Macron jusqu’en… 2027 !

Les opposants au Président de la République auraient tort de se réjouir de la baisse de la côte de celui ci dans les sondages. En effet, les nouveaux rapports de force politiques issus de la dernière présidentielle rendent pratiquement certaine la réélection de celui-ci en 2022. Quand bien même Wauquiez réussirait son opération de remobilisation de la droite. Quand bien même les socialistes parviendraient à reconstituer un parti digne de ce nom. C’est la résultante d’un paysage politique divisé en trois tiers.

En effet, même avec beaucoup de mécontentements catégoriels (très différents et pas vraiment convergents), la majorité présidentielle conservera son socle dur d’environ un tiers de l’électorat des citoyens qui votent (le mécontentement fabrique lui souvent de l’abstentionnisme). Et cela d’autant plus facilement que contrairement à Sarkozy et à Hollande, Macron n’a pas une personnalité clivante tout en endossant avec un certain savoir faire le costume du Président régalien, ce que les Français adorent. Autre atout : si l’amour dure trois ans, on sait depuis Hollande que les majorités parlementaires même en période de tempête durent cinq ans.

Face à lui, le deuxième tiers de l’électorat regroupe les extrêmes. Compte tenu de l’évolution actuelle on peut parier un 20 % pour Mélenchon et 10% pour un FN fragilisé par LR sauce Puy en Velay. Ces forces politiques sont profondément divisées et n’ont pas pour vocation de gouverner. Cela dit Les Insoumis en usant à fond de leur fonction tribunicienne ont un rôle utile à jouer face à un gouvernement sans opposition sérieuse.

Le troisième tiers (qui peut aller jusqu’à 40 %) est composé des partis de gouvernement : LR et PS. Ils doivent d’abord se reconstruire ce qui est loin d’être fait. Mais même dans ce cas, nous ne sommes pas en Allemagne et ils ne risquent pas de gouverner ensemble. Pire, la Cinquième République donne assez de pouvoirs au Président pour lui permettre de débaucher dans les deux familles comme cela a déjà été le cas depuis le début du quinquennat.

Donc, un Macron impopulaire n’est pas un Macron fragile ! Que l’on se félicite ou que l’on se désespère de cette situation, elle s’impose car, comme disait le camarade Lenine, les faits sont têtus (surtout quand ils sont électoraux). Si on a une conception de la politique qui consiste à agir sur le réel, il faudra donc oeuvrer à l’intérieur ou aux marges de la majorité.

Mais on peut aussi passer son tour et reconstituer ses forces pour la mère de toutes les batailles : la Présidentielle. Mais ce sera celle de… 2027 !

 

 

 

Publicités

A propos Patrick Mottard

Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Président du Parti Radical de Gauche 06 Délégué régional du Mouvement Radical/Social-Libéral
Cet article, publié dans politique nationale, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Macron jusqu’en… 2027 !

  1. Bernard Gaignier dit :

    Bon si tu deviens plus macronien que moi😊

  2. Christian Boure dit :

    Patrick, on fait quoi, on constate que depuis des années on se fait rouler dans la farine. Gauche, droite on regarde d’un côté, de l’autre pour s’apercevoir qu’à la fin on s’est fait baiser. Il faut remettre les compteurs à zéro et rebâtir la République et la Démocratie.

    • Cosmos dit :

      Mais enfin malheureux ! Tout va bien avec Macron ! Taisez-vous donc et rongez votre frein jusqu’en 2027 !

  3. Cosmos dit :

    Mottardamus a encore parlé… ! Fasse le ciel que son oracle ne se vérifie pas !
    Souffrez que les électeurs décident et ne préjugez de rien. Cette kyrielle de chiffres n’a strictement aucun sens.
    La majorité LREM-MR-MODEM à laquelle vous appartenez devra rendre des comptes à la fin du quinquennat face à la casse sociale qui s’annonce. « Mécontentements catégoriels », de la belle langue de bois.
    Ah qu’elle sera belle la liste LREM à Nice aux Municipales 2020 : Estrosi tête de liste, Mottard 1er adjoint ! Unis à l’allemande devant le prodige Macron.

  4. Dominique Dufour dit :

    Macron a aussi pour lui l’avantage d’incarner l’epoque. Il s’inscrit aussi dans la continuité de deux tendances fortes de la vie politique française : l’homme providentiel et la volonté d’un exécutif fort. Mais il doit craindre le parti LR. Le fait qu’il continue le recrutement d’hommes politiques LR le montre. Le PS connaîtra peut-être le sort du PSI, scandales en moins. Les mauvais esprits diront que le mandat Hollande aura permis une clarification.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s