Mes 50 meilleures séries : la 12 ème

12 – THE WALKING DEAD ( Frank Darabont, Robert Kirkman – AMC – 2010 -… – 10 saisons – 147 épisodes x 55 mn – USA ) + le spin off ( série dérivée) FEAR THE WALKING DEAD ( Robert Kirkman , Dave Erikson – AMC – 2015 – … – 6 SAISONS – 75 X 44 mn – USA)


Tout a commencé en 1968 par un petit film en noir et blanc de George A. Romero qui a revisité le mythe des zombies dans le contexte, dit-on, de la guerre du Vietnam : La nuit des morts-vivants. Lors d’expériences nucléaires, les morts se réveillent et sortent de leurs tombes afin d’anéantir les vivants. Devenu film culte, il fut prolongé par Romero lui-même d’une demi-douzaine de longs-métrages (en couleur) qui ont, chacun à leur façon, enrichi l’univers merveilleux de nos amis d’outre-tombe.

Dans les années quatre-vingt, le mort-vivant, jusque-là un peu marginal, devient mainstream grâce au célèbre clip de John Landis servant d’illustration au Thriller de Michael Jackson.En 2003, le mythe est spectaculairement relancé par une série de BD publiée sous forme de « comic books » . Et c’est en 2010 que ce À la recherche du temps perdu des morts- vivants devient une série d’une longévité exceptionnelle. La réalisation de Frank Darabond , adaptation de la BD , est une superbe réussite, à la fois spectaculaire et intimiste. En effet au delà des scènes de pure terreur ( souvent très gore) les personnages existent, révélant leur personnalité « d’avant » dans le contexte dramatique de l’épidémie ( tiens, ça me rappelle quelque chose !). Les effets spéciaux sont aussi d’une efficacité et d’un réalisme qui n’a rien à envier aux superproductions en longs métrages.

Grâce à la série, on sait désormais tout du mort-vivant de base. Il est, il faut bien le dire, assez peu soigneux de sa personne. Il a même un côté franchement négligé, voire défiguré, voire décomposé… Peu véloce, il erre de sa démarche saccadée à travers villes et campagnes à la recherche de cette chair humaine (bien fraîche celle-là) qui l’aidera à régénérer le petit quart de cervelle qui lui reste. C’est d’ailleurs cette dernière petite partie vivante de lui-même qu’il faut neutraliser si on ne veut pas terminer en steak tartare et être transformé soi-même en mort-vivant. Une balle de revolver peut faire l’affaire, mais, le bruit risquant d’attirer ses congénères, il vaut mieux un petit coup de hache sur le crâne : bien ajusté, celui-ci peut régler définitivement le problème. Cependant, si vous reconnaissez dans le mort-vivant un ancien copain d’école ou une ex-petite amie, l’opération peut déclancher un cas de conscience. Il est alors recommandé de ne pas trop réfléchir car, si isolé il est plutôt balourd, en groupe, le mort-vivant est extrêmement dangereux et glouton. D’ailleurs, à sa mine chafouine et même carrément renfrognée, on voit bien qu’il a des tas de choses à reprocher aux survivants .

Mais l’enseignement le plus navrant de la série est qu’évoluer dans un monde de morts vivants – causé à l’origine par une épidémie ( tiens, tiens! ) – ne rend pas les vivants- vivants plus solidaires pour autant . Métaphore quand tu nous tiens!

Les premiers épisodes ont pour cadre Atlanta, submergée par des milliers de morts-vivants coincés dans le centre ville de la mégapole. Or il y a quelques années, j’ai passé quelques jours à Atlanta. Je me souviens très bien, lorsque je courrais selon mon habitude, dès l’aube, dans les rues en principe désertes de la ville, avoir aperçu quelques silhouettes hésitantes qui se mettaient à tituber dans ma direction… Rétrospectivement, j’en ai des frissons dans le dos ! En effet, il est très rare que je prenne une hache avec moi quand je cours…

Fear the walking dead est une série dérivée très fidèle à l’originale qui explore les débuts de ce monde d’après du côté de Los Angeles . La qualité est semblable à celle de la série mère mais la juxtaposition des deux peut créer une certaine confusion chez le spectateur qui regarde alternativement les saisons de l’une et de l’autre.

A propos Patrick Mottard

Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Président du Parti Radical de Gauche 06 Délégué régional du Mouvement Radical/Social-Libéral
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s