Le Tour à Nice : il fallait le faire

Au soir du troisième jour niçois de ce Tour de France tout à fait hors normes, on peut considérer que la réussite est complète et que le maire et la ville ont eu raison de soutenir l’organisateur.

Tout d’abord, sur le plan sanitaire, je peux dire, pour avoir participé pleinement à l’événement de l’intérieur, qu’il y avait une telle rigueur que fréquenter le Tour était probablement moins dangereux que de participer à un barbecue familial.

Ensuite, on a pu constater une adhésion forte de ce public populaire qui fait la spécificité de l’épreuve. Il y avait aussi, au-delà de l’intérêt sportif et spectaculaire, le sentiment de retrouver presque intact le parfum des étés d’antan… celui d’il y a un an, il y a un siècle.

Sur le plan sportif, ces trois belles étapes ont enrichi la Légende du Tour avec des images qui resteront gravées dans nos mémoires : Tony Martin tel un aigle neutralisant presqu’à lui seul la course pour cause de déluge, la chute impressionnante du colombien Miguel Angel Lopez, celle navrante de Thibaut Pinot sur la promenade des Anglais, le calvaire de David Gaudu sur la 202 bis, l’envolée de Julian Alaphilippe dans Les Quatre Chemins, son sprint à l’arrache sur la Prom. Sur un plan plus personnel, j’ai même eu la fierté de voir mon idole Peter Sagan tout de vert vêtu figurer dans une échappée quand le Tour est passé devant la maison de ma belle-mère à Roussillon sur Tinée.

Enfin notre ville, et peut être encore plus les villes moyennes et les villages de notre département, ont sous le soleil ou sous l’orage déployé leurs séductions devant toutes les télévisions du Monde.

Mais je suis réaliste : si la partie niçoise du Tour est un succès complet, la route est encore longue jusqu’à Paris. Même si la rigueur des organisateurs et l’esprit de responsabilité des acteurs et du public me rendent optimiste. Ce serait si beau si, sur les Champs Elysées, on pouvait célébrer aux yeux du monde un première victoire significative sur la fatalité de la pandémie.

A propos Patrick Mottard

Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Président du Parti Radical de Gauche 06 Délégué régional du Mouvement Radical/Social-Libéral
Cet article, publié dans Nice, sport, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le Tour à Nice : il fallait le faire

  1. Emmanuel dit :

    C’est bien dit et sans détours 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s