Les pages que j’aurais aimé écrire … (16)

Non, il n’y a pas de fatalité Trump quand on aime l’Amérique ! Pour en faire la démonstration pourquoi ne pas relire l’inoubliable « Yes, we can » d’Obama ?

(Traduction libre)

C’était un principe inscrit dans les documents fondateurs qui ont déclarés le destin d’une nation.
Oui, nous pouvons.

C’était le murmure des esclaves et des abolitionnistes pendant qu’ils ouvraient la voie vers la liberté.
Oui, nous pouvons.

C’était le chant des immigrés quand ils arrivaient de lointains rivages, celui des pionniers qui ont poussés vers l’ouest contre un impitoyable désert.
Oui, nous pouvons.

C’était l’appel lancé par les travailleurs qui ont formés des syndicats, par les femmes qui ont obtenu le droit de vote, par un président qui a choisi la lune comme nouvelle frontière, et par un Roi (Martin Luther King) qui nous a emmené au sommet de la montagne , et nous a montré la voie vers la Terre promise.

Oui, nous pouvons la justice et l’égalité.
Oui, nous pouvons l’opportunité et la prospérité.
Oui, nous pouvons guérir cette nation.
Oui, nous pouvons réparer ce monde.
Oui, nous pouvons.

Nous savons que la lutte à venir sera longue, mais gardez toujours à l’esprit que, quels que soient les obstacles sur notre route, rien ne peut se dresser sur la voie de la puissance de millions de voix appelant à changer.

Un choeur de cyniques qui ne fera que croître, toujours plus fort et plus dissonant, nous a dit que nous ne pouvions pas faire cela. On nous a demandé de nous arrêter pour regarder la réalité en face. On nous a mis en garde contre le fait d’offrir de faux espoirs à la population de cette nation. Mais dans l’histoire si peu probable qu’est l’Amérique, il n’y a jamais rien eu de faux dans l’espoir.

Nous nous souviendrons que quelque chose est en train de se produire en Amérique, que nous ne sommes pas aussi divisés que le suggèrent nos politiciens, que nous sommes un seul peuple, que nous sommes une seule nation, et qu’en même temps, nous allons commencer le prochain grand chapitre de l’histoire américaine avec trois mots qui vont résonner d’une côte à l’autre, de la mer à la mer…

OUI. NOUS. POUVONS.
YES. WE. CAN.

A propos Patrick Mottard

Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Président du Parti Radical de Gauche 06 Délégué régional du Mouvement Radical/Social-Libéral
Cet article, publié dans Les pages que j'aurais aimé écrire, politique internationale, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s