Que vive la Catalogne espagnole !

Amoureux de la cité des prodiges, visiteur comblé et régulier de la province, admiratif de son histoire et… supporter du Barça (encore 3-0 ce dimanche !), je suis bien sûr très attentif à la séquence politique qui se joue en Catalogne. Intérêt avivé par l’ information selon laquelle les députés nationalistes corses auraient envoyé des observateurs sur place.

En fait, mon opinion est tranchée : je souhaite que la Catalogne reste espagnole comme je souhaite que la Corse reste française (le Quebec canadien, les Flandres belges… une exception après le Brexit pour l’Ecosse dont les motivations sont devenues européennes).

En effet, depuis l’abominable guerre civile yougoslave et ses opérations de nettoyage ethnique, je rejette viscéralement le nationalisme et l’égoïsme économique qui, sous prétexte du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, provoquent la montée en puissance d’ethno-nations qui débouchent immanquablement sur des états identitaires.

Je reste partisan d’une nation à contrat social définissant un projet commun sans tenir compte des différences. « Nous ne sommes pas pareil mais nous sommes la France », disaient les manifestants de Charlie. Je ne veux pas de ces nations où l’on se rassemble parce qu’on se ressemble.

Cela dit, je ne suis pas persuadé que le gouvernement espagnol utilise la meilleure méthode pour défendre une cause pourtant juste.

En démocratie, on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif. Au-delà d’un certain dégrè de contestation je pense qu’il faut mettre les populations au pied du mur en les consultant. A partir de là, on s’aperçoit que le résultat peut réserver des surprises : les Québécois ont dit deux fois « non » à l’indépendance, les écossais une fois… Et si le « oui » l’emporte, il faut laisser les responsables indépendantistes assumer façon Brexit.

Une attitude de trop grande fermeté (et gageons que les indépendantistes catalans sauront utiliser les images de violence policière de ce jour) risque au contraire de radicaliser les esprits pour le plus grand profit des nationalistes.

Européen fédéraliste (saluons au passage le remarquable discours du président Macron) et mondialiste humaniste, je considère chaque victoire de l’ethno-nation comme un recul de civilisation. Même si la tendance est lourde en ce début de XXIe siècle. Raison de plus pour résister (avec plus de subtilité que le gouvernement espagnol !) même si pour cela il faut affronter l’hostilité de ceux qui prennent l’air du temps pour le vent de l’histoire.

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article, publié dans politique internationale, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Que vive la Catalogne espagnole !

  1. Paul Mazé dit :

    Entièrement d’accord avec tout , je partage tout de bout en bout pour avoir posséder une résidence en Catalogne pendant 28 ans. Pour savoir que tout reposer sur un non partagé des richesses et donc une histoire de fric

  2. Patrice Le Borgnic dit :

    Je partage totalement ce point de vue.

  3. Emmanuel dit :

    Le nationalisme, c’est la guerre !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s