Les 10 composantes du New York spirit (2e partie)

New York - 1 (8)

Avec mon coéquipier Jean-Raymond

6. Les pompiers omniprésents 

Rugissants, rutilants, clignotants les camions de pompiers sillonnent downtown en tous sens comme des insectes fous. Les sirènes stridentes semblent annoncer un bombardement proche. Avec leur carrosserie rouge vif et leurs chromes étincelants, on dirait de gros jouets. En les voyant partout je me suis longtemps demandé à quoi ils servaient vraiment. Un peu moins depuis le 11 septembre.

7. Les petits food-trucks

Sur tous les trottoirs des rues et des avenues de petits food-trucks proposent bretzels (moyens…), bagels et autres hot dogs (d’enfer surtout à la mode de Chicago). Très souvent aussi des plats exotiques. Il est vrai que les tenanciers de ces éphémères établissements sont, à la différence de leurs clients, rarement des WASP.

8. Les écureuils malicieux

Ils sont partout notamment à Central Park. Gris la plupart du temps, bruns parfois, noirs plus rarement, la queue dressée et les pattes de devant crispées sur un gland, ils ont la Caisse d’Épargne attitude. Ils ne sont pas craintifs mais gardent toujours avec vous une marge d’intimité de trois à quatre mètres ce qui leur laisse un statut d’animal sauvage prompt à fasciner les enfants. Même très grands.

9. Les joggeurs urbains

De l’aube au crépuscule et même parfois de nuit, ils sont partout les coureurs à pieds. Ils ont ringardisé à NYC les rollers et les skates. Lors de mes premiers séjours, ce sont eux qui m’ont donné le goût et l’audace des raids urbains. Pour toujours. Au retour de ce nouveau voyage, j’ai déjà sept raids urbains à travers Manhattan à mon actif. Cette année, au programme, un 10 km à travers Central Park et l’Upper East Side (Hello Ultra Violet !) et un 16 km mémorable Times Square – Ground zéro – Union Square – 5e avenue – Times square. Sans oublier pour le fun un tour du Réservoir avec mon pote Jean Raymond (Hello Dustin !).

10. La géométrie géographique

A l’exception de Broadway qui est une diagonale, Manhattan est un entrecroisement d’avenues et de rues parallèles et perpendiculaires. Impossible de se perdre même pour quelqu’un comme moi qui a un sens très relatif de l’orientation. L’écrivain Paul Auster a même profité de cette caractéristique urbanistique pour faire écrire une phrase à un de ses personnages, chaque lettre correspondant à une promenade. La phrase ? Tower of Babel ! Un livre pourtant écrit avant 2001.

 

Publicités

A propos Patrick Mottard

Conseiller général du 5e canton de Nice dans les Alpes-Maritimes depuis 1998. Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Parti Radical de Gauche
Cet article a été publié dans voyages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les 10 composantes du New York spirit (2e partie)

  1. Patrick Carnicelli dit :

    Pour ceux qui aiment New York, l’architecture et l’art de la conceptualisation, je recommande vivement – si besoin est – « New York délire » de Rem Koolhaas ((Éditions Parenthèses) . un classique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s