Mes 50 séries préférées : la quatrième en hommage à Laura Palmer

4 – TWIN PEAKS (David Lynch, Mark Frost – ABC puis Showtime – 1990-1991 puis 2017 – 3 saisons 48 épisodes de 45 mn – USA)

La peaksmania qui s’empare des téléspectateurs en 1990 ouvre une voie nouvelle pour les séries qui passent presque brutalement du statut de divertissement populaire un peu vulgaire à un nouveau territoire audiovisuel sophistiqué entrant directement en concurrence avec le cinéma.

Que cette révolution s’opère avec un réalisateur de long métrage reconnu comme David Lynch est significative. En effet, même si la série est coréalisée par un certain Mark Frost, personne ne peut contester que c’est du pur Lynch. Ainsi il ouvre la voie à d’autres grands réalisateurs qui oseront par la suite se consacrer à la réalisation d’une série (ainsi, dans ce top 50, on a pu déjà noter la présence des frères Coen, de Bruno Dumont, d’Agniezka Holland, de Jane Campion, de Paolo Sorrentino, d’Éric Rochant…)

Dans la petite ville de Twin Peaks, située dans le nord-ouest des États-Unis, proche du Canada, le cadavre de Laura Palmer, une jolie lycéenne connue et aimée de tous, est retrouvé emballé dans un sac en plastique sur la berge d’une rivière.

L’agent spécial du FBI, Dale Cooper, grand amateur de café et de donuts, est envoyé sur place pour mener l’enquête. Il découvre alors que Laura Palmer n’était pas celle que l’on croyait et que de nombreux habitants de la ville ont quelque chose à cacher.

Nous avions dépensé pas mal d’énergie en 1998 pour retrouver Twin Peaks le long de la frontière canadienne. En vain et pour cause, la ville est imaginaire.

L’atmosphère venimeuse de la série a littéralement envouté un public de plus en plus nombreux chaque semaine. Chacun spéculant sur les misérables secrets et les découvertes flamboyantes qui apparaissaient au fur et à mesure de la progression de l’enquête.

L’acteur Kyle MacLachlan est un agent Cooper à la fois attachant… et insaisissable : il a largement contribué à l’insolite identité de la série. Même remarque pour l’hypnotique musique d’Angelo Badalamenti : écouter la célèbre phrase musicale du générique vous plongeait directement dans le climat délétère de la petite ville dominée par d’inquiétantes forêts de pins Douglas.

En 2017, Lynch a réalisé une troisième saison. Les deux premiers épisodes, ésotériques au possible, que nous avons vu au Festival de Cannes la même année nous a plutôt dissuadés de poursuivre.

A propos Patrick Mottard

Enseignant à l'Université de Nice (droit public) Président de l'association Gauche Autrement Président du Parti Radical de Gauche 06 Délégué régional du Mouvement Radical/Social-Libéral
Cet article, publié dans séries TV, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s