Martenitza géante : promesse de bonheur décuplée ?

Le 1er mars en Bulgarie est symbole d’espoir. Ce jour-là on offre à ses amis et à ses proches un petit cordonnet rouge et blanc en laine pour leur signifier que les jours meilleurs arrivent. On appelle ça la martenitza.

En fait, cette tradition purement bulgare remonte à la création de ce très vieux pays. Le 1er mars 681, le fondateur du royaume bulgare, Khan Asparoukh, menait bataille contre les Byzantins. Il avait promis à sa femme de lui envoyer des nouvelles par pigeon voyageur : s’il sortait victorieux du combat, il attacherait à la patte de l’oiseau un fil blanc et si c’était une défaite, un fil rouge. Asparoukh gagna, mais il fut légèrement blessé à la poitrine. Quelques gouttes de sang avaient taché le fil blanc qu’il avait extrait de sa chemise.

Théoriquement, la martenitza se porte jusqu’au moment où on aperçoit un arbre en fleurs ou un oiseau migrateur. Le printemps étant là on peut la jeter dans une rivière ou l’accrocher à un arbre.

Pour ma part, j’ai adapté la règle puisque je garde ma martenitza jusqu’au 1er mars de l’année suivante. Mes premières cordelettes me furent offerts par Raïna, celle de Fragments de Nice, il y a bien longtemps. Depuis les étudiants ont pris le relais. Il y a trois ans, c’était Aleksander de Plovdiv, étudiant en LEA , l’année suivante Ameliya de Sofia et Shamel de Varna, étudiantes en InfoCom, puis l’an dernier Yoanna L3 LEA de Sofia. Cette année ce sont encore deux étudiantes L2 LEA Droit originaires de Burgas qui ont perpétué la tradition la veille du 1er mars : Donika Stratieva et Denitsa Bachvarova.

Mais Donika et Denitsa ont fait très fort : le petit cordonnet que j’accrochais au rétroviseur intérieur de ma voiture s’est transformé en deux personnages en laine (rouges et blancs bien sûr !) d’une trentaine de centimètres répondant aux doux noms de Pijo et Penda. C’est dire si la martenitza cette année va quitter ma voiture pour mon bureau où elle aura la même fonction bienfaisante de porte bonheur tout en me rappelant bien au-delà du printemps que pour moi aussi la Maritza est ma rivière…

Publicités

A propos Patrick Mottard

Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Président du Parti Radical de Gauche 06 Délégué régional du Mouvement Radical/Social-Libéral
Cet article, publié dans Société, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Martenitza géante : promesse de bonheur décuplée ?

  1. Donika Stratieva dit :

    Merci beaucoup , c’est vraiment gentil !

  2. Denitsa Bachvarova dit :

    C’est tellement beau ce que vous avez écrit ! Ça fait vraiment plaisir .Merci

  3. Plamen Bozhkov dit :

    merci !

  4. Patrick Mottard dit :

    Tchestita baba marta !

  5. Doicheva- Dogan Julia dit :

    En Vous souhaitant une très bonne fête de Martenitza , je rejoint le groupe bulgare !!!!

  6. Zornitsa Georgieva dit :

    baba marta monsieur Mottard et avec la neige qui rappelle le pays

  7. Valy Reybaud dit :

    J’adore ce pays!!!! Et les gens sont tellement chaleureux!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s