L’emballement du Grand Débat

Pendant trois mois on n’a parlé que de lui : le Grand Débat !  Après lui, rien ne serait plus comme avant !  Ce ne serait pas seulement un tournant dans le quinquennat mais un bouleversement de la Cinquième République… voire plus  : un big-bang politique !

A l’arrivée : rien ou presque rien ! Le Président a pris une série de mesures comme il l’avait fait en décembre : ni plus, ni moins. On peut considérer qu’elles sont importantes ou insuffisantes mais en aucun cas exceptionnelles car elles ne font qu’infléchir légèrement la politique présidentielle sur le modèle de ce que font les présidents généralement à mi-mandat.

En fait, il ne pouvait pas en être autrement. Pendant trois mois, on a en effet multiplié les débats en faisant semblant de découvrir des questions qui étaient présentes dans le débat public depuis fort longtemps (l’avenir de la décentralisation, des services publics, la réforme des institutions, les options fiscales…). En fait pendant trois mois, on a enfoncé des portes ouvertes et inventé l’eau tiède.

Avec habileté, le Président et la majorité ont utilisé l’emballement suscité par ces débats disparates pour occuper le terrain : on ne peut pas leur reprocher. Que les médias se soient engouffrés dans la brèche n’est pas surprenant, le Grand Débat étant producteur d’audimat. Plus surprenante est l’attitude des opposants qui même en la critiquant ont légitimé la démarche. Quant à la participation des citoyens, nous pouvons y voir, dans une hypothèse basse, une marque de naïveté ou, dans une hypothèse haute, une soif de débat (et pas mal de temps libre si on considère qu’une majorité des participants étaient retraités).

Quant aux gilets jaunes à l’origine de ce Barnum, en clamant leur scepticisme, ils ont finalement été les seuls à apprécier correctement le phénomène. Mais il y a longtemps que leur temps politique est passé.

A propos Patrick Mottard

Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Président du Parti Radical de Gauche 06 Délégué régional du Mouvement Radical/Social-Libéral
Cet article, publié dans politique nationale, Société, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour L’emballement du Grand Débat

  1. Boby De Tiaret dit :

    L’anti Macronisme à l’heure actuelle ne mene à rien.

  2. Annette Geller dit :

    comme le reste .!

  3. Dominique Boy-Mottard dit :

    De Tiaret Ce n’est pas de l’anti macronisme gratuit. C’est plutôt davantage sympa que ce qu’on trouve hors marcheurs thuriféraires. Ou alors on ne peut plus rien dire.

  4. Gérard Corboli dit :

    Comment veux-tu qu’il en soit autrement… Comme tu l’as déjà dit, bouger… pour que rien ne bouge

  5. Philippe Mellano dit :

    Daccord avec toi Patrick.
    Sauf sur 2 points.
    Habileté politique : le gouvernement n’est plus audible. Le président en se mettant encore en avant et en scène lasse et montre qu’il est seul et n’écoute personne. D’ailleurs personne n’est dupe. … cf l’appréciation des mesurettes par l’opinion.
    Mais il y a longtemps que leur temps politique est passé.
    Je ne comprends pas exactement le sens de cette phrase sybiline. Si cela veut dire que le mouvement va s’éteindre je ne le crois pas. Justement en raison de la souris accouchée par Jupiter. …
    Et de la répression brutale qui est à l’oeuvre chaque samedi.

  6. Boby De Tiaret dit :

    Dominique Boy Mottard suis Macroniste critique, mais aussi lucide sur les blocages de notre société. Il faudra que dès cette année le chômage baisse significativement. Le reste est un peu surperfetatoire, non?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s