Il y a 30 ans : la chute du Mur de Berlin…

En écho au remarquable reportage de Stéphanie Gasiglia de ce jour sur la chute du Mur de Berlin, un texte de voyage que j’ai publié sur ce blog en 2010 :

ICH BIN EIN BERLINER !

Après plus de 1600 kilomètres d’autoroute noyés par des pluies torrentielles dignes du sud-est des Etats-Unis, nous retrouvons la porte de Brandebourg avec son architecture quelconque et son quadrige un peu surfait. Pourtant, nous franchissons l’ouvrage avec une certaine émotion. Certes, celle-ci est moins exubérante que la dernière fois, quelques mois après le rêve éveillé de la chute du Mur, mais elle est toujours là, bien là. C’est que Brandebourg est le symbole de Berlin, et cette ville que je connais finalement assez mal est en fait la clé de voûte historique de ma vie d’homme comme elle est celle de toute une génération, ma génération. Ensemble nous avons connu un monde bipolaire que l’on disait dangereux mais qui finalement s’était révélé plutôt rassurant. Ensemble nous nous sommes enthousiasmés pour la fin brutale de ce système communiste si dévoreur de liberté tout en étant déstabilisés par la chute de ce Mur à l’abri duquel on avait bâti tant de certitudes. C’est donc avec la tendresse que l’on prête à sa propre histoire et à ses propres doutes que je me sens si proche de cette ville. Ich bin ein Berliner !

C’est à tout cela que je pense en regardant la jeunesse du monde déambuler joyeusement d’est en ouest et d’ouest en est, de la pelouse du Reichstag aux premiers arpents d’Unter den Linden. Et au milieu de la foule, je cherche sans trop y croire mon pote Damiel, l’ange des ailes du désir. J’aimerais tellement lui demander ce qu’il pense du Berlin d’aujourd’hui, lui qui finalement s’était si bien accommodé du Berlin d’hier. Peut-être aurai-je quand même le bonheur de le croiser avant la fin de mon séjour. Après tout, Berlin n’est pas à un miracle près.

 

A propos Patrick Mottard

Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Président du Parti Radical de Gauche 06 Délégué régional du Mouvement Radical/Social-Libéral
Cet article, publié dans histoire, politique internationale, voyages, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Il y a 30 ans : la chute du Mur de Berlin…

  1. Stéphanie Gasiglia dit :

    Votre texte est très beau. Il est léger et pourtant rempli de sens, très poétique. J’ai aussi beaucoup pensé aux Ailes du désir…
    1

  2. Didier Asin dit :

    Symbole de l’aveuglement des élites intellectuelles, ce mur, prétendument protecteur d’un univers délivré de l’oppression capitaliste et de la course au profit. Ce mur, derrière lequel des centaines de milliers d’hommes et de femmes ont souffert, sont morts, sans un mot des élites de l’Ouest qui avaient contracté le virus marxiste et parce qu’un anti-communiste n' »était qu’un chien ». La dénazification s’est opérée, tant mieux. Les complices du stalinisme et du goulag n’ont jamais été traqués. Le communisme criminel survit tant bien que mal. Bonne journée. Relisons Soljenitsyne.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s