres, à l’angle de la rue de l’Obélisque et de celle de la Banque, deux feldgendarmes qui se tiennent devant la pharmacie Henon bien connue des Chalonnais. Comme les deux Allemands sont accompagnés par une des protagonistes de l’altercation du samedi, son sang se fige, il comprend en un instant. A peine le temps de murmurer à l’intention de ses amis : « C’est pour moi », que déjà les feldgendarmes les entourent en les mettant en joue avec leurs armes. Après une fouille rapide, on les frappe à grands coups de pied dans le ventre. René, sur qui l’on a trouvé un couteau à cran d’arrêt a droit à un régime spécial.

Puis, le groupe est conduit au QG de l’Hôtel du Chevreuil, rue du Port Villiers, siège de la police allemande. Robert, le jeune Georges et, plus curieusement, Meunier, pourtant présent le samedi précédent, sont relâchés. René par contre est battu à coups de botte, à moitié assommé par un cendrier en bronze. La figure en sang, le nez cassé, ne voyant plus que d’un œil, il entend comme dans un mauvais rêve un Allemand parlant français le traiter de communiste, de juif, de franc-maçon… le tout devant les visages ricanants des collabos présents lors de la rixe du boulevard de la République.

C’est à moitié inconscient qu’il est conduit en prison. Ironie cruelle, le domicile familial est situé 22 rue d’Autun juste en face du sinistre bâtiment. Du fond de sa cellule, René peut apercevoir, entre les barreaux, les fenêtres de son enfance.

Quelques jours plus tard, ce sera la prison de Dijon puis l’Allemagne en wagon plombé où il sera déporté jusqu’au 29 avril 1945, le jour de son évasion.

Un an après son retour, il sera victime d’une attaque de poliomyélite reconnue comme étant due à son état général. Il restera paraplégique toute sa vie.

Mercredi 15 juillet 2009. Chalon-sur-Saône.

Le Palais de Justice, le jardin public, le banc, la prison… Rien n’a changé sauf le nom de la pharmacie et cette pizzeria ouverte au rez-de-chaussée du 22 rue d’Autun.

Et moi de penser avec tendresse à ce gamin de 19 ans qui deviendra, malgré l’adversité et la maladie, un père attentif et fort, aimant la vie sans haine et sans regret. Mon père. René Mottard.

 

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

32 commentaires pour René Mottard

  1. Robert Arnaut dit :

    très bouleverser par cette histoire de la vie de ton père que je ne connaissait pas avec toute ma sympathie ,respects pour lui ,amitiés .le presidend de l’usonac football Nice.

  2. ayoubasow dit :

    Un article très touchant sur un homme qui s’est battu pour ses convictions et la cause de sa patrie.

  3. Sylvette Maurin dit :

    Respect et dignité ! Magnifique, Patrick !

  4. Sophie Mancel dit :

    C’est émouvant Patrick, et je comprend toute l’admiration et l’amour que tu as pu ressentir pour un tel père.

  5. Harbaoui Hamadi dit :

    Paix à son âme à ce brave monsieur.

  6. Gertina Van der Merwe dit :

    My French not good enough to understand everything but I think you can be proud to have him as your dad!

  7. Sam Issa Nissa dit :

    Un grand homme ce René comme son fils

  8. Gérard Corboli dit :

    Je me souviens tres bien de René. Cet homme a eu un parcours similaire à mon père, Et puis on a eu des contacts particuliers qui nous ont rapproché. René, Edith à jamais.

  9. Simone Beauchamp dit :

    Triste période ! Et une lancinante question : de quel côté de la barrière aurais-je été ?

  10. Bernard Gaignier dit :

    J’ai eu l’honneur et le plaisir de le connaître. Je garde en souvenir son sourire malicieux et tendre. Êt j’ai eu l’immense plaisir de l’évoquer et de le faire réapparaître sur sa terrasse de l’immeuble de L’Arc en Ciel en interprétant un de tes plus beaux textes. Le premier parmi tous ceux que tu m’as donnés.

  11. Daniel Baki dit :

    Respect

  12. Philippe Ferrari dit :

    Toujours présent dans notre cœur

  13. Daniel Moatti dit :

    Cher Patrick,
    La vie court entre les joies et les tristesses. L’étonnement reste toujours présent devant toutes les bassesses et, aussi, le courage des hommes. Ton message est émouvant, face à la disparition et aux souvenirs nous avons tous envie de faire de même et de rappeler nos disparus à la vie. En ce sens ton message est une réussite car, à travers ce court texte, si émouvant, ton père reprend vie devant nous. C’est le miracle de l’écriture.
    Amitié
    Daniel

  14. Isabelle Beau dit :

    Bel hommage et beaucoup d amour dans ce récit. …

  15. Claude Briet dit :

    Déjà 20 ans que de souvenirs avec mes parents et toutes nos amitiés à Edith .
    Jacqueline et Claudette

  16. Acracie Soria dit :

    Respect. Tu ressembles beaucoup à ton cher papa.

  17. Emmanuel dit :

    Un homme courageux et marqué à jamais par la guerre ! J’aurai bien aimé vous connaitre René Mottard, reposez en paix. Je vais bientot vous rendre une petite visite ! Pensées émues pour Edith et toi Patrick.

  18. Alex Rizzoli dit :

    la chair de poule !je me sens toute petite .

  19. Hakima Karar dit :

    Paix à son âme.

  20. Valy Reybaud dit :

    Un grand respect pour votre père.

  21. Pierre Fiori dit :

    Merci pour ce partage. Je t’embrasse.

  22. Roger Aïm dit :

    Très émus depuis que nous avons pris connaissance de sa vie et de votre vie. Très amicalement.

  23. Marie Breteau dit :

    En ce temps là il y avait encore des héros

  24. René Poesy dit :

    Il t’avais raconté tout cela ou bien as tu du faire des recherches et des recoupements ? Les protagonistes de toutes ces histoires qui ont fait l’histoire sont souvent très silencieuses que ces événements…

  25. Patrick Mottard dit :

    A la fin de sa vie je l’ai décidé, presque » forcé », à écrire un petit livre sur les événements. Pour l’épisode en question j’ai tout refait en temps réel en 2009.

  26. Antoine Olivier Gélinet dit :

    Les résistants ont sauvé l’honneur de la France en cette seconde guerre mondiale. N’oublions pas nos héros, ils sont précieux et même partis, ils brillent sur le drapeau tricolore. Votre père est en paix. Profond respect

  27. Danielle Colder-Dechambre dit :

    C’est avec beaucoup d’émotion que je revois le visage de ton papa. Je me souviens très bien de lui,
    de sa gentillesse et de sa douceur malgré les épreuves endurées.

  28. Andrée Corboli dit :

    Je me souviens de ton père il est parti comme le mien il y a 20ans

  29. Lisa de Nice dit :

    Bel hommage à René Mottard Par son fils Patrick,merci de partager cette émouvante histoire.

  30. Valerie Garcia dit :

    Une pensée pour ton papa qui doit être bien fier comme toi tu l’es de lui !

  31. Robyn Monro dit :

    An honour to have met your father. A lovely man.

  32. Françoise Dos Santos dit :

    bel hommage à ton Papa ! bises Patrick

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s