Mes 50 films préférés: 45 à 41

(Suite du classement des films)

45 – FORREST GUMP  (Robert Zemeckis, USA, 1994)

Il s’agit de l’histoire des Etats-Unis à travers le regard d’un simplet passionné de course à pieds (Run, Forrest, run !) interprété avec subtilité par Tom Hanks. Depuis 15 ans, je joue avec le film de Zemeckis en me transformant l’été venu en Gump courant comme lui sous toutes les latitudes. (Voir sur ce blog 86-69-21, le tiercé de Gump en date du 21 janvier 2018). J’ai poussé le mimétisme jusqu’à manger les célèbres Bubba Gump Shrimp avec mon beau-frère sur le port de Miami mais aussi à me laisser déguiser par mes étudiants dans le cadre de Mars aux Musées 2019 afin de prononcer la phrase définitive : « La vie c’est comme une boite de chocolat, on sait jamais ce qu’on va trouver » (photo ci-dessus).

44 – ROSEMARY’S BABY (Roman Polanski, USA, 1968)

Un jeune couple s’installe dans un vieil immeuble de Manhattan à la réputation sinistre. Après avoir rêvé d’être violé par le diable en personne, Rosemary tombe enceinte : pas vraiment une bonne nouvelle ! La virtuosité de la mise en scène de Polanski distille une sourde angoisse chez le spectateur et cela de bout en bout. Au milieu de ces diableries (sobres), on retiendra aussi le visage encore juvénile de Mia Farrow. À chacun de nos séjours à New York, je me rends en pèlerinage devant le Dakota building où le film a été tourné. En réalité pas vraiment pour Rosemary mais pour John Lennon assassiné dans le hall de l’immeuble (Voir, par exemple, mon billet du 29 octobre 2017). Quand la réalité dépasse la fiction.

43 – AGUIRRE, LA COLÈRE DE DIEU (Werner Herzog, Allemagne, 1972)

Dans la forêt amazonienne, au XVIe siècle, une expédition espagnole part à la recherche de l’Eldorado. Le conquistador Aguirre, joué par un Klaus Kinsky halluciné et hallucinant, se mutine. Avec une scène finale inoubliable où on voit le radeau des survivants dériver sur le fleuve. Un pur produit de la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes et la révélation de l’univers baroque et chaotique de Herzog.

42 – DANCER IN THE DARK (Lars Von Trier, Danemark, 2000)

Le titre n’est pas mensonger : en effet, la Palme d’Or 2000 est une comédie musicale dramatique, on peut même dire mélodramatique. La chanteuse Björk joue et danse le rôle de Selma, une ouvrière immigrée qui économise pour faire opérer son fils victime d’une probable cécité. Hélas, on va voler ses économies… Lars Von Trier alterne les scènes de narration avec son style quasi-documentaire et les scènes musicales poétiques et inventives avec bonheur livrant un film comparable à nul autre. Il faut dire que Björk était une bonne pioche, avec son visage de tendresse butée qui illumine l’atmosphère lourde du film.

41 – LA GUERRE DU FEU (Jean-Jacques Annaud, France, 1981)

La préhistoire comme si vous y étiez. Une  incroyable reconstitution aux antipodes des productions hollywoodiennes en la matière (Raquel Welch ha ! ha ! ha!). Il y a 80 000 ans la tribu des Oulhmar entre en guerre contre celle des Wagabou sur fond de guerre du feu (non, ce n’est pas Koh Lanta). Tout semble vrai  d’ailleurs peu de contestations scientifiques graves) et un langage a même été inventé par un spécialiste pour l’occasion. Une réussite rare de cinéma à grand spectacle dans le cinéma français.

A propos Patrick Mottard

Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Président du Parti Radical de Gauche 06 Délégué régional du Mouvement Radical/Social-Libéral
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

17 commentaires pour Mes 50 films préférés: 45 à 41

  1. Bernard Gaignier dit :

    J’espère toujours voir le gendarme à Saint Tropez dans la liste

  2. Laetitia Marchessou dit :

    Excellente photo !!

  3. Nathalie Sanchis dit :

    Excellentissime !!
    Toujours aussi excellent mon prof’

  4. Alain Dupasquier dit :

    Bon choix qui résonne bien ! Ha le chocolat, miam !

  5. Thomas Bertinotti dit :

    Je valide TOTALEMENT Rosmary’s Baby ! J’ai beaucoup aimé Forest Gump également !

  6. Alix Rizzoli dit :

    Bernard Et raby Jacob

  7. BARTHE dit :

    J adhère bien plus à cette nouvelle série. Mis à part Dancer in the dark… mais je suis d ‘accord avec toi, Bjork, que j’adore en tant que femme décalée, pour ne pas dire décalquée, et en chanteuse dans « It’s Oh so quiet » particulièrement que je chante à tue-tête, apporte paradoxalement une note détonante à l ‘ensemble en « légèreté ». Je suis fan de JJ ANAUD , l ‘ours et deux frères surtout… mon attrait marqué pour le monde animal, bien que je ne sois pas du tout insensible à la guerre du feu que je trouve génial, dans son « humanimalité ». Le monde d ‘HERZOG me fascine… Diable, quand tu nous tiens par… les oreilles.
    Quant à Zemechis, je fais partie de son « audimat ». Suis étonnée que toi qui joue les Forest à travers le monde, n ‘est pas mieux positionné celui-ci. Ceci étant, je suis rassurée de ne pas avoir vu Wim Wenders figurer en queue de ton classement. Et j’espère qu’il ne fera pas partie non plus des 3 dizaines à venir… mais plutôt de ton top 10… voire bien mieux SURTOUT pour un de ses films !
    Ce réalisateur, quel homme phare ! Beau en tout, dans la totalité de ses talents artistiques si sensibles et la complétude des facettes de son être… Il me fait penser à l homme de mes rêves et délirer autour « d’un pastiche poétique » autour de quelques-unes de ses signatures : Si loin, si proche… en l’état des choses, errante telle Alice dans les villes, au fil du temps, les ailes d’un désir manifeste m emportent jusqu’au bout du monde, par-delà les nuages même, fluide, sans faux mouvement. J’imagine que tombé du ciel et revêtu d’une ridicule veste bigarrée d’Arlequin sous les lumières de Berlin, je pourrais le retrouver, chambre 666 n’importe quand, une lettre écarlate visionnaire dans ma main tendue !
    Poil au nez… pour en dénoter l’accent pathétique…
    A bientôt, pour la suite.

  8. Sophie Mancel dit :

    Ah Forrest Gump ! Cours Forrest !

  9. Faouzia Maali dit :

    Forrest Gump!!!
    Excellent choix, je valide!
    Autre chef d-œuvre : Philadelphia!!!

  10. Alix Rizzoli dit :

    Dance in the dark Un film qui m avait boulversant autant que l avait ete la lecon de piano…

  11. Tioups dit :

    Forest Gump, bien sûr ! Un film qui a marqué les esprits ! Emouvant, drôle, complet. Un très bon moment de cinéma ! Quant à la phrase mythique , elle est tellement vraie ! C’est en effet cela qui fait souvent la magie de nos vies , et c’est cela aussi qui fait la magie de ce film! par contre je dois préciser que Forest Gump ne m’a tout de même pas autant marquée que toi qui va jusqu’à investir le personnage !!! Mais je salue ton initiative très amusante et très divertissante ! Bravo et merci ! Quant aux 4 autres films , je ne les ai pas vus…

  12. Bernard Gaignier dit :

    Et un conseil aux amoureux du cinéma
    Allez sur le site de la cinémathèque de Nice
    Tout un choix de films à votre disposition… et gratuitement.

  13. Elie Milano dit :

    J’en reviens pas que tu aimes Titanic…J’étais sortie avant la fin ! moi j’attend Out of Africa, Sur la route de Madison, Erin Brokovitch, Shutter Island, les Bronzés ( un must quand on a travaillé au Club Med) Thelma et Louise, le Parrain,Ma meilleure ennemie, , Rich and Famous…

  14. Antonin COLOMBO dit :

    Tu cache le « diable » dans les détails Patrick. De ROSEMARY’S BABY à la GUERRE DU FEU, j’y voit un message subliminal que tu nous adresse, évoquant un futur diabolique pour le genre humain si l’on continue à perdre notre temps plus que de raison devant nos écrans à textoter / instagramer / commenter, et donc à nous vider le cerveau. A terme, on aura tout oublié et il faudra tout recommencer comme il y a 80 000 ans. Heureusement il y a la série que tu nous propose. Elle va nous permettre de ne pas sombrer et faire de toi le sauveur de l’humanité. Du moins pour ceux qui te suivent et te lisent régulièrement.

  15. Annette Geller dit :

    version originale sous titrée

  16. Emilie Boudet dit :

    Définitivement la Guerre du feu 🔥…j’avais 5 ans, mes parents nous avaient fait sortir lors de la scène un peu chaude mais pour le reste on y était, avec les hommes et les femmes préhistoriques, en vrai !!

  17. Catherine Lauverjon dit :

     » Rosemary’s baby  » m’a terriblement marqué !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s